Infos Thailande

Les pauvres de Thaïlande veulent retourner au travail

Alors que le nombre de nouveau cas de Covid-19 diminue en Thaïlande, beaucoup critiquent les mesures drastiques qui poussent des millions de personnes vers la faim

Les mesures prises par le gouvernement thaïlandais pour contenir le Covid-19 ont conduit à une insécurité extrême pour des millions de travailleurs.

Certains survivent maintenant dans les rues, grâce à des distributions gratuites de nourriture, mais attendent fébrilement le retour à la normale.

“Je ne bois que de l’eau chaude  depuis un mois maintenant”, dit Jay, un jeune musicien qui travaillait dans une maison d’hôtes dans le centre de Bangkok avant que la fermeture massive ne commence il y a plus d’un mois.

Depuis lors, il est à la rue sans aucun revenu.

Il se procure de l’eau potable chaude aux distributeurs d’eau bouillante disponibles dans les mini-marchés.

Il se rend aux distributions gratuites de nourriture organisées quotidiennement dans de nombreux quartiers de la capitale nationale.

Chaque après-midi, dans le quartier historique de Rattanakosin, sous un soleil de plomb, de longues files de personnes masquées attendent patiemment que les volontaires déchargent les paquets de nourriture des camions.

Chacun recevra un sac en plastique avec un paquet de chips, un sac de riz collant, un carton de lait et une bouteille d’eau.

Quelques policiers s’assurent que tout se passe bien et incitent, en vain, les gens à se tenir à distance de sécurité par le biais d’un haut-parleur.

Beaucoup portent des casquettes.

Chacun baisse la tête, par honte et par peur de reconnaître ses amis ou ses voisins dans la foule.

“Chaque jour, nous voyons plusieurs centaines de personnes supplémentaires arriver”, dit un volontaire.

“En ce moment, le pauvre peuple thaïlandais meurt de faim.

En l’absence de véritables services sociaux publics, ces distributions sont effectuées par des initiatives privées, par des familles locales aisées qui souhaitent apporter leur contribution, ou par des temples impliqués dans la vie sociale d’un quartier”.

Il y a quelques jours, à Pattaya, une ville balnéaire vivant principalement du tourisme, une distribution similaire de petits déjeuners a créé une foule de plusieurs milliers de personnes à partir de 4 heures du matin.

Le gouvernement les a donc interdites au nom des risques de contamination et a invité les donateurs à contacter directement les autorités locales pour obtenir un soutien logistique.

Les bénéficiaires de ces distributions ne sont pas, pour la plupart, des mendiants réguliers, mais de simples travailleurs.

Ils sont souvent liés au tourisme : chauffeurs de taxi, vendeurs ambulants et personnel hôtelier.

“Même si j’essaie de continuer à travailler, je passe des heures dans la rue et je ne gagne que 35 à 70 bahts par jour au maximum”, explique un chauffeur de tuk-tuk âgé de 60 ans.

Un peu plus loin, certains d’entre eux sont assis sur les trottoirs et essaient de vendre leurs affaires personnelles pour gagner un peu d’argent : chaussures usagées, vêtements d’enfants, ventilateurs poussiéreux.

Une dame d’une quarantaine d’années pousse une charrette.

Comme elle n’a rien à vendre, elle propose de ramasser les affaires des autres, de les vendre un peu plus loin dans différents quartiers, pour gagner une misérable commission.

Le soir, ceux qui n’ont pas de toit sur la tête déroulent des tapis et se cachent pour dormir dans des ruelles discrètes.

Les autorités ont imposé un couvre-feu entre 22 heures et 4 heures du matin, et les sans-abri qui ne veulent pas dormir dans les zones spéciales ouvertes par le gouvernement sont condamnés à une amende.

Prêt à tout

La vie nocturne est au point mort à Bangkok.

Les restaurants, bars et autres lieux de divertissement sont fermés, y compris les fameux quartiers chauds, qui sont restés ouverts pendant les récentes émeutes et coups d’État dans le pays.

Invisibles de jour mais bien réelles, les centaines de milliers de prostituées du royaume font désormais partie des personnes les plus vulnérables car elles ne bénéficient d’aucune aide gouvernementale.

Un autre groupe particulièrement vulnérable est constitué par les millions de travailleurs migrants, birmans, cambodgiens et laotiens, qui ne pouvaient ou ne voulaient pas rentrer chez eux avant la fermeture des frontières.

Le désespoir peut se lire dans les annonces de recherche d’emploi ; beaucoup sont prêts à travailler presque gratuitement en échange d’un logement et de nourriture.

“Je suis prête à tout, je peux tout faire”, écrit Sothea Ly, une jeune Cambodgienne à la recherche d’heures de travail ménager.

En fin de compte, certaines personnes n’ont pas d’autre choix que la mort.

Une quarantaine de suicides directement liés à la pauvreté ont été enregistrés en Thaïlande depuis mars, ce qui contraste avec les 55 décès dus au Covid-19.

Le taux de suicide est au moins 10 % plus élevé que la moyenne habituelle, qui est déjà la plus élevée de la région de l’ANASE.

Les services d’appel d’urgence pour les personnes en détresse psychologique sont tous saturés.

Une mère qui ne pouvait plus nourrir ses deux enfants en vendant des yaourts au porte-à-porte, un chauffeur de taxi qui venait de se voir refuser une aide gouvernementale de 5 000 bahts (143 euros) aux plus pauvres, le propriétaire d’un petit restaurant qui venait de faire un investissement important… la liste est longue.

“Nous avons reçu plus de 600 appels ce mois-ci, contre une trentaine le mois dernier”, déclare Satit Pitudecha de la cellule de crise du ministère de la santé.

Le gouvernement a levé la stricte interdiction de vente d’alcool qui était en vigueur depuis un mois, ce qui atténue un peu la morosité.

Les bars restent fermés, mais les épiceries peuvent à nouveau fonctionner, et les Thaïlandais peuvent boire chez eux, conformément au nouveau décret.

L’épidémie semble se résorber dans le pays.

Avec 3 009 cas de coronavirus au total au 10 mai et moins de 10 nouvelles infections rapportées chaque jour, davantage de personnes s’opposent aux mesures drastiques et à leurs conséquences économiques et sociales sur la population.

Le gouvernement va annoncer de nouvelles ouvertures le 17 mai

Des représentants des ministères de l’Intérieur et du Tourisme, ainsi que ceux de plusieurs groupes d’entreprises du pays, se sont réunis samedi au Centre d’urgence de santé publique de Bangkok pour discuter du potentiel de “déblocage” et de réouverture d’un plus grand nombre d’entreprises vers le 17 mai.

Ce plan fait partie d’un effort global structuré visant à relancer prudemment l’économie thaïlandaise et à permettre à environ 10 millions de travailleurs actuellement au chômage de retrouver leurs moyens de subsistance et leurs entreprises.

Toute réouverture dépendra de la persistance d’un faible taux d’infection quotidien (actuellement à un chiffre près et principalement importé) par le coronavirus Covid-19 dans tout le pays.

Les entreprises spécifiques à recommander au Premier ministre, avec des directives strictes en matière de santé et de sécurité, sont les centres commerciaux, les grands restaurants, les parcs d’attractions, y compris les parcs aquatiques, les salons de santé et de beauté (y compris l’autorisation de la teinture des cheveux et d’autres services dans les salons actuellement ouverts), les gymnases, les centres de remise en forme, les spas, les salons de massage, les lieux de réunion et de séminaire et l’industrie cinématographique.

Ces éléments ne sont que des suggestions et il n’y a aucune garantie que le Premier ministre les acceptera. La réouverture de tout lieu nécessitera des mesures d’éloignement et d’hygiène strictes.

Le 3 mai a marqué le début de la première phase de réouverture, qui comprenait de petits restaurants, des marchés extérieurs, des salons de coiffure, des parcs et plusieurs autres lieux, pour la plupart à faible risque.

La réouverture de nombreux lieux plus importants, si et quand elle aura lieu, permettra de remettre immédiatement au travail des dizaines de milliers de travailleurs thaïlandais au chômage.

Toutelathailande.fr – 11 mai 2020

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer