Infos Thailande

La chute actuelle du baht est un sinistre rappel de son effondrement il y a 25 ans

Print Friendly, PDF & Email

Le 1er juillet, à un moment donné de la journée, le baht, l’unité monétaire de la Thaïlande, est tombé à 35,66 pour un dollar, son niveau le plus faible en cinq ans.

Il a clôturé à 35,63 à la fin de la séance de négociation du premier jour de ce mois, selon le centre de recherche de la banque Kasikorn (Kasikorn Research Center).

Les nombreuses fluctuations du baht

Depuis la crise financière asiatique de 1997, le baht a traversé quatre cycles clés.

Pour se conformer aux conditions de renflouement fixées par le Fonds monétaire international, la Thaïlande, plongée dans l’une des pires crises économiques de son histoire, a abandonné le 2 juillet 1997 sa politique de taux de change fixe, qui consistait à fixer le baht à 25 pour un dollar américain, les réserves de la banque centrale étant épuisées pour défendre la monnaie contre les spéculateurs.

Dès que la Banque de Thaïlande (BOT) a opté pour le taux flottant, la monnaie a connu une chute libre.

Le baht a plongé à un niveau historiquement bas de 56,50 par dollar le 12 janvier 1998.

Cette chute a toutefois permis une reprise des exportations et un afflux de touristes, ce qui a permis de redresser la situation du baht.

Par la suite, le baht est devenu très fort, et a même été surnommé “super baht”, car une industrie touristique en plein essor a attiré environ 40 millions de touristes par an avant que la pandémie de Covid ne frappe le pays début 2020.

Au milieu de l’année 2019, le baht s’était renforcé pour atteindre 27-28 par rapport au dollar.

Cependant, les graves retombées de la pandémie et l’effondrement soudain de l’industrie du tourisme – qui représente environ 20 % du produit intérieur brut (PIB) de la Thaïlande – ont affaibli le baht, le poussant à son plus bas niveau depuis cinq ans.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie en février de cette année, combinée à une forte inflation causée par les ruptures d’approvisionnement, a de nouveau fait glisser le baht, ainsi que d’autres monnaies asiatiques.

La fin du baht super fort

Après s’être plaints pendant des décennies qu’un baht fort érodait leur compétitivité parce qu’il rendait les produits thaïlandais plus chers que ceux des concurrents, les exportateurs et les fabricants ont désormais d’autres réserves.

Ils se sont récemment inquiétés du fait que la faiblesse du baht avait augmenté leurs coûts de production.

Le baht a été très volatil en mai et juin, et il s’est affaibli pour atteindre environ 34,87 pour un dollar au 23 juin, selon la BOT.

L’affaiblissement du baht dans un contexte de hausse des prix du pétrole a désavantagé la Thaïlande, qui est un importateur net de pétrole par rapport à d’autres pays, comme la Malaisie au sein de l’ASEAN.

Affaibli par les déficits

L’affaiblissement du baht et la forte hausse des prix du pétrole et du gaz naturel peuvent expliquer en partie le creusement du déficit des comptes courants.

Le déficit de la balance courante de la Thaïlande s’est élevé à 3,7 milliards de dollars en mai, contre un déficit de 3,1 milliards de dollars en avril, et le déficit de janvier à mai a atteint 9 milliards de dollars.

Le creusement du déficit de la balance courante n’est pas un bon signe pour le pays car il affaiblit la position budgétaire.

Le gouvernement a enregistré un déficit budgétaire pendant de nombreuses années.

Et pour l’avenir, il est difficile de voir comment et quand le gouvernement pourrait réduire ou équilibrer le budget.

Jusqu’à présent, le gouvernement a été contraint d’emprunter plus de 1,5 trillion de bahts pour contenir les retombées économiques du Covid, avec des mesures de soutien aux personnes et aux entreprises touchées par la crise de santé publique.

Pourtant, ce n’est pas le dernier emprunt important ; le gouvernement devra emprunter davantage pour financer le budget annuel pendant de nombreuses années à venir.

Cette année, le gouvernement a fait passer le ratio de la dette publique au PIB de 60 à 70 %, abandonnant ainsi un précédent seuil d’endettement de référence censé garantir la stabilité budgétaire.

Le gouvernement et la BOT ont tous deux défendu la position financière du pays en soulignant l’importance des réserves de change, qui s’élevaient à plus de 229,9 milliards de dollars en mai.

Les investisseurs peuvent également convenir de la marge de manœuvre offerte par un important volant d’actifs en devises fortes accumulés au fil des ans après la crise financière de 1997.

Intervention sur le marché

Grâce à ses importantes réserves internationales, la banque centrale pourrait intervenir sur le marché pour soutenir la monnaie thaïlandaise en achetant des bahts sur le marché et en vendant des dollars américains.

Les derniers chiffres indiquent que la banque centrale interviendra sur le marché, car les réserves internationales ont diminué, passant de 245,9 milliards de dollars en décembre 2021 à 229,9 milliards de dollars en mai.

Un haut fonctionnaire de la BOT a assuré que le baht n’était pas le plus faible parmi les pairs régionaux.

Il se situe au milieu du groupe, en baisse d’environ 5 % depuis le début de l’année.

Ils ont fait valoir que toutes les devises ont été touchées par le renforcement du dollar américain.

Impact des hausses de taux américaines

La Réserve fédérale américaine a accéléré ses hausses de taux pour lutter contre l’inflation galopante.

Elle a récemment relevé le taux de référence dans une fourchette de 1,5 à 1,75 %, alors que le taux directeur de la BOT est de 0,5 %.

Une autre hausse de 50 à 75 points de base est attendue prochainement aux États-Unis.

Cela a fait spéculer le marché sur le fait que la banque centrale thaïlandaise allait convoquer une réunion d’urgence pour augmenter le taux de la Thaïlande.

Mais la BOT a précisé que son comité de politique monétaire se réunirait comme prévu en août, et qu’aucune réunion d’urgence n’était nécessaire.

Le gouverneur adjoint de la BOT, Piti Disyatat, a déclaré que le taux historiquement bas serait relevé en fonction de la reprise économique, ce qu’il appelle un processus de normalisation des taux d’intérêt.

La BOT a déclaré qu’une hausse des taux serait progressive, mais les hauts responsables de la banque centrale ne pouvaient pas dire de combien, car ils doivent prendre une décision sur la base des dernières conditions et perspectives économiques.

À en juger par leur signal, de nombreux analystes prévoient que la banque centrale augmentera le taux de 0,25 point de pourcentage en août et de 0,25 point de pourcentage supplémentaire plus tard.

Ainsi, le taux directeur passera de 0,5 % à 1 % d’ici la fin de l’année.

Une hausse des taux devrait avoir un impact négatif sur les entreprises et les consommateurs, en particulier ceux qui sont endettés, en raison de l’augmentation du coût du service de la dette.

Un compromis entre l’impact de la hausse des taux et la stabilité des prix est inévitable.

“Les avantages de la stabilité des prix sont plus importants que l’impact négatif de la hausse des taux”, a déclaré Kiatipong Ariyapruchya, économiste principal au bureau de la Banque mondiale en Thaïlande.

La BOT a récemment introduit de nouvelles mesures pour soutenir les groupes vulnérables.

Elle a étendu le paiement minimum de 5 % – contre 10 % auparavant – sur les dettes de cartes de crédit et a prolongé d’une année supplémentaire, jusqu’à la fin de 2023, le report du paiement des dettes sur les prêts non garantis empruntés via le canal bancaire numérique.

La restructuration des dettes des petits emprunteurs est encouragée.

La BOT a également levé l’interdiction faite aux institutions financières de verser des dividendes.

Elle exigera des banques qu’elles augmentent leurs contributions au Fonds de développement des institutions financières (FIDF) de 0,23 % au taux normal de 0,46 % de leur base de dépôts à partir de l’année prochaine, afin de réduire le surendettement du FIDF, le bras financier de la BOT utilisé pour sortir le pays de la crise des institutions financières en 1997.

La hausse prévue des taux devrait permettre de soutenir le baht et, au moins, de l’empêcher de s’enfoncer davantage.

Baht et crypto-monnaies

Cette année, le gouverneur de la BOT, Sethaput Suthiwartnarueput, ne se contente pas de surveiller avec vigilance les mouvements sur le marché traditionnel des taux de change, mais il doit aussi protéger le baht contre les monnaies privées émergentes connues sous le nom de crypto-monnaies.

Il craint que les Thaïlandais ne soient trop enthousiastes à l’égard des crypto-monnaies, un grand nombre de personnes versant leur argent dans des investissements dans des crypto-monnaies émises par des étrangers et des entreprises locales.

En mars, la banque centrale et la Securities and Exchange Commission ont dû publier des règlements interdisant l’utilisation des crypto-monnaies comme moyen de paiement, au motif que les crypto-monnaies sont trop volatiles, ne peuvent pas stocker de valeur et pourraient déstabiliser le système financier du pays.

Au départ, les partisans des crypto-monnaies ont été déçus par la décision de la BOT.

Mais comme les actifs numériques ont été confrontés à des ventes massives, les crypto-monnaies ont perdu leur attrait par rapport au baht.

Le bitcoin a perdu près de 60 % de sa valeur cette année, s’effondrant à environ 19 000 ou 20 000 dollars actuellement, contre plus de 67 500 dollars vers la fin de 2021.

Toutelathailande.fr avec Thai PBS World – 6 juillet 2022

La chute actuelle du baht est un sinistre rappel de son effondrement il y a 25 ans
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer