Infos Cambodge

Mobilisation pour défendre le patrimoine historique de Phnom Penh

Print Friendly, PDF & Email

Le 12 octobre 2021 le Premier ministre cambodgien a émis une Circulaire concernant la prévention de la démolition et de la destruction des bâtiments du patrimoine au Cambodge 

Cette circulaire a pour but de promouvoir la conservation du patrimoine et le développement durable, étant donné le risque de pertes et de dommages sur les bâtiments du patrimoine urbain au Cambodge.

On ne peut qu’applaudir cette initiative. L’ UNESCO a d’ailleurs félicité le gouvernement cambodgien.

« Le Cambodge est connu depuis longtemps pour ses efforts en matière de conservation culturelle, et cette circulaire renforcera encore l’équilibre entre la croissance urbaine et le développement durable, et réaffirmera l’engagement du Cambodge envers l’Objectif de développement durable 11, en soulignant l’importance du patrimoine culturel et naturel pour rendre les villes sûres et résilientes. » peut-on lire sur le site de l’organisation internationale.

Le Cambodge possède trois sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, le site d’ Angkor, le temple de Preah Vihear et la zone de Sambor Prei Kuk. 

« L’UNESCO a travaillé en étroite collaboration avec les autorités compétentes pour promouvoir la conservation de ces sites, et elle continuera à fournir une assistance technique au gouvernement royal du Cambodge et aux parties prenantes pour la conservation et la préservation du patrimoine culturel et urbain », poursuit l’organisation.

Keat Soriththeavy, Andrew Haffner, Ouch Sony et Michael Dickison sont partis explorer pour VOD, ces monuments du patrimoine phnompenhois qui tombent parfois en ruine. Ils y ont rencontré des habitants.

Le Petit Journal vous livre ici une traduction de l’article qui est paru dans leur colonnes.

De petits arbres poussent à l’intérieur du dernier étage d’une école abandonnée de la rue 144 à Phnom Penh. Des poutres sont tombées dans des pièces en béton brut et de l’eau s’écoule sur plusieurs étages.

Sok Long, 65 ans, est arrivée ici avec son mari en 1989. Ils étaient tous deux enseignants à Battambang. Elle a vu le quartier se transformer au cours de ces 32 dernières années. La plupart de ses collègues ont déménagé dans de nouvelles maisons en dur.

Des centaines d’enfants remplissaient autrefois les nombreuses salles de classe de l’école primaire de Padewath. Mais l’école a fermé en 2006. Depuis lors, Mme Long et sa famille sont les gardiens du bâtiment abandonné, vivant sur quatre étages spacieux d’une coquille de béton, regardant les lianes s’insinuer sur les façades et les murs des étages supérieurs s’effondrer lentement.

Dans toute la capitale, les bâtiments du patrimoine sont dans des états divers de dégradation ou de préservation – certains semblent sur le point de s’effondrer ; d’autres sont recouverts de barricades métalliques ou de filets verts, laissant entrevoir un renouveau ou une perte potentielle ; beaucoup abritent des restaurants, des résidents et de l’agitation, sans se distinguer du reste de la ville qui les entoure.

Cette semaine, le Premier ministre a demandé aux responsables de mettre un terme à la destruction des bâtiments culturels et patrimoniaux dans tout le pays afin de les protéger pour les générations futures, tandis que les historiens soulignaient la valeur de leur préservation et que les habitants en parlaient diversement avec nostalgie ou indifférence.

Enquête sur le patrimoine immobilier à préserver à Phnom Penh

VOD n’a pas été en mesure de recevoir une liste officielle des bâtiments du patrimoine cette semaine. Mais depuis au moins 2009, Canby Cambodia a publié une liste de 24 exemples d’architecture historique autour du centre de Phnom Penh.

Vendredi, ces 24 bâtiments semblaient tous être encore debout sous une forme ou une autre. Une zone le long de la rue 130 accueille un ensemble de sites patrimoniaux, notamment aux coins d’une intersection à quatre voies avec des structures datant chacune d’une période différente. On peut y voir un voyage à travers l’histoire architecturale récente de Phnom Penh, de la plus ancienne construite vers 1905, en passant par une structure des années 1940 de style “Art Moderne” à un bloc des années 1980. Juste en bas de la rue, un immeuble d’appartements de style méditerranéen construit dans les années 1940 montre encore des signes de vie de ses résidents, même s’il s’effrite visiblement.

Au bout de la rangée se trouve ce qui reste de l’hôtel International, construit dans les premières années du XXe siècle. Aujourd’hui, bien que certaines enseignes soient encore visibles, l’ancien bâtiment de l’hôtel a été récupéré par un certain nombre de commerçants. Sa tour est considérée comme distincte sur le plan architectural, mais le look de l’hôtel est désormais davantage caractérisé par une enseigne enveloppante pour smartphones Samsung Galaxy.

Alors que de nombreux bâtiments historiques se sont fondus dans le tissu urbain usé par les intempéries, d’autres sont réaffectés de manière plus visible. Le manoir du Foreign Correspondents Club, situé au bord de la rivière, était un restaurant et un hôtel actif jusqu’à sa récente fermeture pour d’importants travaux de rénovation, qui devraient être achevés d’ici la fin de l’année, selon le site web du FCC. À proximité, une ancienne villa royale a été transformée en entrée du Hyatt Regency, qui vient d’ouvrir ses portes.

Le bâtiment du FCC n’est pas la seule pièce d’architecture coloniale française à avoir été utilisée de manière constante, et le bureau de poste principal de la ville reste l’un des exemples les plus clairs de ce style. Mais les années ont été plus dures pour d’autres anciens bâtiments administratifs coloniaux dans ce quartier, notamment l’ancien commissariat central. Ayant servi de décor au film “City of Ghosts” en 2002, l’ancien commissariat est resté pratiquement inoccupé pendant plus d’une décennie. Selon les médias, l’enceinte de l’ancien commissariat de la police coloniale, qui appartient désormais au conglomérat Royal Group, est devenue un point de rencontre local grâce aux terrains de volley-ball installés dans ses murs.

Phen Keo, 41 ans, loue le bâtiment historique et son terrain pour pouvoir organiser ses tournois de volley-ball. Il n’a aucune utilité du bâtiment lui-même, dit-il.

Personne ne fait rien avec ce bâtiment. Et personne ne vit à l’intérieur, parce qu’ils ont peur que la vieille construction s’effondre. Quelques personnes utilisent l’endroit pour laver le linge.

 

Deux parties de volley-ball sont en cours à l’intérieur d’une structure métallique ressemblant à un entrepôt, rempli de dizaines d’hommes, dont beaucoup sont torse nu. Ces cours existent aussi depuis 20 à 30 ans, dit Keo.

Mais pour le bâtiment français, ils ne nous permettent pas d’en faire quoi que ce soit“, poursuit-il.

L’ambivalence des habitants face aux vieux bâtiments de Phnom Penh

Au rez-de-chaussée de l’école fermée Padewath, rue 144, Pen Soklim, 48 ans, vend des boissons gazeuses avec son chariot depuis 20 ans. Elle ne voulait pas dire que ce serait triste ou qu’elle serait opposée à la démolition et à la perte du bâtiment – “ce n’est pas grave si le gouvernement l’exige” – mais le quartier renferme de nombreux souvenirs.

Mais pour elle, c’est le bloc d’appartements situé en face qui semble le plus emblématique de Phnom Penh. “Je ne me déplace pas beaucoup, alors le premier bâtiment auquel je pense est M’lop Tapang”, dit-elle. “Les gens l’utilisaient comme point de rencontre”.

C’est l’avantage de préserver les bâtiments du patrimoine, dit-elle – Phnom Penh gagnerait des points de repère, des choses à connaître.

Elle ajoute que les vieux quartiers semblent avoir plus de gens qui passent et s’arrêtent pour acheter de la nourriture et d’autres articles, que les zones avec des gratte-ciel modernes.

Hour Pov, 70 ans, vit depuis 1990 dans un logement de type “shophouse” au rez-de-chaussée de l’immeuble. Elle ne partage pas cette affection pour la structure délabrée.

“Ce n’est pas beau. C’est effrayant de regarder ce bâtiment. Quand je l’ai acheté, il était joli. Plus tard, quand il a vieilli, il est devenu effrayant”, a déclaré Mme Pov. Le musée national était emblématique. L’école ne l’était pas, dit-elle.

Je m’en moque. S’ils viennent pour acheter, je vais immédiatement vendre.

 

Vong Sotheara, professeur d’histoire, a déclaré que de nombreux bâtiments du patrimoine ont été perdus en raison d’un manque de communication sur leur valeur historique. Le Cambodge ne disposait pas non plus d’un responsable de l’évaluation des bâtiments du patrimoine, a ajouté M. Sotheara.

La protection des bâtiments du patrimoine des décennies passées encouragerait à l’avenir le développement d’un tourisme diversifié, a-t-il ajouté.

“Les gens ne veulent pas toujours aller à la plage ou visiter le temple d’Angkor Wat. Ils peuvent avoir envie de voir, de connaître, d’entendre ou de s’informer sur une architecture qui a duré un demi-siècle.”

La plupart des promoteurs valorisent le luxe et le progrès au détriment du patrimoine, il serait donc utile de mettre davantage l’accent sur la préservation des bâtiments historiques, a-t-il ajouté.

Thou Rithi, étudiant en histoire à l’Université royale de Phnom Penh, a déclaré que les gens devraient être fiers de préserver le patrimoine de leurs ancêtres.

Cela montre notre civilisation et notre culture passée, une identité qui permet au monde de nous connaître

 

Des instructions venues d’en haut pour protéger le patrimoine immobilier phnompenhois

Dans sa circulaire datée, le Premier ministre s’est rangé du côté de la préservation. La perte et la destruction dues à la modernisation ont endommagé les bâtiments du patrimoine dans tout le pays, et le développement doit atteindre l’équilibre entre le changement et la conservation, indique le document.

Le gouvernement donne des instructions à tous les ministères et institutions gouvernementales pour qu’ils ne modifient pas l’apparence ou n’endommagent pas l’esthétique des constructions patrimoniales, précise le document.

Les projets de réparation, de remodelage ou de démolition des bâtiments patrimoniaux devront d’abord passer par le ministère de la Culture et des Beaux-Arts, ajoute le document.

Long Ponnasirivath, porte-parole du ministère de la Culture, a déclaré que la préservation faisait depuis longtemps partie du plan stratégique du ministère, mais qu’il y avait des tensions avec la voie du développement, et que certaines personnes n’appréciaient toujours pas la valeur du patrimoine.

Au cours des deux dernières décennies, la préservation des bâtiments de l’époque coloniale française appartenant à des particuliers a été mise à mal, a-t-il ajouté.

“Avec le développement économique et social, nous ne pouvons pas tout empêcher“, a-t-il déclaré, ajoutant que la conservation exigeait la participation de toutes les parties.

Bien qu’il s’agisse d’un défi de longue date, la nouvelle directive de Hun Sen apportera davantage de clarté sur la nécessité de protéger les bâtiments classés comme culturellement importants, a déclaré M. Ponnasirivath.

Il a précisé qu’il n’avait pas sous la main le nombre de bâtiments ou la liste elle-même, mais qu’ils étaient mis à jour chaque année en fonction de divers critères, et pas seulement de l’ancienneté . “Leur caractère unique, leur esthétique, leur valeur historique et religieuse sont tous pris en compte“, a-t-il dit.

“Notre potentiel touristique est fort car nous avons un patrimoine et des temples anciens”, a-t-il déclaré.

Long, l’ancienne enseignante, a déclaré qu’elle était fière de garder son école abandonnée dans le centre de la ville.

“J’ai beaucoup, beaucoup de souvenirs dans cet endroit, mais ce dont je suis fière, c’est d’avoir fait venir ma famille ici, pour vivre dans le centre de Phnom Penh”, a-t-elle déclaré. Il leur serait impossible de se payer le luxe de vivre dans un tel quartier autrement, a-t-elle ajouté.

Nous vivons ici. Et c’est un endroit spécial.

 

Ses cinq enfants vivent toujours avec elle dans le bâtiment, qui était l’ambassade des États-Unis avant de devenir l’école. Il possède une cage d’ascenseur vide avec des portes grillagées menant à un trou, et une cage d’escalier grise qui s’enroule autour.

“C’est l’une des réalisations que l’ancien architecte a conçues pour les gens. La nouvelle génération peut venir et regarder ce design et cet héritage“, a déclaré Long.

Pour moi, je veux le garder comme ça, ne rien toucher et ne rien peindre. Les gens viennent ici pour prendre des photos, c’est incroyable à voir. (…) S’ils détruisent ce bâtiment, nous n’aurons plus cet ancien design.

Lepetitjournal.com avec VODenglish.news – 22 octobre 2021

Mobilisation pour défendre le patrimoine historique de Phnom Penh
Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer