Infos Viêt Nam

Le terrorisme, ce fléau pourchassé par le pouvoir communiste

L’activité des groupes d’opposition en exil, résolus à renverser le pouvoir communiste en place, est toujours fortement surveillée et traquée au Vietnam.

Mardi 22 septembre, un tribunal a condamné 20 personnes à des peines allant de 2 à 24 ans de prison pour «terrorisme», en raison de leur implication dans l’attentat à la bombe perpétré dans un commissariat de police il y a deux ans.

Tenter de mener des actions de subversion au Vietnam, un pays quadrillé par les forces de sécurité, mène directement ou presque en détention, voir à la peine de mort. Le tribunal de Hô-Chi-Minh-Ville a, le 22 septembre, déclaré 17 personnes coupables de terrorisme et en a condamné trois pour utilisation illégale d’explosifs, suite à un attentat attribué à un groupe anti-gouvernemental en exil formé au Canada.

Chape de plomb politique

La chape de plomb politique est très verrouillée au Vietnam où un homme a été condamné pour terrorisme en avril dernier pour une bombe dans un bureau des impôts et deux frères ont été condamnés à la peine capitale  pour avoir tué trois policiers lors d’un affrontement sur les droits fonciers.

Le groupe canadien Trieu Dai Viet, ou Dynastie du Vietnam, auquel appartenait les accusés avait, selon la police, prévu de s’en prendre à d’autres cibles de l’État. La justice vietnamienne semble être aux ordres du pouvoir communiste. Il est donc impossible d’obtenir dans le pays un procès digne de ce nom, où les droits des accusés sont respectés et défendus.

Gavroche-thailande.com – 27 Septembre 2020

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer