Infos Birmanie

L’expression «gouvernement putschiste» bannie du vocabulaire médiatique par les militaires

Print Friendly, PDF & Email

e Ministère de l’information birman a écrit au Conseil de la presse de Birmanie pour avertir les journalistes et les organisations de médias de ne pas qualifier la junte du général supérieur Min Aung Hlaing de «gouvernement putschiste».

La lettre, datée du 11 février et intitulée «Question de reportage avec l’éthique des médias», affirmait que qualifier la junte de «gouvernement putschiste» – arnar thein asoya en birman – était une violation de l’éthique des médias.

Dans l’une des premières menaces directes que la junte a adressées aux médias privés depuis le coup d’État, la lettre suggère que les journalistes qui refusent de se conformer pourraient faire l’objet de poursuites pénales et que les publications pourraient voir leur licence révoquée.

Rapports contraires à l’éthique

“Certains journaux, revues et organes de presse ont fait des rapports contraires à l’éthique, notamment en présentant à tort le Conseil d’administration d’État comme un gouvernement putschiste”, indique la lettre.

Il est fait référence à l’article 9 de la loi sur les médias d’information, qui établit un code de conduite de base que tous les «professionnels des médias d’information» doivent respecter ou faire face à des accusations criminelles potentielles. Mais la lettre cite également l’article 8 de la loi sur l’impression et l’édition, qui énumère un éventail de choses qu’un imprimeur ou un éditeur «ne doit pas publier», y compris «des choses qui peuvent harceler la sécurité nationale, l’état de droit, l’ordre public ou les droits de chaque citoyen ».

Interdiction possible

Bien que cela n’ait pas été mentionné dans la lettre, toute publication qui imprime quelque chose en violation de l’article 8 peut être interdite par un tribunal régional en vertu de l’article 9 de la loi. Les deux lois ont été critiquées par les défenseurs locaux et internationaux de la liberté d’expression pour ne pas respecter les normes internationales – y compris en particulier les sections mentionnées dans la lettre du ministère de l’Information.

“Il est informé qu’aucune action de provocation ne devrait être prise pour inciter à des troubles publics, y compris la fausse représentation du Conseil d’administration d’État comme un gouvernement putschiste”, indique la lettre. Les menaces contenues dans la lettre reflètent les efforts de la junte depuis le 1er février pour présenter sa prise de pouvoir comme étant entièrement conforme à la constitution.

Putsch conforme à la constitution

La lettre affirme que l’armée birmane (Tatmadaw) a déclaré l’état d’urgence conformément à la Constitution et a formé le Conseil d’administration d’État dirigé par Min Aung Hlaing, conformément aux dispositions de la Constitution sur l’état d’urgence.

Elle n’apporte pas d’explications sur la destitution, le 1er février, du président Win Myint, chef d’État démocratiquement élu du pays. Win Myint, le conseiller d’État Daw Aung San Suu Kyi et d’autres membres du gouvernement national civil ont été arrêtés par les forces de sécurité lors de raids avant l’aube, ainsi que de hauts responsables de la Ligue nationale pour la démocratie et des membres des gouvernements et des assemblées des États et de la région.

L’armée a remplacé Win Myint par son propre candidat, l’ancien général Myint Swe, qui a ensuite déclaré l’état d’urgence et a remis le pouvoir à Min Aung Hlaing. L’état d’urgence est justifiée par l’affirmation des militaires selon laquelle les élections de novembre ont fait l’objet d’une fraude électorale potentiellement massive.

Gavroche-thailande.com – 14 février 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer