Infos Birmanie

La Birmanie rejoint le guichet unique électronique intégré de l’Asean

C’est fait ! Vendredi 6 mars 2020, la Birmanie a officiellement rejoint le système de plate-forme numérique de guichet unique commercial de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean).

La Birmanie rejoint le guichet unique électronique intégré de l’Asean | lepetitjournal.com

Un pas essentiel pour développer encore plus les échanges commerciaux et attirer des investisseurs régionaux. La décision avait été prise voilà plus de 10 ans : mieux intégrer les économies des pays de l’Asean à travers un accord commercial de circulation des biens, signé le 26 février 2009. Mais il y a loin de la coupe aux lèvres, et malgré cet accord, la plupart des pays membres de l’Asean préféraient s’en remettre à des accords bilatéraux qu’à ce document général.

Si le protectionnisme frileux de certains, telle la Birmanie, s’expliquait assez facilement par la certitude de ne pas avoir les moyens humains, techniques et financier de résister à l’arrivée des grandes entreprises des pays les plus économiquement puissants de l’Asean, tous reconnaissaient aussi la difficulté de s’accorder régionalement aux niveaux administratif et réglementaire, ce qui handicapait lourdement les échanges commerciaux pour les PME et donc le développement ou le renforcement de ces entreprises.

C’est finalement grâce à la technologie que cette problématique s’est résolue, avec la plate-forme de guichet unique de l’Asean, où toutes les entreprises provenant d’un des 10 pays membres de l’association peuvent trouver et remplir l’ensemble des documents nécessaires à des activités d’exportation et d’importation. La plate-forme électronique de guichet unique de l’Asean permet notamment d’accéder aux certificats d’origine des produits – souvent connu sous l’antonomase anglaise Form D – et aux documents douaniers nécessaires à leur échange commercial. A travers cette plate-forme, tous ces documents circulent en ligne d’une administration à une autre et donc les entreprises n’ont désormais plus qu’à remplir une seule fois les papiers pour leur demande de négoce. Ensuite, les divers agents administratifs – nationaux et internationaux – dialogueront directement entre eux avant qu’en bout de chaîne la documentation validée reviennent à l’entreprise qui l’avait soumise.

« Un tel processus numérique intégré facilite considérablement l’import/export en diminuant la paperasserie et les compétences spécifiques pour la remplir », explique U Win Thant, directeur des douanes birmanes. « Pour les entreprises, ce sera un gain de temps important, des économies importantes », poursuit-il. Et aussi la fin du blocage par les compétences, se doit-on d’ajouter, un blocage profond en Birmanie où il est toujours difficile de recruter des spécialistes capables de remplir tous ces papiers sans erreurs. La prochaine étape prévue sera d’ajouter à la plate-forme des documents fiscaux, comme les déclarations douanières, et sanitaires, comme des certificats de conformité alimentaire, phytosanitaire, etc. Deux étapes qui permettront de s’assurer de l’innocuité des produits importés et de lutter plus efficacement contre la fraude fiscale et la contrebande.  

C’est d’ailleurs aussi là une des fonctions de cette plate-forme : assurer plus de revenus à l’état et éviter l’argent gris, cette corruption des petites sommes qui s’échangent de la main à la main dans les bureaux des administrations pour qu’un douanier ici, un contrôleur là, ferment les yeux sur de petites infractions ou « facilitent » l’administration des transactions. Une pratique généralisée au sein de l’Asean qui représente un manque à gagner considérable pour les pays membres.

Lepetitjournal.com – 9 mars 2020

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer