Infos Cambodge

Les femmes dans les karaokés poussées à avorter pour garder leur emploi

Print Friendly, PDF & Email

Accusées d’apporter le mauvais oeil sur les affaires, les femmes travaillant dans les Karaokés sont poussées à avorter pour garder leur emploi

Rasmey*, 26 ans, employée dans un salon de karaoké  (KTV) à Phnom Penh, raconte la pression qu’elle a subie pour ne jamais venir travailler enceinte.

Lorsque j’arrive sur mon lieu de travail, le gérant nous dit, à moi et à toutes les femmes, que l’endroit a très peu de clients depuis deux ou trois jours. Ils ont acheté des tests de grossesse pour que nous les utilisions. Une par une, toutes les femmes du KTV sont invitées à faire le test dans les toilettes pendant que deux autres femmes sont là pour regarder le résultat. Si le test est négatif, tout va bien, mais si le test est positif, nous sommes renvoyées sur-le-champ.”

Elle travaille dans cet établissement depuis environ six ans maintenant. Elle dit que c’est la même chose pour toutes les femmes qui travaillent dans les KTV ou les beer-gardens – les patrons leur interdisent d’être enceintes si elles veulent continuer à travailler.

“Vous pouvez avorter ou autre chose, mais l’endroit n’autorise pas les femmes enceintes à travailler ici”

leur dit-on.

Rasmey a elle-même subi deux avortements.

La première fois, ma mère m’a emmenée lorsque le fœtus avait un mois, et la dernière fois, le fœtus avait quatre mois et il lui poussait déjà des bras et des jambes. Après un avortement, j’ai dû immédiatement mettre de la glace, puis rentrer à la maison et prendre un bain chaud. Nous devons prendre soin de nous parce que c’est comme accoucher », dit-elle.

Deux jours après l’avortement, je retournais au travail normalement, car je ne voulais pas que quelqu’un sache que j’avais avorté. Je ne pouvais boire que très peu, car j’avais peur des douleurs abdominales. J’ai eu très mal au ventre la première fois que j’ai avorté. Je n’ai pas pris de médicaments ni bu de bière avec les clients. Cette fois-là, comme je n’avais pas pris de médicaments, mon estomac a commencé à me faire mal jusqu’à ce qu’il se bloque. Je me suis mise à pleurer et j’ai voulu rentrer chez moi, mais mon amie m’a mis une poche de glace pour atténuer la douleur et me soulager. Je suis sortie, pour manger des nouilles, et j’ai pris des médicaments.

Six travailleuses ont raconté à VOD les tests de grossesse forcés, les pressions pour interrompre la grossesse et l’expérience d’avortements volontaires pour tenter de conserver leur emploi. Alors que les femmes vivent un traumatisme potentiel, la motivation des employeurs se résume souvent à la superstition : les femmes enceintes sont des “filles à quatre yeux” qui nuisent aux affaires.

Le ministère du Travail affirme qu’il souhaite que les femmes dénoncent ces abus, car il est conscient du problème, mais reconnaît qu’il n’a jamais intenté de procès aux propriétaires de ces entreprises, et qu’il a conclu avec eux des accords prévoyant des amendes et la promesse de respecter la loi à l’avenir.

Un secteur discriminé

Selon Ou Tephalin, président de la Fédération cambodgienne des travailleurs de l’alimentation et des services, une grande partie de l’industrie du divertissement au Cambodge remonte à la prostitution des travailleurs et des soldats de l’ONU au début des années 1990.

L’Autorité transitoire des Nations Unies au Cambodge a administré le pays après les accords de paix de Paris de 1991 et pendant la période précédant les élections nationales de 1993. Environ 20 000 militaires et civils étrangers ont investi le pays et supervisé la tentative de retour à la démocratie, au cours de laquelle Hun Sen a perdu le vote, mais est devenu co-Premier ministre après avoir annoncé une menace de sécession.

“Le secteur du divertissement est né, également grâce à l’APRONUC”

dit Ou Tephalin.

Selon le ministère du Tourisme, le Cambodge comptait en Mars 1 293 lieux de divertissement enregistrés dont 1 084 Karaokés (KTV) , 109 clubs et discothèques, 16 boîtes de nuit et 84 beer-gardens, employant environ 18 381 travailleurs.

En plus de servir de la nourriture, de l’alcool et de proposer des karaokés, de nombreux beer-gardens et KTV intègrent le travail sexuel dans leur activité.

Leurs travailleurs sont victimes de discrimination au sein de la communauté et sont vulnérables aux abus, selon Ou Tephalin.

“Les propriétaires les considèrent comme une simple chose qui attire les clients. Ils sont prêts à tout pour faire prospérer leur entreprise“, dit-elle. “Cela ressemble à de l’esclavage moderne, car les employeurs ne font rien pour protéger leurs travailleurs”.

Selon la loi sur l’avortement de 1997, toute personne qui contraint une femme à avorter peut être punie d’un à cinq ans de prison.

Licencier des travailleuses pour cause de grossesse ou les contraindre à avorter sont des violations des protections requises par la loi, dit-elle. Les employeurs gagnent de l’argent sur le dos des femmes, mais les traitent comme une malédiction qu’il faut purifier.

“J’ai été confrontée à de nombreuses situations de ce genre“, raconte Sreyoun*, une serveuse de brasserie de 32 ans, en parlant d’un cas survenu dans le district de Meanchey. “Un jour, lorsque je suis entrée pour la première fois au travail dans un restaurant de Kbal Thnal, le propriétaire jetait du sel et du riz et brûlait du papier pour que je puisse passer devant.

Les grossesses, c’est pareil, dit-elle :

Ça porte malheur”. Dès que les affaires sont au ralenti, les tests de grossesse sortent.

 

Sophal*, 32 ans, ancienne gérante de KTV, aujourd’hui serveuse dans un beer-garden, raconte qu’elle a avorté trois fois, et qu’elle avait l’impression de ne pas avoir le choix.

“Je ne me souviens même pas quand. Je l’ai fait parce que j’avais besoin d’argent pour subvenir à mes besoins”, dit-elle. “Avant le test, ils nous disaient que s’il était positif, nous ne recevrions pas  notre paiement mensuel”.

Le ministère est là pour les aider.

VOD a envoyé des lettres demandant une réponse à trois institutions nationales, le Comité des droits de l’homme du Cambodge, le ministère des Affaires féminines et le ministère du Travail.

Seul le ministère du Travail a répondu aux questions. Le Comité des droits de l’homme a déclaré ne pas travailler sur les droits des femmes et a demandé aux journalistes de contacter le ministère de la Condition féminine, qui n’a pas répondu.

Le directeur adjoint des inspections du ministère du Travail, Khem Bunchhean, a déclaré qu’il était au courant du problème, mais que les fonctionnaires ne disposaient pas de suffisamment de preuves pour punir les propriétaires, car les victimes ne fournissaient pas d’informations aux agents.

“Ce qui aggrave la situation, c’est qu’ils croient encore qu’ils n’ont aucun droit contre leurs patrons. Mais le ministère est là pour les aider. Nous sommes à leur disposition à tout moment pour tout problème”, déclare M. Buncchean.

Il ajoute que le ministère a pris des mesures punitives contre certains restaurants, clubs et KTV, “mais je n’ai pas le nombre en tête.”

“Nous n’avons pas encore envoyé de dossier pour poursuivre les acteurs de ce secteur devant le tribunal, car lorsque nous trouvons quelque chose de mal, nous leur infligeons d’abord une amende. Ils acceptent toutes leurs erreurs et sont d’accord avec nous pour suivre la loi et payer l’amende.

Trois propriétaires de KTV contactés par VOD à Phnom Penh et Siem Reap ont refusé de commenter.

Mme Chim Channeang, secrétaire général du Comité des ONG cambodgiennes sur la CEDAW, estime que le ministère du Travail ne devrait pas attendre pour engager une action en justice, car cela empêche les victimes de croire que les autorités les soutiendront.

“Les autorités résolvent les problèmes avec leurs ressentis, aux côtés de l’employeur, plutôt que d’utiliser la loi. C’est leur habitude”, déclare Channeang. “Ils pensent que ce n’est qu’un petit problème entre  le travailleur et le propriétaire de l’établissement”.

Le devoir du gouvernement est de veiller à ce que ni les institutions publiques ni les entreprises privées n’abusent ou ne discriminent les femmes, dit-elle.

“Je pense que le gouvernement devrait s’informer et comprendre l’impact psychologique et social pour les victimes. Lorsque les femmes deviennent des victimes, elles ont peur de porter plainte.

Des avortements non sécurisés

Environ 12 % des Cambodgiennes âgées de 15 à 49 ans ont eu recours à un avortement, selon l’enquête démographique et sanitaire de 2014. Trente pourcents l’ont fait elles-mêmes, selon l’enquête.

Ping Chutema, directeur du service clinique de l’Association pour la santé reproductive du Cambodge, affirme qu’il est dangereux d’entreprendre un avortement sans experts qualifiés.

“Certaines femmes continuent à saigner”, explique Ping Chutema. “Certaines auront des résidus dans leur utérus si elles n’ont pas quelqu’un pour nettoyer l’utérus. Ces résidus provoquent des saignements… et des infections. Cela peut affecter sa santé, et si nous ne le traitons pas à temps, cela peut entraîner la mort.”

Sreymech*, 32 ans, travaille dans ce secteur depuis 2001. Elle était mineure alors. Elle raconte qu’une fois, elle a quitté un emploi plutôt que de se faire avorter après avoir vu ce qu’une amie avait vécu.

“J’ai une amie – elle était enceinte de quatre mois, mais elle m’a dit que ce n’était que deux mois environ. J’ai dit : “OK, si c’est deux mois, tu peux avorter par médicaments, mais si c’est plus de deux mois, tu ne peux pas parce que c’est dangereux. Mais elle m’a menti. La vérité, c’est que l’enfant avait quatre mois et que lorsqu’elle a pris le médicament, le fœtus n’est pas sorti”, raconte Sreymech.

“Elle est retournée au travail et a dit au propriétaire du KTV qu’elle avait déjà avorté, et le patron l’a autorisée à travailler normalement. Mais lorsqu’elle était dans la salle du KTV en train de chanter avec un client, elle a couru aux toilettes. Quand je suis entrée, j’ai vu que le fœtus était tombé de son utérus dans les toilettes.”

La suite a été un rituel de purification.

“Le lendemain, le propriétaire a fait appel à un moine pour bénir l’établissement, car ils ont dit que mon amie avait fait tomber un enfant à naître chez eux et que cela porterait malheur à leur commerce.

Par Hun Sirivadh – VOD.com / Lepetitjournal.com – 10 octobre 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer