Infos Thailande

Fitch met en garde la Thaïlande contre un sentier escarpé sans touristes

L’économie thaïlandaise sera confrontée à une trajectoire de reprise difficile si le tourisme ne s’améliore pas, car la croissance économique est directement et indirectement liée aux arrivées de touristes étrangers, selon Fitch Ratings.

“Je pense qu’il est très difficile d’imaginer que la Thaïlande puisse connaître une reprise agressive de sa croissance [économique] en l’absence d’une amélioration dans le secteur du tourisme”, a déclaré James McCormack, responsable mondial des notations souveraines et supranationales chez Fitch.

Les exportations de marchandises sont un domaine dans lequel la Thaïlande peut compenser la déflation de l’industrie du tourisme si l’économie mondiale se redresse, car le pays est ouvert au commerce, a déclaré M. McCormack.

De janvier à juillet, le nombre de touristes étrangers s’est élevé à 6,69 millions, soit une baisse de 71 % par rapport à l’année précédente, les dépenses ayant chuté de 70,4 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 332 milliards de baht.

La Thaïlande, qui a enregistré 39,8 millions d’arrivées de touristes l’année dernière, n’a enregistré aucun visiteur étranger depuis avril, date à laquelle une interdiction de voyager a été imposée.

Dans une tentative de ressusciter l’industrie touristique meurtrie, le Centre pour la gestion de la situation du Covid-19 (CCSA) a approuvé fin septembre le principe de l’entrée des ressortissants étrangers, y compris les visiteurs d’affaires et les touristes, pour aider le pays à se redresser.

Les conditions d’entrée sont les suivantes : être titulaire d’un type de visa spécifique, être en quarantaine pendant 14 jours, subir un test Covid-19 72 heures avant le départ pour la Thaïlande, souscrire à une assurance maladie Covid-19 et signer une lettre de consentement pour accepter de se conformer aux mesures Covid-19 du gouvernement.

En ce qui concerne les perspectives d’augmentation de la dette publique par rapport au PIB à la suite des mesures de relance du gouvernement pour compenser l’impact du Covid-19, cette tendance s’est produite dans le monde entier, la gestion budgétaire et de la dette publique étant la clé des perspectives à moyen terme, a déclaré M. McCormack.

“Le véritable enjeu est ce qui se passe ensuite.

Le cadre politique dont la Thaïlande dispose depuis de nombreuses années a une approche prudente en matière de finances publiques.

Nous nous attendons donc à ce que cela se poursuive au lendemain de la crise et à ce que tout niveau élevé de dette publique soit à nouveau réduit”, a-t-il déclaré.

Le ratio de la dette publique au PIB s’élève à 48%, soit 7,7 trillions de baht, selon les données du Bureau de gestion de la dette publique.

La dette publique passera à 57 % du PIB si l’on emprunte la totalité du montant prévu par le décret de prêt de 1 000 milliards de bahts.

Le procès-verbal édité du Comité de politique monétaire (MPC) de la Banque de Thaïlande indique qu’une reprise économique est toujours sujette à divers risques, notamment une reprise économique mondiale plus lente que prévue, la détérioration de la capacité de service de la dette des entreprises et des ménages, et la reprise des chiffres des touristes étrangers étant plus modeste que ce qui avait été évalué précédemment si les protocoles gouvernementaux d’admission des touristes étrangers ne peuvent être mis en œuvre.

Le Comité de politique monétaire a discuté des défis à relever pour l’économie dans la période à venir, en particulier du fait qu’une reprise varierait fortement selon les secteurs économiques, les régions et les entreprises dans différents segments.

Les mesures recommandées comprennent la promotion de l’emploi et le développement des compétences de la main-d’œuvre afin de répondre aux besoins des secteurs dont les perspectives de reprise sont lentes et la capacité excédentaire considérable ; la création d’emplois dans les zones provinciales afin d’absorber les travailleurs de retour au pays ; et des politiques de l’offre, en particulier la restructuration économique, afin de soutenir les secteurs à fort potentiel de reprise capables d’adapter leurs modèles d’entreprise à l’environnement post-pandémique, selon le compte rendu édité.

Toutelathailande.fr – 9 octobre 2020

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer