Infos Birmanie

Le géant des télécoms Telenor autorisé à céder sa filiale birmane au groupe libanais des frères Mikati

Print Friendly, PDF & Email

Cette opération faisant naître des craintes pour les données personnelles de millions de Birmans.

La junte birmane a autorisé la vente de l’opérateur mobile Telenor Myanmar, filiale du géant norvégien Telenor qui a décidé de retirer de Birmanie, au groupe libanais M1 (du Premier ministre Nagib Mikati et son frère Taha) associé à un groupe local, faisant naître des craintes pour les données personnelles de millions de Birmans.

La Birmanie a sombré dans la violence depuis le coup d’État de l’armée birmane le 1er février 2021 contre le gouvernement d’Aung San Suu Kyi. Invoquant la dégradation de la situation après le putsch, Telenor a totalement déprécié la valeur de sa très lucrative filiale Telenor Myanmar, l’un des principaux opérateurs du pays, et annoncé sa cession en juillet.

“Le groupe M1 a été informé que la Commission des investissements de Birmanie a approuvé la demande du groupe Telenor pour la vente de Telenor Myanmar à Investcom PTE Ltd, une filiale du groupe M1”, a déclaré M1 dans un communiqué. Telenor a déclaré dans un communiqué séparé que la vente avait reçu “l’approbation réglementaire finale”. M1 s’associera à un consortium birman pour prendre le contrôle de la nouvelle entité, ajoute son communiqué.

Fondé en 1996, Shwe Byain Phyu a commencé par distribuer des produits pétroliers pour le gouvernement militaire de l’époque et emploie plus de 2 000 personnes an Birmanie. La société a des intérêts dans le commerce du pétrole, des matières premières, et dans des activités maritimes, selon son site internet, qui ne mentionne aucune expérience antérieure dans le domaine des télécommunications. Telenor était présent commercialement en Birmanie depuis 2014.

Limiter les dégâts

“L’examen des sanctions par des consultants externes a assuré à Telenor que Shwe Byain Phyu et ses propriétaires ne font l’objet d’aucune sanction internationale actuelle”, a déclaré l’entreprise norvégienne dans son communiqué.

En juillet, 474 groupes de la société civile du pays ont qualifié sa décision de se retirer d’irresponsable, affirmant qu’elle n’avait pas suffisamment pris en compte l’impact d’un tel retrait sur les droits humains. Cette cession risque de faire tomber les données de millions de clients dans les mains de la junte militaire au pouvoir, selon une plainte déposée le mois dernier en Norvège. En septembre, Telenor avait elle-même accusé la junte militaire d’exiger l’installation d’équipements permettant d’espionner les télécommunications, une exigence que le groupe disait alors avoir refusée.

Selon des défenseurs des droits humains, tout nouveau propriétaire pourrait se plier aux futures demandes de la junte de fournir des données de téléphonie cellulaire. “Il y a encore beaucoup de choses que Telenor peut faire pour limiter les dégâts”, a déclaré Joseph Wilde-Ramsing, chercheur à l’ONG SOMO, “comme créer un fonds pour aider les victimes, remédier à certains des préjudices auxquels ils vont contribuer avec la vente.”

En Birmanie, des milices citoyennes secondées par des factions ethniques rebelles ont pris les armes contre le régime et les généraux mènent une répression sanglante à l’encontre de leurs opposants: près de 1.700 civils ont été tués et de plus de 9.000 sont actuellement en détention, selon un groupe de surveillance local.

Agence France Presse – 18 mars 2022

Le géant des télécoms Telenor autorisé à céder sa filiale birmane au groupe libanais des frères Mikati
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer