Infos Birmanie

En Birmanie, enquête après la diffusion d’une vidéo de tortures contre des prisonniers

L’armée birmane a déclaré mercredi qu’elle enquêtait sur une vidéo de soldats, filmés en train de battre et de menacer de mort des insurgés présumés dans l’État de Rakhine. «Certains membres des forces de sécurité ont mené des interrogatoires illégaux», a déclaré l’armée dans un communiqué publié sur son site Internet, selon Reuters.

Dans des images largement diffusées sur les réseaux sociaux depuis samedi, cinq hommes sont affalés sur le plancher d’un bateau, yeux bandés et mains liées, alors que des hommes en tenue militaire les frappent. «Je suis un civil, monsieur», a déclaré l’un d’eux selon l’agence de presse britannique.

«Quel civil ? Pourquoi vous battez-vous contre nous ?», a rétorqué un soldat, l’attrapant par les cheveux et lui frappant la joue. L’armée a déclaré que la vidéo avait été tournée le 27 avril dans le canton de Ponnagyun, dans l’Etat de Rakhine.

Les soldats arrêtés, selon un porte-parole

Les forces armées birmanes ont indiqué que ces hommes avaient été arrêtés parce qu’ils étaient soupçonnés d’appartenir à l’armée d’Arakan, un groupe d’insurgés, considéré comme une organisation terroriste par la Birmanie.

Un porte-parole de l’armée a déclaré à Reuters par téléphone qu’un tribunal avait été formé et que des soldats avaient été arrêtés.

L’État de Rakhine est la région d’où 740.000 membres de la minorité musulmane rohingya ont fui vers le Bangladesh voisin lors d’une répression militaire en 2017. La Birmanie fait face à des accusations de «génocide» devant la Cour internationale de Justice.

Par Léa Bitton – Paris Match – 14 mai 2020

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer