Infos Thailande

Amnesty International demande la libération des manifestants incarcérés

84 personnes inculpées depuis le 13 octobre, généralement sur la base d’accusations vagues et politiquement motivées. Selon Amnesty International, cette utilisation de charges arbitraires n’est qu’une “tactique pour effrayer l’ensemble du mouvement”.

 Alors que les protestations pacifiques se multiplient en Thaïlande, les autorités continuent d’utiliser des lois vagues et trop restrictives pour harceler et réduire au silence les gens, estime l’organisation de défense des droits de l’homme. Elle appelle les autorités à abandonner immédiatement toutes les charges retenues contre les manifestants pacifiques et à libérer les personnes encore détenues.

Nous diffusons ici un communiqué d’Amnesty International

“Les protestations qui ne cessent de s’intensifier en Thaïlande montrent clairement à quel point les gens tiennent à leurs droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique estime Amnesty International.

“Au lieu de maintenir un espace sûr pour que les gens puissent exprimer leurs opinions, les autorités ont à maintes reprises criminalisé les manifestations pacifiques par le biais des lois thaïlandaises formulées en termes vagues et draconiennes. Les accusations portées contre les supposés leaders des protestations ne sont que des tactiques pour effrayer l’ensemble du mouvement. Elles sont arbitraires, injustifiées et politiquement motivées”.

84 personnes inculpées

Au moins 84 personnes ont été inculpées depuis le 13 octobre, date du début d’une vague de rassemblements de masse quasi quotidiens qui a suivi les protestations régulières à travers la Thaïlande à partir de février. Les protestations ont été déclenchées par la dissolution par la Cour constitutionnelle du parti Future Forward, populaire auprès de nombreux jeunes. Parmi les personnes inculpées figurent deux enfants de 16 et 17 ans.

Protestations pacifiques

Les protestations, majoritairement pacifiques, se sont regroupées autour de trois revendications : la dissolution du parlement et la tenue de nouvelles élections ; des réformes politiques, notamment la réforme de la monarchie et la révision de la constitution rédigée par l’armée ; et la fin du harcèlement des détracteurs du gouvernement pacifique.

En réponse aux protestations croissantes, les autorités ont déclaré le 15 octobre un état d’urgence “sévère”, interdisant les rassemblements de cinq personnes ou plus dans la capitale, Bangkok, ainsi que la publication de nouvelles ou de messages en ligne qui “pourraient créer la peur”, affecter la sécurité nationale ou nuire au moral de la population.

L’état d’urgence est levé, mais de nombreuses personnes sont inculpées et détenues

L’état d’urgence “sévère” a été levé en début de semaine, le 22 octobre, suite à un discours télévisé du Premier ministre Prayut Chan-O-Cha la veille au soir. (Les autorités continuent de bénéficier de pouvoirs d’urgence en vertu d’un décret d’urgence distinct en vigueur depuis mai 2020, apparemment pour contrôler la pandémie de COVID-19).

Dans son discours de mercredi, le Premier ministre a décrit les manifestants comme “des gens pacifiques, bien intentionnés et sincères dans leur désir d’une meilleure société et d’une meilleure nation”, bien qu’il ait accusé une minorité d’avoir commis des crimes. Il a souligné le rôle des sessions parlementaires spéciales prévues les 26 et 27 octobre pour “discuter et résoudre ces différends par le biais du processus parlementaire”.

“Le Premier ministre a reconnu que les manifestants ont été en grande majorité pacifiques et a levé l’état d’urgence. Il s’agit d’une reconnaissance bienvenue par le gouvernement du droit de manifester et d’une désescalade dans l’approche des autorités”, a déclaré Rajat Khosla.

Abandon des charges

“Mais les autorités doivent maintenant dépasser la rhétorique et abandonner les charges contre les manifestants pacifiques. Cela devrait inclure l’annulation des condamnations de toutes les autres personnes pénalisées depuis les élections de 2019 pour avoir appelé pacifiquement à la réforme ou pour avoir exprimé des opinions politiques”.

Au total, 90 personnes ont été détenues depuis le 13 octobre et 84 ont été inculpées. Six d’entre eux ont été libérés sans aucune accusation, la plupart des autres ont été libérés sous caution. Huit d’entre eux sont toujours en détention, notamment les leaders de la protestation étudiante Panusaya “Rung” Sithijirawattanakul et Parit “Penguin” Chiwarak ; l’avocat Arnon Nampa ; les anciens prisonniers d’opinion Patiwat “Bank” Saraiyaem, Ekachai Hongkangwan et Somyot Pruksakasemsuk ; le militant Panupong “Mike” Chadnok et le militant pour la protection de l’enfance Suranat “Tan” Paenprasert.

“Ces leaders de la protestation sont derrière les barreaux uniquement pour avoir exprimé pacifiquement leurs opinions sur les réformes politiques et les droits de l’homme. Il n’y a aucune raison à leur détention et ils doivent être libérés immédiatement et sans condition”, a déclaré Rajat Khosla.

Une majorité d’accusés sur des accusations vagues et draconiennes

On estime à 84 le nombre de personnes inculpées depuis le 13 octobre, dont une majorité (65) pour violation de l’état d’urgence “sévère” vaguement formulé, levé le 22 octobre.

Plusieurs ont été accusées de “sédition” (article 116 du code pénal), une loi de portée générale souvent utilisée pour réprimer la dissidence des autorités, qui est passible d’une peine de prison maximale de sept ans. D’autres ont été inculpés pour leurs activités de médias sociaux en vertu de la loi sur la criminalité informatique, une loi qui contient également de nombreuses dispositions vagues qui ont été régulièrement utilisées pour limiter la liberté d’expression des gens, comme l’a documenté Amnesty International dans un rapport publié au début de l’année.

Risque de prison à vie

Trois personnes – Boonkueanoon “Francis” Paothong, étudiant de premier cycle, Ekachai Hongkangwan, militant pro-démocratie, et Suranat Paenprasert, militant pour la protection de l’enfance – ont été inculpées en vertu de l’article 110 du code pénal pour “intention de nuire à la liberté de Sa Majesté la Reine”, une accusation qui entraîne une peine maximale de prison à vie.

Les trois hommes faisaient partie d’un rassemblement pacifique le 14 octobre dernier, que le cortège de la Reine a traversé. Les autorités n’ont pas expliqué de manière crédible pourquoi ces trois personnes ont été choisies pour être poursuivies parmi les masses rassemblées, ni quel risque elles ont pu courir du fait de leurs actions présumées. “Francis” Paothong a été libéré sous caution, tandis que les deux autres sont toujours en détention.

On estime que 54 personnes ont été accusées de multiples délits et que certaines risquent de longues peines de prison. Un exemple particulièrement flagrant est celui de Parit “Penguin” Chiwarak, 22 ans, étudiant en sciences politiques, qui doit répondre d’au moins 18 accusations pénales pour son rôle présumé dans les récentes manifestations publiques, notamment pour avoir demandé une enquête sur l’enlèvement présumé de Wanchalearm Satsaksit, un blogueur thaïlandais en exil au Cambodge qui y a disparu en juin.

Gavroche-thailande.com – 25 Octobre 2020

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer