Infos Birmanie

La responsabilité des multinationales de l’énergie engagées après le coup d’Etat

Print Friendly, PDF & Email

Depuis que l’armée birmane a renversé le gouvernement démocratiquement élu du pays le 1er février, de nombreux activistes nationaux et étrangers ont demandé aux  entreprises étrangères de couper les liens avec l’empire commercial tentaculaire des généraux. 

Justice pour la Birmanie exhorte les entreprises étrangères qui ont investi dans les lucratifs gisements de gaz du pays à se retirer de leurs partenariats avec l’entreprise publique Myanmar Oil and Gas Enterprise, y compris les grands groupes pétroliers internationaux Chevron et Total.

“Si les choses continuent comme avant, les investisseurs étrangers dans le gaz birman financeront un régime militaire illégitime et brutal comme ils le faisaient avant 2011, lorsque le pays était sous un régime militaire complet”, a déclaré la semaine dernière le collectif «Justice pour la Birmanie»

“Le coup d’État militaire n’a laissé aux compagnies pétrolières et gazières internationales d’autre choix que de mettre fin à leurs relations avec MOGE et le gouvernement militaire qui la contrôle”, estime les activistes de ce collectif

Total et Chevron

Le groupe français Total et la société américaine Chevron détiennent tous deux des parts importantes dans l’un des quatre plus grands gisements de gaz offshore de Birmanie, Yadana. Total, l’opérateur, détient 31% du projet et Chevron 28%. MOGE possède également une participation, en plus de son rôle de régulation de l’ensemble de l’industrie.

Le POSCO de Corée du Sud, le Petronas de Malaisie et le PTTEP de Thaïlande possèdent également des parts importantes dans les champs en partenariat avec MOGE.

Les entreprises d’État sont les principales sources de revenus de Birmanie, apportant environ la moitié des recettes annuelles du gouvernement. MOGE est de loin la plus importante, avec un revenu d’environ 1,32 milliard de dollars au taux de change actuel pour l’exercice 2016-17 selon le Natural Resource Governance Institute, un groupe de recherche américain.

Silence de Total

Malgré tous ces mystères, les gisements de gaz rapportent toujours beaucoup au budget de l’État, en aidant à couvrir non seulement une partie des coûts de l’armée, mais aussi à payer une foule de services sociaux. La fermeture de l’un de ces gisements aurait pour effet de réduire ce budget. La direction de Total, interpellée, n’a pour l’heure pas répondu.

Gavroche-thailande.com – 1er mars 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer