Infos Cambodge

Le pouvoir cambodgien, prisonnier de la Chine

Print Friendly, PDF & Email

Sam Rainsy n’est pas seulement le leader de l’opposition cambodgienne en exil. Il est aussi un observateur avisé des questions géopolitiques et un chroniqueur régulier de Gavroche. 

Sa dernière analyse, en version originale anglaise, est consacrée à l’omnipotence de l’étreinte chinoise sur le pouvoir cambodgien.

Au début du mois, le Premier ministre cambodgien Hun Sen a demandé à une conférence internationale sur l’avenir de l’Asie sur qui il pouvait compter s’il ne se tournait pas vers la Chine.

C’est une question à laquelle il devrait pouvoir répondre.

L’histoire nous montre que le Cambodge ne pourra pas toujours compter sur le soutien de la Chine. Pourquoi le serait-il ? Pékin a ses propres intérêts et agendas changeants. La Chine a soutenu le régime de Pol Pot, que Hun Sen a aidé à prendre le pouvoir et à mettre en œuvre un génocide en tant que commandant militaire dans les années 1970.

Mao et Pol Pot

Après la mort de Mao Zedong en 1976, la direction communiste chinoise est devenue moins idéologique et a semblé se désintéresser du régime extrémiste du Cambodge. Cela a profondément inquiété Pol Pot, qui s’est rendu en Chine en octobre 1976 pour tenter de consolider le soutien de Pékin à son régime.

Mais la Chine n’a rien fait pour protéger le Cambodge lorsque le Vietnam l’a envahi en 1979. En fin de compte, l’extrémisme et l’instabilité des Khmers rouges ont fait que le régime ne valait pas la peine d’être défendu. Le projet de dynastie personnelle de Hun Sen au Cambodge coûterait également trop cher à la Chine, qui cherche à définir une relation stable et plus rationnelle avec le monde libre.

Soutien financier

Hun Sen met en avant le soutien financier qu’il reçoit de la Chine. De plus en plus de signes montrent que la communauté internationale est déterminée à ne pas fermer les yeux sur les violations systématiques des droits de l’homme commises par Pékin. En mars, l’Union européenne a adopté des sanctions ciblées à l’encontre des fonctionnaires chinois responsables de crimes contre l’humanité commis à l’encontre des Ouïghours du Xinjiang. En mai, le Parlement européen a adopté une résolution suspendant l’accord commercial entre la Chine et l’UE.

Multiplier les alliances

Dans un contexte aussi instable, la seule voie pratique pour un petit pays comme le Cambodge, qui a toujours été entouré de voisins plus puissants, est de cultiver autant d’alliances que possible. La neutralité est stipulée dans notre constitution pour de bonnes raisons. Mais le bilan constamment épouvantable de Hun Sen en matière de droits de l’homme a suscité une condamnation internationale dont la Chine est la principale exception. Elle a déjà coûté au Cambodge une partie de son accès en franchise de droits aux marchés de l’Union européenne.

Il s’agit de marchés d’exportation que la Chine ne remplacera pas. Acheter davantage de marchandises au Cambodge ne ferait que coûter des emplois chinois.

Aujourd’hui, les régimes d’Asie du Sud-Est qui font fi de la volonté de leurs peuples pour s’emparer du pouvoir et le conserver par la force sont isolés au niveau international. Le 21 mai, le Japon a déclaré qu’il envisagerait d’interrompre toute aide au développement à la Birmanie, même pour les projets déjà en cours, si la situation actuelle perdurait. Il s’agirait d’un revirement majeur : Tokyo a fourni une aide au développement à la Birmanie sans interruption depuis 1954.

L’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) a prouvé sa faiblesse en ne faisant rien de significatif pour arrêter le massacre en Birmanie. Le régime militaire de ce pays se consolera avec le fait que le Cambodge prendra la présidence de l’ASEAN en 2022. Il existe de forts parallèles entre les situations politiques des deux pays. Dans les deux cas, le parti démocratique populaire représentant le choix du peuple a été écarté par la force. Dans les deux cas, un régime illégitime entend tenter de valider son existence sur le plan international en organisant de nouvelles élections tout en cherchant à éliminer les opposants qui ne peuvent être vaincus pacifiquement : Aung San Suu Kyi et la Ligue nationale pour la démocratie en Birmanie, Kem Sokha et le Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP) au Cambodge.

Plaidoyer pour  le CNRP

Il devrait être plus facile de réadmettre le Cambodge à l’acceptation internationale que la Birmanie. Les mesures à prendre sont simples. Le CNRP, qui a recueilli le soutien de 44 % de la population lors des élections de 2013 et 2017 malgré de graves irrégularités favorisant le parti au pouvoir de Hun Sen, doit pouvoir reprendre ses activités. Son leader Kem Sokha doit être disculpé des accusations infondées qui pèsent sur lui et qui ont servi de prétexte à la dissolution du CNRP fin 2017.

La rhétorique de Hun Sen sur un complot fomenté par Kem Sokha avec le soutien des États-Unis pour renverser son régime est totalement imaginaire et ne convaincra jamais personne. Si seulement Hun Sen revient à la réalité, le monde entier – y compris l’Occident – viendra en aide au Cambodge. Le pays ne sera plus isolé et financé uniquement par la Chine, avec tous les risques que cela comporte pour l’avenir du peuple cambodgien.

Si Hun Sen ne peut ou ne veut pas faire ce saut mental et politique, d’autres au sein du Parti du peuple cambodgien au pouvoir, avec le soutien de la population cambodgienne frustrée, sont susceptibles de le faire à sa place plutôt que de voir le pays dériver vers un isolement à la birmane.

Par Sam Rainsy – Gavroche-thailande.com – 7 juin 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer