Infos Cambodge

Pourquoi 50 % du trafic mondial de notes vocales sur Facebook provient du Cambodge

Print Friendly, PDF & Email

Facebook a identifié dès 2018 que 50 % des messages vocaux de Messenger étaient échangés au Cambodge. Une curiosité liée aux difficultés d’affichage des trop nombreux caractères cambodgiens sur les petits écrans.

Les Facebook Files dévoilés par Frances Haugen ont mis le doigt sur une foule de problèmes internes à Facebook. La lanceuse d’alerte a matraqué que la compagnie privilégie le profit au bien-être des utilisateurs, insisté sur les efforts de modération presque exclusivement déployés pour les utilisateurs anglophones, ou encore évoqué son inquiétude face au metavers. Une information plus anodine, faisant référence à une utilisation massive des notes vocales de Messenger au Cambodge, a aussi attiré l’attention du média Rest of World.

Une curiosité identifiée en 2018

En 2018, Facebook a ainsi remarqué que les utilisateurs cambodgiens représentaient près de 50 % de tout le trafic mondial pour la fonction vocale de Messenger. Un chiffre qui a attisé la curiosité d’un employé, lequel a suggéré de mener une enquête. Une étude a finalement été menée par l’entreprise en 2020 dans les pays où l’utilisation des messages audio est importante, mais Facebook n’a pu trouver qu’un seul interlocuteur cambodgien. Le mystère est jusque-là resté entier.

Mais comme l’explique Rest of World, l’attrait des Cambodgiens pour les notes vocales provient plus d’un désintérêt de l’industrie pour la langue khmère que de celui du seul Facebook : rédiger des notes écrites serait tout simplement une tannée pour les natifs. Il existe en effet 74 caractères en khmer, contre 26 lettres en français pour seule comparaison, et les outils informatiques n’ont que peu évolué ces 20 dernières années pour faciliter l’écriture khmère.

Tout un pays habitué à s’exprimer à l’oral

Ainsi, en cambodgien, le clavier ne peut afficher tous les caractères de la langue simultanément, et chaque touche héberge deux caractères différents. Cela nécessite donc de basculer sans cesse entre deux couches de clavier. “Il existe maintenant des claviers légèrement plus avancés, mais ils ne sont pas préinstallés sur les téléphones, contrairement aux claviers Google, Samsung et Microsoft, explique le directeur d’une ONG cambodgienne au média. Au fil des ans, les habitudes se sont ancrées. Au Cambodge, les messages vocaux décrivent plus facilement ce que les gens font.”

Le directeur indique également qu’il existe des claviers plus récents, comme celui de SwiftKey, qui facilitent la saisie en khmer, mais que les Cambodgiens ne sont même pas au courant de leur existence. Les progrès de l’IA sur la prédiction d’écriture ou la correction orthographique sont surtout visibles dans des langues très parlées à travers le monde, et donc assez insignifiants en khmer. Et puis, les notes vocales sont maintenant adoptées par une immense partie de la population qui n’hésite pas à enregistrer des messages en public, les jeunes Cambodgiens utilisant énormément l’alphabet latin quand ils rédigent.

Enfin, les Cambodgiens n’utilisent pas uniquement les messages vocaux sur Facebook Messenger, mais également sur Telegram, WhatsApp et Line. Facebook reste toutefois la plateforme la plus populaire du pays.

Par Romain Challand – Les Numériques – 17 novembre 2021

Pourquoi 50 % du trafic mondial de notes vocales sur Facebook provient du Cambodge
Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer