Infos Thailande

La Thaïlande rouvre peu à peu, quid des restrictions encore en place ?

Les autorités thaïlandaises ont commencé à desserrer les règles de confinement ces derniers jours, mais un certain nombre de restrictions restent en place avec parfois des différences d’une province à l’autre.

Depuis le 3 mai, le gouvernement a assoupli certaines des mesures mises en place pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus tout en prolongeant l’état d’urgence et en maintenant le couvre-feu nocturne de 22h à 4h jusqu’au 31 mai.

Ont été autorisés à rouvrir les marchés en plein air, les petits détaillants, les stands de nourriture de rue et les restaurants hors des centres commerciaux, les parcs et les installations sportives de plein air, les salons de coiffure et les toiletteurs pour animaux de compagnie. Mais ces commerces doivent néanmoins se plier à des mesures sanitaires plus ou moins strictes émises par le ministère de la Santé publique. 

Cinq mesures obligatoires sont le nettoyage fréquent, le port du masque, la mise à disposition d’un point d’eau pour se laver les mains, la distanciation physique et la limitation du nombre de personnes. Il est également recommandé de contrôler la température corporelle, réduire le temps passé dans le lieu, assurer une distance d’un mètre dans les files d’attente et augmenter la ventilation. 

Il est par exemple possible de manger dans les restaurants et stands de rue à condition que ces lieux respectent une distance de 1,5 mètre entre les clients. Il est possible d’acheter des boissons alcoolisées dans ces commerces, mais pas de consommer sur place pour éviter l’accumulation de tablées d’amis. Les visites chez le coiffeur (et le barbier) doivent se faire sur rendez-vous et ce dernier ne peut proposer que la coupe, le nettoyage et le séchage, il est donc interdit de se faire une coloration. 

Les hôpitaux, cliniques médicales et de soins dentaires et sont ouverts à tous à l’exception des cliniques esthétiques qui restent fermées. Les parcs et lieux publics sont accessibles et il est possible de pratiquer des activités seuls telles que de la course à pied, le vélo, la marche. Les sports d’extérieurs sont autorisés (tennis, badminton, golf, kayak, tirs à l’arc, etc.), à l’exception des sports d’équipe. Il est possible d’amener son animal de compagnie dans un salon de toilettage. 

Dans les centres commerciaux, les services tels que les banques, services postaux, supermarchés sont ouverts, les restaurants aussi mais pas la vente sur place, seulement à emporter. 

Des exceptions provinciales

Le gouverneur de Bangkok et les gouverneurs des 76 autres provinces du pays ont le pouvoir de maintenir les restrictions existantes ou d’assouplir les directives conformément aux décisions du gouvernement. 

C’est ainsi que dans la province de Phuket, si les coiffeurs et les barbiers sont de nouveau ouverts, les restaurants ne peuvent toujours pas accueillir de clients pour manger sur place, seule la restauration à livrer ou à emporter est autorisée. 

“Il est également toujours interdit de se promener sur les plages de l’île ou de faire une sortie en bateau. Trois districts, Rawai, Chern Talay et Bangla Road à Patong sont toujours en confinement strict”, explique Claude de Crissey, consul honoraire à Phuket. Les plages de Pattaya sont également interdites. 

Le 3 mai, la province de Phuket a levé l’interdiction de sortir de l’île. Le trafic entrant est en revanche toujours restreint, aucun véhicule n’est autorisé à entrer, à l’exception des transports de fournitures et services essentiels.

Selon le gouverneur de Phuket, Phakaphong Tavipatana, plus de 50.000 Thaïlandais se seraient enregistrés pour obtenir les documents nécessaires pour quitter l’île. Actuellement, Phuket laisse sortir 10.000 personnes par jour après un contrôle au pont Tha Chatchai. Cependant, pour pouvoir se déplacer vers une autre province, il est nécessaire de se procurer une autorisation de déplacement auprès de l’administration provinciale. Bien qu’il soit désormais possible de voyager d’une province à une autre, de nombreux contrôles ont lieu sur les routes et certaines provinces imposent des périodes de quarantaine à l’arrivée. C’est le cas, entre autres, pour les provinces de Trang, Krabi, Nakhon Phanom et Buriram selon la page Facebook du département des relations publiques. En théorie, les autres provinces n’ont pas de mesures de confinement spécifiques, néanmoins l’Office du tourisme de Thailande (TAT) invite les voyageurs à se renseigner auprès de la provinces où ils souhaitent se rendre. 

À Pattaya, après plusieurs jour sans le moindre cas de Covid-19, les non-résidents devaient de nouveau être autorisés à entrer depuis le 5 mai. 

Des voyages plus compliqués

Ben Lefetey, directeur de l’agence de voyage Thaïlande Autrement est parti en voiture le 1er mai de Krabi pour arriver le 3 mai à Chiang Mai : “nous avons eu des contrôles de température toutes les heures environs et généralement on me demandait seulement d’où je venais. À un point de contrôle à Uthai Thani, j’ai dû présenter l’autorisation de sortie de la province de Krabi, c’est le seul endroit où l’on m’a demandé ce document. Le plus compliqué sur la route a été de trouver des hôtels pour dormir puisque la plupart sont fermés. Et pourtant, on ne peut pas rouler la nuit à cause du couvre-feu.”

Depuis le 3 mai, plusieurs compagnies aériennes autorisent de nouveau les vols domestiques entre plusieurs villes du pays : Chiang Mai, Lampang, Mae Sot, Buri Ram, Sakon Nakhon, Nakhon Phanom, Roi Et, Khon Kaen, Ubon Ratchathani, Udon Thani, Trang, Nakhon Si Thammarat, Surat Thani et Krabi. L’aéroport de Phuket ne devrait rouvrir que le 15 mai. 

Les compagnies aériennes ont elles aussi été tenues de renforcer les mesures d’hygiène et de distanciation physique en laissant notamment un siège vide entre les passagers. L’Autorité de l’Aviation Civile Thaïlandaise (CAAT) recommande d’arriver à l’aéroport trois heures avant le départ compte tenu du renforcement des contrôles sanitaires. 

L’arrivée dans une nouvelle ville peut parfois s’avérer plus compliquée en raison des régulations propres à chaque province. Selon le média Thisrupt, à l’arrivée à l’aéroport de Chiang Mai, il est nécessaire de pouvoir fournir une adresse dans la ville et d’avoir une personne de nationalité thaïlandaise pour venir vous chercher à l’aéroport et pour se porter garante que vous respectez bien la mise en quarantaine de 14 jours. 

Les bus effectuant des trajets de plus de 300 km sont pour le moment suspendus ainsi que plusieurs trains longues distances et avec couchettes. Il n’y a actuellement que deux trains par jour pour faire la liaison entre Bangkok et Chiang Mai tandis que les lignes vers le sud sont supprimées. La compagnie des chemins de fer demande également aux passagers de remplir un document de voyage avant d’embarquer dans le train.

Le déconfinement total du pays devrait s’étaler sur deux mois. Le gouvernement thaïlandais prévoit d’évaluer la situation tous les 15 jours, ce qui annonce une réouverture en quatre étapes, sans pour autant fournir de détails. L’assouplissement des restrictions se fera en fonction de l’évolution du nombre de personnes infectées par le Covid-19, en cas d’accroissement du nombre de malades, des mesures plus strictes pourraient de nouveau être imposées. Les autorités craignent que le pays ne soit touché par une deuxième vague de contaminations. La Thaïlande a signalé un total de 2.989 infections et 55 décès depuis l’apparition de l’épidémie en janvier. 

Par Catherine Vanesse – Lepetitjournal.com – 7 mai 2020

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer