Infos Viêt Nam

Un “monstre sacré” de la littérature moderne disparaît

Print Friendly, PDF & Email

L’écrivain Nguyên Huy Thiêp, considéré comme un phénomène de la littérature vietnamienne du XXe siècle, est décédé le 20 mars à son domicile à Hanoï. Il avait 71 ans.

Après avoir été victime d’un accident vasculaire cérébral en mars 2020, l’écrivain Nguyên Huy Thiêp est resté dépendant des membres de sa famille pour la plupart de ses activités personnelles. Bien que cloué au lit, il a tout de même continué à écrire des poèmes et à peindre jusqu’au 20 mars, le jour qu’il abandonne tout pour le repos éternel.

Le poète Trân Dang Khoa a partagé que le décès de Nguyên Huy Thiêp signifie que la littérature vietnamienne a perdu l’un de ses monuments. “Je pense que pendant la période 1985-1996, personne ne pouvait mieux écrire des nouvelles que Thiêp“, a partagé Trân Dang Khoa.”Il avait un style particulier, court et pointu. Heureusement, il figure cette année sur la liste des candidats au Prix d’État pour les lettres et les arts, c’est une reconnaissance méritée pour son talent et ses contributions“.

“Dire la vérité douloureuse”

Nguyên Huy Thiêp a commencé à écrire à l’âge de 36 ans avec une nouvelle publiée dans le journal Van nghê (Lettres et Arts) le 20 juin 1987.

Au cours de ses années de carrière d’écrivain, parmi plus de 50 nouvelles, Tuong vê huu (Un général à la retraite) est considérée comme l’une de ses œuvres les plus réussies. Cette nouvelle raconte les contradictions du Vietnam postrévolutionnaire. C’est par ce titre également qu’il acquît une reconnaissance internationale.

Avec un style d’écriture profond d’une personne expérimentée, qui perdait beaucoup de confiance et d’espoir dans la vie, dans +Tuong vê huu+, l’écrivain esquisse une scène où le pragmatisme s’est largement répandu parmi la population se transformant en habitude chez les gens“, a analysé le critique littéraire et chercheur Vuong Tri Nhân.

Cette œuvre connue a été transformée en un film sous le même titre par le réalisateur Nguyên Khac Loi en 1988.

L’écrivain Nguyên Quang Thiêu, président de l’Association des écrivains du Vietnam, a noté un jour que Thiêp avait osé dire la vérité. “La littérature ne doit pas toujours rendre les gens heureux et satisfaits, mais elle doit aussi leur faire honte“, a informé Nguyên Quang Thiêu lors d’un atelier sur la littérature en 2016. “Nguyên Huy Thiêp a dû être très blessé à l’intérieur pour dire la vérité douloureuse“, a-t-il ajouté.

Le chercheur Phan Câm Thuong a jugé Nguyên Huy Thiêp parmi les quelques écrivains éminents du XXe siècle. Selon lui, après Nam Cao (1917-1951), seul Nguyên Huy Thiêp est un écrivain à l’idéologie pointue. Si Nam Cao a très bien écrit sur les paysans vietnamiens de la 1re moitié du XXe siècle, Nguyên Huy Thiêp était également excellent sur les Vietnamiens de la 2e moitié du XXe siècle.

L’excellence de Nguyên Huy Thiêp est d’être un écrivain avec des idées et une grande conviction. Peu d’écrivains vietnamiens ont cette qualité. Et la seule chose qui, selon Phan Câm Thuong, fait de Nguyên Huy Thiêp sa propre marque de fabrique dans la littérature, c’est qu’il ose aller au bout du mal humain, effectuer une opération contre le mal humain et l’exposer.

Le critique littéraire Vuong Tri Nhân reconnaît également cette qualité dans l’écriture de Nguyên Huy Thiêp, estimant que “s’il y avait un prix comme le +stylo d’or+ du meilleur écrivain chaque année, en 1987 et au premier semestre de 1988, le vainqueur de ce titre aurait dû être Nguyên Huy Thiêp“.

Mérites d’honneur

Nguyên Huy Thiêp est né en 1950 dans la province septentrionale de Thai Nguyên mais était originaire de Thanh Tri (Hanoï). Il est diplômé de la Faculté d’histoire de l’Université de la pédagogie.

Avant de devenir écrivain professionnel, il a passé 10 ans à enseigner dans la région montagneuse du Nord. Ce fut 10 ans au cours desquels il “s’est tenu face à la montagne et a lu des livres“.

Il est apparu assez tard dans la littérature vietnamienne avec quelques nouvelles publiées dans les journaux Art en 1986. Il est immédiatement devenu le centre d’un débat littéraire houleux par une voix insistante et a osé aller au bout du mal humain pour l’éliminer.

Il a reçu l’Ordre des arts et des lettres de France en 2007 et le prix Premio Nonino d’Italie en 2008.

Il a écrit également des romans, des scripts, des poèmes et des essais. Cependant, ses nouvelles ont toujours été les plus réussies. Ses œuvres distinguées incluent Tuong vê huu (nouvelle, 1987), Nhung ngon gio Hua Tat (Les vents au village de Hua Tat – recueil de nouvelles, 1989), Tiêu long nu (La petite fille dragon, roman, 1996), Tuôi 20 yêu dâu (À nos vingt ans, roman, éditions de l’Aube, 2005).

En 2020, pour le 70e anniversaire, Nguyên Huy Thiêp, la librairie Dông A et ses amis peintres ont publié une sélection de nouvelles avec des illustrations de peintres de renom tels que Lê Thiêt Cuong, Thanh Chuong, Dào Hai Phong, Dang Xuân Hoà et Tri Dung, Phan Câm Thuong…

Le livre rassemble les nouvelles dont l’auteur est le plus satisfait. Il qualifie ce livre d'”interdisciplinaire” puisqu’il réunit les meilleurs peintres, qui sont aussi ses amis à Hanoï, pour dessiner des illustrations.

Depuis plus de dix ans, il s’est retiré pour vivre une retraite paisible avec sa famille.

Par Thuy Hà – Le Courrier du Vietnam – 23 mars 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer