Infos Viêt Nam

L’Union européenne et son marché sont bienvenus à Hanoï

Le Vietnam a ratifié lundi l’accord commercial historique de libre-échange avec l’Union européenne. Cet accord a été signé à Hanoï en juin dernier et a été ratifié par le Parlement européen en février.

Lorsqu’il entrera en vigueur le mois prochain, l’UE lèvera 85 % de ses droits de douane sur les marchandises vietnamiennes, réduisant progressivement le reste au cours des sept prochaines années.

Selon les termes de cet accord de libre-échange, le Vietnam lèvera 49 % de ses droits de douane sur les exportations de l’UE et supprimera progressivement le reste sur une période de dix ans.

La mise en œuvre de l’accord de libre-échange UE-Vietnam “ne peut pas intervenir à un meilleur moment pour le Vietnam, alors qu’il est sur la voie de la reprise économique après plusieurs mois de fermeture en raison de l’application du COVID-19”, a déclaré l’économiste Pham Chi Lan, ancien conseiller de plusieurs premiers ministres vietnamiens. L’épidémie est restée limitée, dans le pays, à environ 300 cas de personnes contaminées sans décès connu. Aucune infection locale n’a été signalée depuis près de deux mois.

Dépendance chinoise

“COVID-19 a donné au Vietnam une dure leçon sur sa dépendance vis-à-vis de la Chine”,estime Pham Chi Lan. “Il a également montré à d’autres pays, dont l’UE, l’impact négatif d’une trop grande dépendance à l’égard de la Chine dans la chaîne de valeur de leurs produits. L’EVFTA (accord de libre-échange) arrive au bon moment, car toutes les parties réalisent qu’elles doivent pivoter et se restructurer pour diversifier la chaîne d’approvisionnement”.

Le Vietnam est le deuxième partenaire commercial de l’UE en Asie du Sud-Est, les échanges bilatéraux ayant atteint 56 milliards de dollars l’année dernière.

L’accord avec l’UE devrait améliorer la compétitivité du Vietnam, en renforçant son attrait pour les investisseurs qui transfèrent des usines hors de Chine.

38 milliards de dollars d’investissements étrangers en 2019

Le petit Singapour est le seul autre pays d’Asie du Sud-Est à avoir conclu un accord de libre-échange avec l’UE. La Thaïlande a engagé des pourparlers pour l’heure enlisés.

Les investissements étrangers directs au Vietnam ont atteint en 2019 leur plus haut niveau en dix ans, soit 38 milliards de dollars. Environ deux tiers de ces investissements ont été consacrés à l’industrie manufacturière, et l’accord devrait contribuer à soutenir cette tendance, a déclaré M. Sieburg.

Les législateurs ont également ratifié un deuxième pacte qui protège les investisseurs. Négocié depuis 2012, il accorde aux entreprises de l’UE un traitement égal à celui des soumissionnaires nationaux dans la compétition pour les marchés publics au Vietnam. Le Vietnam, un pays sous domination communiste, s’est également engagé à respecter des normes de développement durable, notamment en améliorant son bilan en matière de droits de l’homme, en protégeant les droits des travailleurs et en tenant ses engagements en matière de lutte contre le changement climatique dans le cadre de l’accord de Paris.

Plus de 30 ans après avoir mené des réformes économiques pour s’intégrer dans l’économie mondiale, le pays, qui compte 95 millions d’habitants, est en train de devenir une puissance manufacturière.

Mais il a encore un long chemin à parcourir, loin derrière Singapour, Hong Kong et la Malaisie, avec un PIB par habitant d’environ 2 600 dollars, soit moins de la moitié de celui de la Thaïlande.

Gavroche-thailande.com – 9 juin 2020

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer