Infos Cambodge

La soif de sable du Cambodge met-elle en danger les communautés et le Mékong ?

Print Friendly, PDF & Email

Le gouvernement cambodgien s’est lancé dans un certain nombre de projets de développement ambitieux qui, selon les critiques, se font au détriment de l’environnement et des moyens de subsistance des populations.

Depuis 2009, Sophea Soung pratique l’agriculture sur Boeung Tompoun, l’un des rares lacs qui subsistent à Phnom Penh, la capitale du Cambodge. Chaque jour, sa famille se lève avec le soleil pour voguer sur les eaux verdoyantes à bord d’un mince bateau et récolter des légumes, qu’elle transporte ensuite pour les vendre sur le marché local de produits frais. 

Cette mère de trois enfants ne peut imaginer faire autre chose pour vivre. Mais elle vient d’apprendre que sa parcelle va bientôt disparaître sous des monticules de sable. “J’ai des prêts et je n’ai pas de projet pour gérer une autre entreprise”, dit-elle. 

La zone humide de Tompoun et la zone humide adjacente de Cheung Ek s’étendent sur 1 500 hectares dans le sud de la ville. Selon des organismes de défense des droits de l’homme, 90 % de leur superficie a été réservée pour un projet immobilier de grande envergure, ING City. Depuis 2004, les lacs ont été progressivement remplis de sable provenant des fleuves voisins, le Mékong et le Bassac, afin de créer un terrain pour ce projet. Une fois achevé, le complexe comprendra de somptueuses villas, des condominiums, des supermarchés, une école privée internationale, etc. 

Une demande croissante de sable

Bien qu’il s’agisse de l’un des projets cambodgiens de récupération des terres les plus ambitieux en termes d’échelle, ING City n’est en rien unique. Phnom Penh a connu un boom de la construction qui, au cours de la dernière décennie, a permis de remplir complètement 16 lacs. Dix autres sont en cours de remplissage. Cette situation a mis en péril les moyens de subsistance des riverains et a entraîné une hausse de la demande de sable au Cambodge, qui est souvent prélevé dans le Mékong.

Le ralentissement économique provoqué par la pandémie de Covid-19 n’a pas arrêté les développeurs. Ils se sont rapprochés de la ferme de Soung, qui s’est encore plus endettée. 

La pandémie a vidé de nombreux marchés, tandis que les intermédiaires qui achètent les produits de Sophea lui ponctionnent ses honoraires. “Je n’ai pas assez d’argent pour acheter de la nourriture pour ma famille et je reçois moins pour mes légumes”, dit-elle. Au milieu de tout cela, la nouvelle qu’elle allait perdre sa source de revenu sans aucune compensation a été un choc. 

Selon Soeung Saran, directeur exécutif du groupe de défense des droits fonciers STT, cette décision est contraire à la loi. “Elle devrait recevoir une juste compensation pour ce qu’elle a perdu”, dit-il. “Les gens s’inquiètent toujours de perdre leurs moyens de subsistance. Le gouvernement ne les a jamais consultés. Leur avenir est toujours dans les limbes ».

Sophea Soung est l’une des mille familles d’agriculteurs et de pêcheurs dont les moyens de subsistance et les maisons sont menacés par ce qui pourrait être le plus grand projet de récupération des terres au Cambodge, selon un rapport publié conjointement par des groupes locaux de défense des droits de l’homme l’année dernière. 

Des risques environnementaux accrus

Selon le rapport, la destruction des zones humides, qui servent de système de traitement des eaux usées et de prévention des inondations, aura également de lourdes conséquences pour l’environnement et exposera plus d’un million de personnes à un risque accru d’inondation. 

Les porte-paroles de la mairie de Phnom Penh n’ont pas répondu aux demandes de commentaires de The Third Pole. L’année dernière, le porte-parole du gouvernement, Phay Siphan, a déclaré à Reuters que le projet était nécessaire au développement de la ville, assurant qu’une évaluation de l’impact environnemental avait été réalisée et que des mesures avaient été prises pour lutter contre les eaux usées et les inondations. 

La course à la création de terres et à l’alimentation du secteur de la construction pourrait avoir des conséquences de plus en plus désastreuses ailleurs le long du Mékong, car le sable trouvé dans le lit du lac est le principal ingrédient du ciment. 

Le sable est bien plus qu’un élément de construction pour les villes. Il constitue également la colonne vertébrale du fleuve. Sans un afflux de sable frais pour reconstituer le lit du fleuve, l’érosion ronge les berges, conduisant parfois à leur effondrement. 

Les experts ont depuis longtemps mis en garde contre les impacts cumulatifs de l’exploitation débridée du sable et des barrages à grand débit. “Le retour sur investissement est imminent”, déclare Marc Goichot, responsable de l’eau douce au WWF pour la région Asie-Pacifique. 

Les barrages hydroélectriques en amont du Mékong – 11 en Chine et deux au Laos – ont déjà piégé 80 % de la charge sédimentaire du fleuve. “Ce ratio est probablement plus important pour les sédiments grossiers, de sorte que nous avons perdu plus des trois quarts du sable”, explique M. Goichot.

Ce qui reste est récupéré à la pelle ou dragué, de plus en plus souvent à des taux qui suscitent des inquiétudes quant à la durabilité de l’exploitation minière du fleuve.

Des taux d’extraction dangereux

Une étude publiée en 2020 dans la revue Nature Sustainability estime que la quantité de sable qui s’écoule en aval vers le delta du Mékong est nettement inférieure aux taux d’extraction actuels dans la région, liant l’extraction de sable à “l’instabilité des berges, qui peut endommager des logements et des infrastructures et menacer des vies”. 

Les chiffres fournis à The Third Pole par le ministère des mines et de l’énergie indiquent que la folie de l’extraction de sable au Cambodge ne fait que commencer. Le taux d’extraction dans les fleuves Mékong et Bassac est passé de 6 millions de mètres cubes en 2019 à 10 millions – l’équivalent de 4 000 piscines olympiques – au premier trimestre de cette année.

La destruction des zones humides autour de Phnom Penh exposera la ville à un plus grand risque d’inondation, selon le rapport d’une ONG publié en 2020 .

Selon M. Goichot, ces volumes sont bien supérieurs aux taux de reconstitution, qui s’élèvent annuellement à 5 millions de mètres cubes. “Donc, par définition, si vous extrayez plus que ce que le bassin entier produit, alors ce n’est pas durable”, dit-il. “À l’avenir, même si nous réduisons l’extraction de sable au Cambodge, nous aurons toujours un problème. Des maisons tomberont dans la rivière”. 

Si, jusqu’à présent, le problème s’est surtout posé en aval, dans le delta du Mékong au Viêt Nam, où une zone de la taille des Pays-Bas s’enfonce, certains Cambodgiens ont déjà perdu leur maison au profit du fleuve. 

En avril et en mai, un certain nombre de maisons et d’entreprises situées à 30 minutes au nord de Phnom Penh se sont effondrées dans le Mékong, les habitants attribuant leur sort aux opérations de dragage de sable menées à proximité. 

Dans sa déclaration à The Third Pole, le ministère des Mines et de l’Énergie a réfuté les allégations des villageois et affirmé que toutes les opérations d’extraction de sable ont fait l’objet d’une évaluation de leur impact social et environnemental, alors que les maisons tombent dans le fleuve pour des causes naturelles indépendantes de leur volonté. L’extraction de sable le long du Mékong, a déclaré le ministère, est durable et “a contribué à stimuler le développement économique du pays”.

The Third Pole avec Lepetitjournal.com – 14 août 2021

La soif de sable du Cambodge met-elle en danger les communautés et le Mékong ?
Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer