Infos Thailande

La réouverture de la Thaïlande au tourisme étranger n’est pas sans défi

L’abandon de la vie de rue dans les destinations populaires de la Thaïlande donne une image choquante sur la façon dont la pandémie a déraciné l’une des attractions les plus uniques du royaume.

“La réouverture ne consiste pas seulement à donner aux touristes un laissez-passer, mais aussi à leur offrir le produit qu’ils imaginent.

En Thaïlande, ces deux aspects posent problème – à moins que le gouvernement n’agisse.” – Raini Hamdi

Autrefois, il ne restait pas un centimètre dans les soi (rues secondaires) pour installer un autre restaurant, un bar ou un étal vendant de tout, des chapeaux de plage, des sous-vêtements aux bagages et à l’art local – un instantané coloré de la façon dont les Thaïlandais aiment vendre leurs produits.

Le sentier peut être imparfait, la disposition des lieux peut être désordonnée, il peut y avoir un tatoueur à côté d’un vendeur de fruits de mer – il n’y a qu’en Thaïlande que vous trouverez cela, et c’est pourquoi la vie dans la rue est une part importante du sentiment d’appartenance au pays.

Aujourd’hui, le seul sentiment que vous aurez est qu’une catastrophe s’est produite et que toute une communauté de petits prestataires touristiques a dû fuir, ou tout simplement périr.

Pour des leaders de l’industrie locale tels que Christophe Vielle, PDG de GCP Hospitality Thailand, une société d’investissement et de gestion hôtelière qui possède entre autres un Pullman à Bangkok et à Pattaya, c’est “la plus grande préoccupation”.

“Vous parlez d’un manque de transport aérien ?

Ma plus grande inquiétude est que si les affaires rouvrent dans six mois, comment cela se passera-t-il dans des endroits comme Phuket et Koh Samui ?

Ils sont morts ! Allez dans les rues.

Les magasins ne sont pas fermés [temporairement] ; les propriétaires sont partis, vous voyez du béton”, a-t-il déclaré lors d’une session de la récente conférence sur l’investissement hôtelier en Asie-Pacifique qui s’est tenue en ligne cette année.

“Cela va prendre très longtemps avant que nous puissions donner aux gens ce qu’ils recherchent.

A moins que le pays ne donne un certain niveau d’argent lorsqu’il rouvrira aux entrepreneurs pour qu’ils [redémarrent], c’est le plus gros problème.

Je suis allé à Koh Samui. J’ai été choqué.

Oubliez ça si demain vous avez un million de personnes qui arrivent – l’île n’existe plus”.

Alors que la Thaïlande, le porte-drapeau de l’Asie du Sud-Est pour la lutte contre la Covid-19, continue à réfléchir à diverses idées pour rouvrir en toute sécurité, elle oublie peut-être que la réouverture n’implique pas seulement d’ouvrir les portes aux visiteurs, mais de leur offrir la Thaïlande qu’ils attendent.

“Que doivent faire les touristes qui arrivent – s’asseoir dans leur chambre d’hôtel, rester sur les plages et attendre ?

Le tourisme est un flux complet”, a déclaré Stephan Roemer, le PDG de Diethelm Travel Group et de Tourasia Switzerland.

“Alors que les visiteurs étrangers veulent profiter du beau temps, personne n’aime être enfermé dans une chambre ou une ville fantôme”.

Les hôtels, les compagnies aériennes et les parcs à thème peuvent être ré ouverts, mais pas un réseau de petites et moyennes entreprises qui a été étroitement tissé au fil des ans.

C’est particulièrement vrai pour la Thaïlande, où la dépendance des habitants à l’égard du tourisme n’a cessé de croître, les arrivées ayant atteint 40 millions l’année dernière.

Le tourisme dépend aussi fortement de la population locale.

“Le tourisme en Thaïlande repose sur les gens, leur gentillesse et leur ouverture d’esprit pour accueillir les touristes dans leur pays.

Ces personnes ne peuvent pas être rappelées simplement quand on en a besoin.

Ils sont obligés de chercher d’autres revenus pour assurer leur survie.

Il y a déjà une énorme perte de savoir-faire et de prestataires de services”, a déclaré M. Roemer.

Qu’est-ce qui vous manque ?

Skift a posé la question aux voyagistes basés en Thaïlande :

Où avez-vous voyagé en Thaïlande depuis la réouverture du marché intérieur en mai et qu’est-ce qui vous manque ?

“J’ai saisi la chance de voyager beaucoup en Thaïlande ces derniers mois, du nord au sud et de l’est à l’ouest.

Les zones touristiques sont en effet désertes, de nombreux endroits ont mis en place le panneau “À vendre”, indiquant clairement que la fermeture n’est pas temporaire.

C’est une image triste, que vous soyez à Chiang Mai, à Krabi ou sur l’île de Phi Phi.

Le tourisme soutient les petites et moyennes entreprises dans une large mesure, souvent de manière indirecte, et des millions d’employés ont perdu leur emploi”, a déclaré Laurent Kuenzle, PDG de l’Asian Trails Group.

Willem Neimeijer, fondateur de Yaana Ventures et de Khiri Travel, s’est rendu à Sukhothai, Chiang Mai, Chiang Rai et le Triangle d’Or, Hua Hin, la province de Nan et son lodge à Khao Sok, Surat Thani.

“Nous avons manqué l’interaction avec les locaux, à l’extérieur de l’hôtel.

À Hua Hin, les gens sur la plage nous manquaient – aucun des opérateurs de chaises longues n’était ouvert.

Les Thaïlandais évitent généralement le soleil et ne s’aventurent dehors que tôt le matin et tard le soir pour des séances photos.

Les marchés, les vendeurs de souvenirs et les massages locaux nous manquaient, alors que les bars encore ouverts étaient des affaires sans âme.

Cela était encore plus évident à Chiang Mai et Chiang Rai, où la plupart des entreprises et des restaurants liés au tourisme que nous avons trouvés étaient fermés.

“À Nan, la rue piétonne était ouverte et très agréable.

Cependant, il nous a semblé que ce n’était pas une bonne source de revenus pour qui que ce soit”, a-t-il déclaré.

Nan est visitée par des voyageurs nationaux et rarement par des touristes internationaux.

Hamish Keith, PDG d’Exo Travel, a beaucoup voyagé en Thaïlande, non seulement dans les grandes stations balnéaires mais aussi dans des régions moins connues proches de Bangkok comme Nakorn Nayok, Rachaburi, Rayong, Nan, Chanthaburi, Chumphon et d’autres provinces qui “possèdent de grandes attractions naturelles et une riche culture”.

Ce qui est très clair, c’est que les grandes stations balnéaires comme Phuket, Samui et Pattaya, qui disposent d’infrastructures touristiques étendues, manquent cruellement de visiteurs étrangers, et que les hôtels vides, les restaurants fermés et l’absence totale de vendeurs et de vie de rue ont transformé des destinations autrefois très animées en d’étranges ombres de leur ancien moi”.

Un plan stratégique pour rouvrir la Thaïlande

La clé pour reconstruire l’écosystème du tourisme revient à la question plus large de l’élaboration d’un plan stratégique pour rouvrir le pays aux visiteurs internationaux.

Il devrait inclure un plan pour relancer les petites entreprises en souscrivant, par exemple, des prêts à des conditions préférentielles sans garantie, a déclaré M. Kuenzle.

“Plus il faudra de temps pour mettre en place ce plan, plus il sera difficile de se redresser car de plus en plus d’entreprises vont fermer à jamais”, a déclaré M. Neimeijer.

“Pour l’instant, il n’y a aucun signe de réouverture inspirant la confiance, comme par exemple une bulle de voyage”.

L’industrie touristique thaïlandaise s’est résignée à une saison hivernale difficile, car un programme gouvernemental visant à attirer les touristes de longue durée de Chine et d’Europe sous le couvert du visa touristique spécial n’est pas très efficace, soit en raison de conditions onéreuses, soit à cause d’une nouvelle vague de fermetures en Europe même.

Le gouvernement envisage la possibilité de bulles de voyages sans quarantaine avec 22 zones à faible risque en Chine.

Mais ces projets restent en cours.

De même qu’un plan pour un fonds de relance du tourisme pouvant atteindre 2,5 milliards d’euros (100 milliards de bahts) pour aider les petites entreprises et les sociétés de voyage.

Une aide pour qui ?

L’espoir est qu’avec une certaine aide du gouvernement et l’esprit d’entreprise des Thaïlandais, les rues bourdonneront à nouveau rapidement lorsque les touristes reviendront.

“Ils [les rues] ont peut-être un aspect différent et c’est déchirant de voir tant d’entreprises locales fermer, mais elles vont se développer à nouveau”, a déclaré Keith d’Exo.

Mais la vie dans les rues va-t-elle changer pour répondre aux besoins des marchés qui sont autorisés en premier, probablement la Chine et d’autres pays asiatiques, ce qui pourrait aliéner d’autres sources à l’avenir ?

“Il semble probable que la Chine reviendra avant l’Europe ou l’Amérique du Nord, mais étant donné que la Thaïlande a été à l’aise pour gérer de multiples marchés pendant de nombreuses années, je ne vois pas son caractère touristique changer de façon permanente”, a déclaré Keith.

Neimeijer, cependant, estime que dans l’ensemble, c’est une erreur d’isoler quelques pays pour leur réouverture sans feuille de route claire pour en ouvrir d’autres, un point repris par Roemer de Diethelm.

Si vous vous ouvrez à certains et en restreignez d’autres, les “autres” chercheront des alternatives et ce ne sera pas pour une courte période.

Il faut établir un calendrier précis pour l’ouverture des frontières, sachant que la planification des voyages se fait en moyenne six mois à l’avance”, a déclaré M. Roemer.

“Les clients de longue date de la Thaïlande et les retraités optent pour d’autres destinations.

Les familles planifient également les vacances de l’année prochaine en Égypte, en Afrique de l’Est, dans l’océan Indien ou dans les Caraïbes”.

Reconstruire en mieux

Un bien qui pourrait être tiré des zones nouvellement désertées est une chance de mieux reconstruire.

À cet égard, tout le monde s’accorde à dire que ce qu’il faut, ce sont des règles et des réglementations durables et, surtout, leur application.

“De nombreuses provinces veulent être plus durables, elles veulent protéger leurs ressources naturelles.

Le plus grand défi est la corruption [et l’application de la loi]”, a déclaré M. Kuenzle.

La Thaïlande a également une chance de réaliser son objectif de développer le tourisme dans les provinces moins fréquentées et de préparer ces régions au retour des touristes.

“Il est probable que le tourisme régional redémarre en premier, suivi par les voyageurs occidentaux plus aventureux qui sont désireux de découvrir des expériences plus locales.

Il faut un effort concerté pour promouvoir les provinces moins connues et les rendre accessibles”, a déclaré M. Keith.

Les transports publics “ne sont pas du tout concernés ou axés sur le tourisme”, ce qui fait qu’il est difficile pour les voyageurs indépendants d’aller au-delà des grandes villes ou des stations balnéaires sans recourir à des transferts privés coûteux, a-t-il dit.

La préoccupation principale : l’ouverture du pays

Bien entendu, les voyagistes ne reçoivent pas de questions de leurs clients sur les rues mortes – cela ne leur viendrait probablement même pas à l’esprit.

Leurs principales questions restent les suivantes :

quand les frontières s’ouvriront-elles ?

Quelles sont les restrictions ?

“Nous avons besoin de plans avec des calendriers sur la façon de rouvrir le pays au tourisme, même s’ils doivent être réadaptés à des situations changeantes.

Nous avons besoin de plans qui apportent des chiffres afin que l’économie du tourisme puisse redémarrer”, a déclaré M. Kuenzle.

Il semble que la vie dans les soi ne sera plus jamais la même.

Toutelathailande.fr avec skift.com – 14 Novembre 2020

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer