Infos Cambodge

Crise financière : les Cambodgiens s’endettent et perdent leurs terres

Print Friendly, PDF & Email

Une enquête du gouvernement cambodgien, menée auprès de 10 000 ménages, montre une augmentation du fardeau de la dette ainsi qu’une diminution du nombre de ménages possédant des terres.

L’Institut national des statistiques du ministère de la Planification a publié mardi son enquête socio-économique sur le Cambodge pour 2019 et 2020, un rapport annuel qui n’avait pas été mis à jour depuis l’édition de 2017. L’enquête, qui porte sur 10 080 ménages dans 1 008 villages, a été réalisée entre juillet 2019 et juin 2020.

De plus en plus d’agriculteurs vendent leurs terres

Selon ce rapport, le nombre de ménages possédant des terres agricoles est passé d’environ 3,3 millions en 2017 à 2,3 millions en 2019/20, bien que les chiffres de 2017 semblent inhabituellement élevés. Le nombre de ménages possédant au moins un hectare en 2019/20, est de 560 000 environ. C’est le plus faible depuis au moins 2009, première année où les statistiques sont disponibles en ligne.

Theng Savoeun, président de la Coalition de la communauté des agriculteurs cambodgiens, a déclaré que cette statistique reflétait ce dont il avait été témoin. De plus en plus, les agriculteurs abandonnent leurs terres ou réduisent la taille des exploitations pour obtenir de l’argent d’urgence.

En raison de l’aggravation de la crise de l’endettement, nous avons vu que les agriculteurs des zones rurales possédant de petites parcelles de terre vendent leur propriété ou l’échangent pour rembourser leurs prêts bancaires, a déclaré M. Savoeun.

Savoeun a ajouté que ceux qui perdent leurs fermes doivent souvent migrer vers d’autres provinces pour trouver du travail.

En ce qui concerne l’endettement, le rapport a constaté que 1,25 million de ménages étaient endettés en 2019/20, soit une augmentation de 2,5 % par rapport à 1,22 million en 2017. Le montant moyen de la dette a augmenté de 85 %, passant de 9,6 millions à 17,7 millions de riels, soit environ 2 400 à 4 400 dollars par ménage, selon l’enquête.

Chuor Kunthea, ouvrière à l’usine de vêtements SLJ à Phnom Penh, a déclaré qu’elle empruntait de l’argent chaque mois – environ 10 à 20 dollars – pour faire face à ses dépenses et au remboursement de ses dettes.

Nous manquons de beaucoup de choses, et nous empruntons beaucoup, a déclaré Kunthea.

Naly Pilorge, directrice du groupe de défense des droits Licadho, qui a publié des rapports de recherche liant la dette de la microfinance à la perte de terres et à de prétendues violations des droits de l’homme, a déclaré que les emprunteurs étaient sous pression pour vendre leurs terres.

Déscolarisés à cause des dettes

Elle a également évoqué les une enquête socio-économique qui a révélé que la raison invoquée pour 46 % des enfants qui ne vont pas à l’école est qu’ils “doivent contribuer au revenu du ménage”, contre 29 % en 2014.

Elle appelle aussi à des enquêtes immédiates et indépendantes sur le secteur et à la fin des pressions exercées sur les emprunteurs pour qu’ils vendent des terrains.

Dans les entretiens que nous avons menés avec les emprunteurs des institutions de Micro Finance (MFI), beaucoup se sont sentis obligés de retirer leurs enfants de l’école et de les mettre au travail dans une tentative désespérée de rembourser des prêts prédateurs, a-t-elle affirmé.

Selon une étude récente de Kimty Seng, le Centre pour la stratégie et la politique d’innovation au Cambodge, le microcrédit est “susceptible d’augmenter la probabilité qu’un enfant abandonne l’école et la probabilité du travail des enfants”.

Kaing Tongngy, porte-parole de l’Association de microfinance du Cambodge, a déclaré que l’association avait étudié les rapports des ONG sur les abus présumés, “mais nos propres données et recherches n’ont pas trouvé de lien systématique entre la dette des MFI et la perte de terres”.

Lepetitjournal.com – 27 février 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer