Infos Cambodge

Nombreux travailleurs chinois bloqués au royaume d’Angkor

Print Friendly, PDF & Email

Selon le Khmer Times, des milliers de travailleurs chinois au Cambodge trouvent qu’il est de plus en plus difficile et coûteux de rentrer chez eux en raison de la diminution du nombre de vols, du prix élevé des billets et des exigences strictes en matière de quarantaine dans les pays d’accueil et d’origine.

Les tarifs aériens aller simple vers la ville de Chengdu, dans le sud-ouest du pays, ont grimpé en flèche pour atteindre 60 000 yuans (9 380 dollars) pour les semaines à venir. Ce chiffre ne tient pas compte des coûts supplémentaires de plusieurs milliers de yuans liés à la pré-quarantaine obligatoire de 14 jours dans la ville de départ et d’au moins deux semaines supplémentaires après l’arrivée en Chine.

“Nous avions prévu de nous rendre dans notre pays d’origine, mais le tarif est désormais supérieur à 60 000 yuans sur le marché”, a déclaré un entrepreneur prénommé Shi. “De plus, nous devons payer un hôtel de quarantaine avant même d’embarquer“.

Initiative “Belt and Road”

Shi fait partie des dizaines de milliers de Chinois qui ont déménagé au Cambodge, alors que la Chine a étendu son empreinte financière avec ses projets de l’initiative “Belt and Road” (BRI) de plusieurs milliards de dollars dans le pays. Ces projets ont transporté non seulement des travailleurs d’entreprises publiques, mais aussi des entrepreneurs individuels qui ont atterri dans le pays d’Asie du Sud-Est après avoir constaté des opportunités croissantes.

Shi, qui a investi dans des usines de traitement des déchets à Phnom Penh il y a trois ans, a déclaré que de nombreux entrepreneurs sont partis pendant la pandémie, mais que des milliers de travailleurs de la construction employés par des entreprises d’État sont restés. Aujourd’hui, soit leurs projets sont terminés, soit leurs contrats sont arrivés à terme, et ils veulent rentrer chez eux.

Parmi ceux qui cherchent d’urgence des billets, il y a ceux qui travaillent sur les projets chinois de l’IRB à Phnom Penh, a déclaré à Sixth Tone un hôtelier chinois de la ville, prénommé Chen. Il a déclaré que son hôtel héberge actuellement une cinquantaine d’employés d’une entreprise de construction d’État chinoise, qui attendent tous désespérément de rentrer chez eux.

“De nombreux projets d’aide tels que des autoroutes et des centrales hydroélectriques ont été achevés”, a déclaré Chen. “Ils n’ont aucune raison de rester”.

Mercredi, Cambodia Airways a déclaré qu’elle modifiait sa politique de quarantaine en la ramenant de 14 à 4 jours, conformément à l’exigence de l’ambassade de Chine.

Cependant, les tarifs restent inabordables pour beaucoup, car les agences de voyage auraient acheté tous les billets pour les revendre plus cher, a déclaré Chen, propriétaire d’un hôtel chinois. Il a ajouté que les billets de Phnom Penh à Chengdu coûtent toujours environ 60 000 yuans, alors que les principales plateformes de voyage en ligne ne donnent aucun résultat pour ce voyage.

Par Jean Michel Gallet – Gavroche-thailande.com – 8 novembre 2021

Nombreux travailleurs chinois bloqués au royaume d’Angkor
Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer