Infos Thailande

Les sévices militaires en Thaïlande sont institutionnalisés, selon AI

Print Friendly, PDF & Email

Les jeunes appelés thaïlandais sont confrontés à des violences et des agressions sexuelles généralisées, a déploré Amnesty International dans un rapport lundi, estimant que ce genre de sévices sont institutionnalisés et systématiquement tus par la hiérarchie.

La tuerie perpétrée le mois dernier par un soldat thaïlandais qui a abattu 29 personnes dans la ville de Nakhon Ratchasima, déclenchée par un différend impliquant son officier supérieur, a mis en évidence l’existence d’une culture d’abus de pouvoir et d’impunité au sein de l’armée thaïlandaise.

Le rapport d’Amnesty International décrit d’autres abus encore, notamment des cas de commandants forçant des nouvelles recrues à sauter dans des fosses septiques ou à manger “comme des chiens”, en utilisant leur bouche et non leurs mains.

Il décrit également des humiliations sexuelles où les bleus étaient forcés par leurs supérieurs de se tenir mutuellement le pénis.

«Les mauvais traitements infligés aux nouveaux appelés dans l’armée thaïlandaise sont un secret de polichinelle depuis bien longtemps. Ce que nos recherches montrent, c’est que ces mauvais traitements ne sont pas l’exception mais la règle, et sont délibérément étouffés au sein de l’armée», explique Clare Algar, cadre chez Amnesty International.

Un porte-parole de l’armée a déclaré qu’il n’avait pas examiné le rapport d’Amnesty mais que les abus passés avaient été traités.

“Nous prenons la question des abus très au sérieux et tout commandant impliqué sera transféré, passible de sanctions disciplinaires et de poursuites pénales”, a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense, le général de division Kongcheep Tantrawanit.

“Au cours des deux à trois dernières années, il y a eu très peu de cas. Par conséquent, certains des cas dont les gens parlent relèvent peut-être d’informations anciennes.”

Le service militaire est obligatoire en Thaïlande et chaque année, des milliers d’hommes de plus de 21 ans participent à un recrutement sous forme de loterie.

S’exprimant sous couvert de l’anonymat, un ancien appelé de 24 ans décrit une punition que son sergent lui a infligée après l’avoir surpris en train de fumer.

“Il m’a fait ramper dans un fossé crasseux puis m’a forcé ensuite à prendre une (…) position où je devais mettre ma tête et mes pieds au sol en levant les fesses avec les mains derrière le dos”, se souvient-il.

“Ensuite, le sergent a dit à dix autres appelés de me frapper violemment avec des balais”, ajoute le jeune homme.

Environ la moitié des 350.000 effectifs des Forces armées royales thaïlandaises sont constitués d’appelés.

Bien que traditionnellement traités avec une certaine considération, l’armée a été critiquée depuis sa prise de pouvoir en 2014, le 12e coup d’État réussi depuis 1932.

Lepetitjournal.com avec Reuters – 24 mars 2020

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer