Infos Birmanie

Le Washington Post détaille « l’anatomie du massacre » commis par les militaires birmans

Print Friendly, PDF & Email

Gavroche garde l’œil sur la plupart des publications traitant de l’Asie du Sud-Est. L’un des meilleurs articles récemment parus est celui que le Washington Post a consacré au retour sur les mois de massacres commis par les militaires en Birmanie. En voici des extraits.

Le Washington Post a examiné environ 15 000 vidéos et images capturées par des civils, ainsi que des données indiquant le nombre de personnes tuées depuis le 1er février, pour reconstituer le massacre de Bago, commis en avril dernier. Des entretiens avec sept témoins oculaires et l’analyse de vidéos et de photos géolocalisées de Bago révèlent que des armes lourdes ont été utilisées contre les manifestants. L’analyse des données Internet et des mouvements de troupes montre que l’armée a fait preuve d’un niveau de planification sophistiqué pour écraser le soulèvement.

20 000 vidéos TikTok

Le Post a également analysé près de 20 000 vidéos TikTok des forces de sécurité birmanes à travers le pays, notamment des soldats des divisions d’élite de l’infanterie légère et des policiers. Les clips donnent un aperçu de l’état d’esprit des soldats, que l’on voit prôner la violence contre les civils et célébrer la mort de manifestants.

Prises ensemble, les vidéos démontrent un modèle de comportement et de tactique dans la lignée des massacres précédents en Birmanie, y compris la répression des Rohingyas en 2017 qui fait l’objet d’une enquête de la Cour internationale de justice pour génocide.

“C’est très systématique [et] le modèle de violence est très, très clair” estime Tom Andrews, rapporteur spécial des Nations unies pour le Myanmar et chercheur principal en droits de l’homme à la Yale Law School, qui a examiné les documents du Post.

“Il s’agit de crimes contre l’humanité”, a-t-il ajouté, notant en particulier la préméditation avant les attaques à Bago.

Un porte-parole du gouvernement militaire n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

Lorsque les militaires birmans ont pris le pouvoir, ils ont déclenché une crise dans un pays dont les progrès démocratiques, six ans plus tôt, avaient été salués comme une victoire de la politique étrangère par l’administration Obama. En quelques jours, des manifestations se sont propagées dans toute la Birmanie. Le Armed Conflict Location & Event Data Project, une organisation non gouvernementale qui cartographie les crises mondiales, a enregistré 4 700 manifestations contre le coup d’État à la fin du mois de juin, dont 98 % étaient pacifiques.

Les forces de sécurité ont rapidement utilisé des armes mortelles, transformant les villes en champs de bataille sanglants. Dans certaines parties de Yangon et de Mandalay, les plus grandes villes, l’armée a imposé la loi martiale, donnant aux généraux un contrôle total, y compris sur le système judiciaire et les forces de l’ordre.

Au début du mois d’avril, alors que les risques liés à la protestation augmentaient, il ne restait plus que quelques poches de résistance à grande échelle. L’une d’elles se trouvait à Bago, une ville située le long de la principale autoroute birmane reliant Yangon à la capitale, Naypyidaw, et à Mandalay.

Bunkers de fortune

Dans l’espoir de défendre leur ville contre les militaires, les manifestants ont construit des bunkers de fortune avec des sacs de sable et d’autres matériaux. Certains étaient de la hauteur de maisons à deux étages et traversaient les principales rues et intersections. Selon les responsables de la manifestation, des dizaines de milliers de personnes ont pris position dans ces fortifications pendant la journée, tandis qu’un plus petit groupe restait la nuit aux côtés de médecins volontaires.

Les manifestants ont construit des barricades mobiles comme celle que l’on voit dans cette vidéo partagée le 20 mars dans toute la ville. Les barricades ont été déplacées d’un endroit à l’autre en fonction des besoins, ont indiqué des habitants au Post.

Les données recueillies par l’IP Observatory, un groupe de recherche de l’université Monash en Australie qui surveille la qualité du service Internet dans le monde, montrent que l’armée a bloqué l’Internet à Bago pendant des périodes de plus en plus longues dans les jours précédant le 9 avril. La plupart du temps, l’Internet était fermé la nuit, de 1 heure à 6 heures du matin. Le week-end, le blocage durait jusqu’à 9 heures du matin, probablement en prévision des manifestations. Mais à mesure que les protestations se poursuivaient, la période de huit heures hors ligne s’étendait aux lundis et mardis.

“Il semble que [les militaires] soient devenus plus nerveux, ou plus ambitieux dans leur appétit pour cette pratique”, a déclaré Simon Angus, professeur associé au Monash IP Observatory. Après le massacre, les coupures d’Internet se sont poursuivies de 1 heure à 9 heures du matin tous les jours. L’armée a rétabli un accès complet à Internet dans la ville 19 jours plus tard.

Pour lire l’article original (en anglais) et en intégralité cliquez ici.

Par Bernard Festy – Gavroche-thailande.com – 30 août 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer