Infos Thailande

La Thaïlande poursuit son rêve d’un “pont terrestre” pour stimuler l’économie

Print Friendly, PDF & Email

Le rêve d’un pont terrestre thaïlandais qui pourrait traverser la péninsule malaise pour relier les ports des deux côtés, a refait surface en Thaïlande.

S’il se concrétise, ce pont terrestre pourrait réduire les délais de transport d’environ deux jours, par rapport à la route actuelle qui passe par le détroit de Malacca.

L’idée d’une route commerciale traversant la péninsule remonte au XVIIe siècle.

Les autorités thaïlandaises actuelles tentent de réaliser des travaux publics gigantesques pour rajeunir le système financier.

Le pont terrestre proposé remplit effectivement les conditions requises, mais le projet a suscité des critiques en raison de son prix élevé et des risques potentiels pour l’environnement.

Si l’on plisse un peu les yeux, la carte de la Thaïlande ressemble à un éléphant, la péninsule malaise qui s’étend au sud formant la fin de la trompe.

La moitié la plus étroite, l’isthme de Kra, ne fait que 44 km de long, avec le golfe de Thaïlande à l’est et la mer d’Andaman à l’ouest.

La construction d’une voie de transport d’est en ouest à travers l’isthme réduirait d’environ 1 200 km la distance que doivent parcourir les cargos pour transporter des marchandises entre l’Asie de l’Est et le Centre-Est et l’Europe.

Actuellement, ils doivent naviguer loin au sud, vers le détroit de Malacca.

En octobre 2020, le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-ocha a ordonné une étude de faisabilité sur le développement d’un pont terrestre à travers l’isthme de Kra.

Le projet consiste à construire des ports pour les gros cargos dans les provinces méridionales de Ranong et de Chumphon, en reliant les deux ports, distants d’environ 130 km, par des voies ferrées, des autoroutes et des oléoducs.

En juin, le ministre des transports, Saksayam Chidchob, a souligné l’importance de la construction d’un pont terrestre lors d’un séminaire d’entreprise en octobre 2020.

Nous allons ouvrir la voie pour que la Thaïlande puisse redevenir le “petit tigre financier” de l’Asie du Sud-Est”, a déclaré le ministre.

Il pense qu’un pont terrestre ne rendrait pas seulement la route passant par le détroit de Malacca obsolète, mais attirerait également des fonds de sociétés étrangères si une zone financière particulière était créée dans cet espace.

Un projet très ancien

L’idée de creuser un canal à travers la péninsule malaise est ancienne.

Un roi thaïlandais a demandé à la France de réaliser une étude pour un canal en 1677.

Ferdinand de Lesseps, le diplomate français bien connu pour avoir fait du canal de Suez une réalité, a également visité l’isthme de Kra en 1882 à la demande du roi Rama V.

Au début de ce siècle, les autorités du Premier ministre Thaksin Shinawatra ont également mené une étude de faisabilité sur un canal, mais le projet est tombé à l’eau après le coup d’État de 2006.

Le canal de Kra comporte trop d’obstacles

Un canal pourrait être très coûteux, son coût étant estimé à environ 30 milliards de dollars.

La connexion du golfe de Thaïlande et de la mer d’Andaman serait même techniquement difficile :

Les deux masses d’eau diffèrent par un certain nombre de mètres d’altitude.

La lutte larvée des autorités thaïlandaises contre les militants islamistes le long de la frontière avec la Malaisie constitue une complication supplémentaire.

Certains considèrent qu’un canal couperait la Thaïlande en deux, ce qui intensifierait le sentiment séparatiste des Malais, une ethnie majoritairement musulmane.

Pour ces raisons, le gouvernement penche pour un pont terrestre, qui pourrait être moins cher à construire qu’un canal.

Un haut responsable de l’équipe chargée de la couverture financière du gouvernement a déclaré en octobre 2020 que la construction d’un canal n’était pas réaliste et que l’accent devait être mis sur un pont terrestre.

Alors que la situation budgétaire de la Thaïlande s’aggrave en raison de l’explosion des dépenses, le gouvernement espère attirer des fonds de gouvernements et d’entreprises étrangères par le biais de partenariats public-privé.

Dans un rapport publié en janvier, l’Institut ISEAS-Yusof Ishak, un groupe de réflexion basé à Singapour, a indiqué que la construction d’un pont terrestre thaïlandais coûterait 60 milliards de bahts (1,85 milliards de dollars), d’après les estimations des autorités thaïlandaises, soit beaucoup moins qu’un canal à travers l’isthme de Kra.

Le rêve d’un canal a encore de puissants défenseurs

La Thai Canal Affiliation, composée de vétérans de l’armée et de politiciens, a fait pression sur le gouvernement en faveur d’un canal, arguant qu’il pourrait soutenir le système financier du sud de la Thaïlande.

“Le pont terrestre présente peu d’avantages, car il faut transférer les marchandises vers les chemins de fer et les véhicules vers le port”, a déclaré Pradit Boonkerd, secrétaire général de la Thai Canal Affiliation.

La Chine est le pays qui gagnerait le plus dans le projet de canal de Kra, car cela promeut son initiative des “nouvelles routes de la Soie”.

Si un canal est construit, la Chine n’aura plus besoin de faire passer des navires par le détroit de Malacca, où les États-Unis sont très présents, pour importer du pétrole brut du Centre-Est.

Il pourrait également faciliter le passage dans l’océan Indien des navires de guerre chinois positionés dans la mer de Chine méridionale.

Pour toutes ces raisons, les États-Unis sont farouchement opposés à ce projet.

En 2015, il a été rapporté que la Chine et la Thaïlande ont signé un mémorandum relatif à la construction d’un canal de Kra, mais chaque gouvernement a démenti ce rapport.

La Thai Canal Affiliation, qui mène des analyses avec des sociétés chinoises, aurait des liens étroits avec Pékin.

Des résidents opposés au projet de pont terrestre

Qu’il s’agisse d’un pont terrestre ou d’un canal, l’ampleur du défi pourrait être énorme et imposer des coûts environnementaux.

Le défi du pont terrestre a suscité des protestations de la part des résidents proches du site de construction envisagé.

En décembre 2020, la Folks’s Community for Pure Sources and Surroundings Safety à Songkhla et Satun, association d’un groupe de résidents, a organisé une manifestation à Bangkok.

Somboon Khamheng, coordinateur du groupe, affirme que les mesures de relance financière nuisibles à l’environnement sont inutiles, notamment parce que les habitants comptent sur les ressources naturelles du monde pour vivre.

Le rêve longtemps caressé par la Thaïlande deviendra-t-il réalité ?

Un représentant des autorités japonaises est sceptique et dit qu’il n’est pas certain que le défi en vaille la peine.

Le projet devrait être mis en œuvre d’ici 2023, date à laquelle la dernière étude de faisabilité du gouvernement devrait être achevée.

Toutelathailande.fr avec City Kings Holdings – 5 septembre 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer