Infos Thailande

Les barrages sur le Mékong bouleversent la vie des habitants du nord-est de la Thaïlande

Print Friendly, PDF & Email

Les barrages sur le Mékong, en Chine et au Laos, rendent la vie de plus en plus difficile aux habitants du nord-est de la Thaïlande.

Un grand nombre de personnes vivant dans la région sèche du nord-est de la Thaïlande, à la frontière du Laos et du Cambodge, une région connue sous le nom d’Isaan, sont confrontées aux conséquences des modifications des rythmes naturels du Mékong provoquées par la construction de barrages en amont en Chine et au Laos.

Ces barrages ont entraîné des sécheresses pendant la saison des moussons et des crues alors que le fleuve devrait être sec, ce qui a bouleversé la vie des nombreux habitants du nord-est du pays qui dépendent du fleuve pour se nourrir et travailler.

De plus, les projets d’hydroélectricité pour le Mékong ne font que commencer, la Chine menant la charge des barrages avec un œil sur les récompenses économiques et les avantages géopolitiques du contrôle de cette voie d’eau clé.

L’un des plus grands fleuves du monde, qui coule sur 5 000 kilomètres depuis la Chine en passant par le Myanmar, le Laos, la Thaïlande, le Cambodge et le Viêt Nam, s’est ainsi retiré et a décimé les populations de poissons.

69 espèces de poissons du Mékong ont aujourd’hui disparu

Sudta Insamran, un pêcheur local, a déploré la perte du “même fleuve Mékong que nous connaissions”, alors qu’il tentait de capturer des carpes thaïes à écailles argentées, une petite espèce de carpe thaïlandaise, à Nong Khai, en face de Vientiane, la capitale laotienne, sur le Mékong.

Traditionnellement, les pêcheurs vendent leurs prises localement ou les échangent contre du riz.

On compte environ 3 000 pêcheurs de ce type dans les six districts de la province de Nong Khai.

“S’il vous plaît, ne construisez pas d’autres barrages.

Trop, c’est trop”, a-t-il déclaré.

Il y a quelques années encore, la pêche à Nong Khai lui rapportait environ 208 euros par mois, a déclaré Sudta, mais aujourd’hui, les prises se sont effondrées, ce qui a obligé de nombreux pêcheurs à travailler à l’intérieur des terres comme planteurs de caoutchouc dans les fermes des autres.

Les coûts du choc écologique sont répercutés sur les populations les plus pauvres de la région du Mékong et de nombreux villageois mangent désormais du poisson d’élevage acheté sur les marchés plutôt que leurs propres prises.

Jusqu’à 60 millions de personnes dépendent d’une manière ou d’une autre du fleuve comme principale source de protéines ou de revenus dans la région du Mékong, en Chine, au Myanmar, au Laos, en Thaïlande, au Cambodge et au Vietnam.

Les barrages en amont et le changement climatique étranglent l’écosystème : les poissons ont du mal à se reproduire dans une eau qui fluctue en raison de la demande d’hydroélectricité.

“Au moins 69 espèces de poissons ont aujourd’hui disparu.

Cela a également un impact sur les espèces végétales, dont beaucoup sont une source de nourriture pour les poissons”, a déclaré Apisit Soontrawiwat, un chercheur local qui étudie l’impact des barrages et est membre du People’s Network of Isaan Mekong Basin, un groupe de conservation.

Des étendues d’eau deviennent vertes à cause des algues qui prolifèrent en raison de la baisse soudaine du niveau de l’eau ; d’autres zones deviennent aigue-marine, car les sédiments sont bloqués par les 11 barrages de la Chine et ceux du Laos.

“Les villageois ne tirent aucun avantage de ces barrages, les seules personnes qui en profitent sont les entreprises liées aux barrages”, a déclaré M. Apisit.

Les nouveaux barrages en construction seront inutiles

Les barrages sont construits par des entreprises chinoises, thaïlandaises et vietnamiennes qui vendent de l’électricité dans la région.

Des lignes de transmission relient les barrages à la Thaïlande, au Vietnam et au Cambodge sur des centaines de kilomètres.

Les opérateurs affirment qu’ils apportent un développement et une énergie indispensables à des économies qui ont besoin d’un coup de fouet.

Les défenseurs de l’environnement affirment qu’il y a déjà une surproduction d’électricité.

“Nous constatons que quelques familles et entreprises d’élite gagnent énormément d’argent alors que les coûts de la destruction écologique ne sont pas pris en compte”, a déclaré Paiporn Deetes d’International Rivers, un groupe de protection de la nature.

La Commission du Mékong, créée par les pays du Bas-Mékong (Cambodge, Laos, Thaïlande et Vietnam), a déclaré ce mois-ci que sa prochaine stratégie décennale visait à atténuer les dommages causés au fleuve.

La commission n’a toutefois pas le pouvoir d’arrêter un projet de barrage, ce qui laisse le fleuve sans protecteur puissant.

Le Laos, qui cherche à devenir la “batterie de l’Asie”, a mis en service deux grands barrages sur le Mékong et en prévoit plusieurs autres.

Le changement de jeu pour le tronçon d’eau du nord de la Thaïlande a été le barrage de Xayaburi au Laos, qui a commencé à fonctionner en 2019.

La société thaïlandaise CK Power, qui a dirigé la construction, insiste sur le fait qu’elle opère avec un “développement durable” au cœur de ses activités, avec des études d’impact environnemental approfondies et une ingénierie complexe comprenant une “échelle à poissons” pour permettre aux espèces de migrer en aval.

Selon les experts, il faudra encore plusieurs années pour juger efficacement de l’impact du barrage.

Mais ce barrage thaïlandais a déjà eu un impact énorme sur les populations.

Pourtant, la même eau est destinée à couler dans un autre barrage au Laos, à Sanakham, un projet prévu par la société d’État chinoise Datang International Power Generation.

S’il entre en service comme prévu en 2028, les habitants craignent que le nouveau barrage de 2 milliards de dollars, qui doit mesurer près de 60 mètres de haut et produire 700 mégawatts d’électricité par an, ne marque la fin du fleuve vivant dans le nord de la Thaïlande, car il manquera de nutriments et de sédiments qui fournissent des éléments nutritifs aux poissons.

La Thaïlande s’est opposée au projet en raison de sa proximité avec la frontière commune des deux pays et l’on espère que les constructeurs du barrage pourraient être contraints de reconsidérer leur position si le gouvernement thaïlandais refuse d’acheter l’électricité.

“La Thaïlande n’a pas besoin d’acheter davantage d’électricité au Laos, car nous en produisons suffisamment nous-mêmes”, a déclaré une source de l’Electricity Generating Authority of Thailand, qui a requis l’anonymat.

Pendant que le débat sur Sanakham fait rage, les projets de barrages se poursuivent sans interruption, avec un autre barrage proposé pour Pak Chom, dans la province thaïlandaise voisine de Loei, qui pourrait être le premier à chevaucher la frontière entre la Thaïlande et le Laos.

Toutelathailande.fr avec Voanews.com – 18 avril 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer