Infos Thailande

Scandale en Thaïlande après la mort d’un trafiquant présumé en garde à vue

Print Friendly, PDF & Email

Une vidéo mise en ligne le 22 août fait scandale : on y voit le meurtre d’un suspect dans un commissariat thaïlandais, étouffé à l’aide d’un sac en plastique. Loin d’être un cas isolé, cette affaire met en lumière l’impunité du système et la nécessité d’entreprendre des réformes, affirme le Thai Enquirer.

“La mort sous les mains de la police d’un homme suspecté de trafic de drogue a bouleversé le pays, écrit le Thai Enquirer.Le meurtre, apparemment lié au refus du suspect de payer 2 millions de bahts environ [environ 52 000 euros] en échange de sa libération, a été dirigé par le chef de la police, le colonel Thitisan Utthanaphon.” Ce dernier est surnommé “Jo Ferrari” pour sa collection de voitures de sport, “acquises de façon douteuse”, précise le journal.

Les faits remontent au 5 août et se sont déroulés dans le commissariat de Nakhon Sawan, au nord de la capitale Bangkok. Selon une vidéo, mise en ligne la semaine dernière par un avocat qui l’aurait obtenue d’un officier, plusieurs policiers ont tenté d’extorquer de l’argent à la victime et à sa compagne contre leur libération. Une somme d’un million de bahts a dans un premier temps été acceptée. Le colonel a demandé le double. Devant le refus du suspect d’obtempérer, les policiers ont placé un sac plastique sur sa tête. Il est mort étouffé. La police a invité sa compagne à se taire.

Une impunité systémique

La victime n’était probablement pas un saint, poursuit le journal. Mais il était présumé innocent. Du moins, il était supposé l’être avant que la police ne s’arroge le rôle de juge, de jury et de bourreau. Il ne méritait pas de mourir comme cela.”

L’impunité qu’illustre cette affaire est une “caractéristique récurrente du maintien de l’ordre” dans le royaume, estime le titre. “Ce qu’il y a de plus terrible dans cette affaire, c’est que quasiment aucune action n’a été entreprise avant la diffusion de la vidéo. Et une fois qu’elle a été mise en ligne, la police s’est dans un premier temps contentée d’ordonner le transfert de ‘Jo Ferrari’ à un autre poste.”

Il a même tenu sa “propre conférence de presse pour faire des excuses et a été à peine remis à sa place.”

Concevoir une réforme complète

La vidéo a fait prendre conscience à la nation de la tragédie que vivent tant de victimes et leurs proches, poursuit l’article : “Il ne s’agit pas d’éliminer quelques ‘pommes pourries’, mais de remettre en cause un système qui leur permet de se comporter de la sorte. C’est la preuve de la nécessité urgente d’une réforme systémique des services de police.” Car, interroge le site : “Qui appeler quand ceux à qui on doit faire confiance sont ceux qui commettent les abus ?” 

Néanmoins, “si la vidéo a effectivement pu fuiter grâce à un lanceur d’alerte, cela signifie qu’il existe des gens dans le système à même de le sauver de l’intérieur, souligne le Thai Enquirer. Des gens qui doivent être protégés à tout prix.”

Courrier International / Thai enquirer – 31 août 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer