Infos Thailande

Lutter contre la pollution de l’air meurtrière en Thaïlande

Print Friendly, PDF & Email

La pollution atmosphérique est un problème persistant et mortel en Thaïlande, nous vivons avec les PM2,5, et avons porté des masques bien avant le Covid-19.

Nous avons vu à maintes reprises un épais smog blanc traverser le dédale de routes pour se déposer entre les bâtiments.

Nous savons que quelque chose ne va pas du tout, après tout, l’air pur ne devrait pas être visible.

Malgré cela, la plupart d’entre nous connaissent rarement les impacts multiples de la pollution atmosphérique ou ne savent pas ce que nous devons faire pour la résoudre.

En effet, l’une des principales sources de pollution atmosphérique domestique est le secteur de l’énergie, en particulier la production d’électricité.

Les centrales électriques au charbon sont l’un des principaux pollueurs

En Thaïlande, 27 centrales au charbon sont actuellement en activité et émettent environ 34,9 millions de tonnes de CO2 ainsi que de grandes quantités d’oxyde d’azote (NOx), de dioxyde de soufre (SOx) et d’autres polluants.

Les minuscules particules de poussière, communément appelées PM2,5, ainsi que les NOx, SOx et l’ozone (O3), peuvent causer de graves problèmes de santé tels que le cancer, les maladies respiratoires, les décès prématurés, les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux.

En 2016, la Banque mondiale a indiqué que 50 000 Thaïlandais sont morts de maladies induites par la pollution atmosphérique, tandis que les effets de la pollution atmosphérique sur le budget national de la santé mange 6 % du PIB annuel de la Thaïlande.

En 2018, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que vivre dans un environnement pollué par l’air réduisait la durée de vie d’une personne de deux ans.

L’OMS a également déclaré que 90 % des personnes sont exposées à un air insalubre qui tue quelque 7 millions de personnes par an tout en nuisant à des milliards d’autres.

Les communautés pauvres sont les plus touchées par la pollution

Les effets de la pollution atmosphérique ne sont pas répartis de manière égale, les communautés pauvres et marginalisées étant les plus durement touchées, de nombreuses communautés pauvres vivant à proximité de zones industrielles polluantes.

Les pauvres n’ont pas non plus accès à des soins de santé de qualité et ne peuvent pas se permettre des solutions d’atténuation telles que l’achat de purificateurs d’air ou de systèmes de climatisation.

La transition vers des sources d’énergie renouvelables

Compte tenu de ces impacts, une solution durable à long terme doit consister en une transition rapide et à grande échelle vers des sources d’énergie renouvelables, à faible émission de carbone et peu polluantes.

Une étude universitaire menée en 2021 par des chercheurs du Joint Global Change Research Institute du Pacific Northwest National Laboratory, aux États-Unis, a révélé que la simple suppression de toutes les nouvelles centrales électriques au charbon proposées dans le monde pourrait prévenir jusqu’à 200 000 décès d’ici 2030.

Cependant, il ne suffit pas d’annuler les nouvelles centrales au charbon ; les centrales à combustibles fossiles existantes doivent être mises hors service pour en tirer le maximum de bénéfices, et plus tôt cela se produira, plus le nombre de vies sauvées sera élevé.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) prévoit également que le nombre de décès prématurés dus à la pollution atmosphérique dans le monde passerait de 2,8 à 1,3 millions d’ici 2040 si tous les pays utilisaient des énergies propres.

En effet, certains pays de la région de l’Asie du Sud-Est commencent à adopter des énergies plus propres dans le but de réduire la pollution et de régler les problèmes de santé.

Ces pays ont utilisé les technologies et les stratégies existantes, notamment en exigeant que les vieilles centrales électriques soient modernisées au plus tôt, en augmentant les investissements dans les énergies renouvelables et en abaissant la limite maximale d’émissions autorisée pour les centrales électriques.

Le mix électrique de l’Asie du Sud-Est est de plus en plus diversifié et les sources renouvelables représentent 32 % de la production d’électricité, soit plus du double des 15 % actuels.

La politique énergétique de la Thaïlande doit aller dans ce sens.

La Thaïlande veut atteindre la neutralité carbone d’ici 2070

Dans le but d’atteindre la neutralité carbone, le ministère de l’énergie a mis en place un plan énergétique national, mais sera-t-il suffisant pour concrétiser la vision d’un air sûr et pur ?

Approuvé en août 2021, le cadre du plan énergétique national fixe des objectifs et des plans d’action pour atteindre la neutralité carbone nette d’ici 2070.

Ces voies comprennent un objectif de production d’au moins 50 % des besoins en électricité à partir de sources renouvelables, des incitations pour les véhicules électriques, la modernisation du réseau pour soutenir la production décentralisée et l’adaptation des réglementations pour soutenir les personnes produisant et consommant leur propre électricité.

La modernisation du réseau est importante car le marché de l’électricité doit devenir décentralisé et plus réactif pour permettre l’adoption généralisée d’énergies renouvelables provenant de sources distribuées ; la déréglementation permet quant à elle au marché de se procurer des services auprès d’un plus grand nombre d’acteurs, potentiellement à moindre coût.

Cependant, la déréglementation du marché de l’énergie pourrait ne pas être suffisante.

Pour garantir une sortie rapide des combustibles fossiles, la réglementation et le marché de l’énergie devraient également s’ouvrir à d’autres technologies énergétiques complémentaires aux énergies renouvelables, telles que les systèmes de stockage de l’énergie et les échanges entre pairs.

La question pertinente est de savoir ce que nous – en tant que citoyens – pouvons faire pour favoriser cette transition énergétique.

La réponse est la participation politique.

Le ministère de l’énergie publie ses plans sur son site web et de nombreuses politiques proposées prévoient une période de consultation publique au cours de laquelle les citoyens peuvent apporter leur contribution.

Le nouveau plan énergétique national sera ouvert à la consultation publique de septembre à octobre 2021 sur le site de l’Office de planification et de politique énergétique (OPEP).

Les parties intéressées peuvent suivre les développements sur eppo.go.th ainsi que sur la page Facebook de l’OEPP Thaïlande et prendre part à l’élaboration de ce plan important.

L’expérience d’autres pays montre qu’une réglementation solide et favorable et des investissements publics peuvent réduire considérablement les effets néfastes de la pollution atmosphérique, en prolongeant la durée de vie de la population et en améliorant la qualité de vie.

En renforçant l’action de toutes les parties concernées, nous pourrons travailler à un avenir où l’air sera exactement comme il devrait être : invisible.

Par Patree Witoonchart – toutelathailande.fr avec The Bangkok Post – 8 septembre 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer