Infos Viêt Nam

Les Vietnamiens de France souhaitent promouvoir la langue vietnamienne

Print Friendly, PDF & Email

Dans le cadre d’une visite de travail en France, dans la soirée du 5 avril à Paris, le vice-ministre des Affaires étrangères (AE) Pham Quang Hiêu a eu une séance de travail avec la communauté vietnamienne de ce pays. C’est aussi sa première rencontre avec des Viêt kiêu en France, dans la peau du président du Comité d’État chargé des Vietnamiens d’outre-mer.

Un grand nombre de représentants d’associations telles que l’Union générale des Vietnamiens de France (UGVF), l’Union des étudiants vietnamiens en France (UEVF), l’Association du Business des Vietnamiens de France (ABVietFrance) et le Club des entrepreneurs Vietnam Cambodge Laos (VCL – France Business Club), l’Association des scientifiques et experts vietnamiens (AVSE Global) et d’autres organisations ont participé à l’événement.

S’exprimant à la rencontre, l’ambassadeur du Vietnam en France Dinh Toàn Thang a présenté le processus de fondation et de développement de la communauté vietnamienne en France. Cette dernière, construite par l’Oncle Hô, a traversé plus de 100 ans de vicissitudes. Jusqu’à présent, les associations et organisations des Vietnamiens en France se sont développées de manière riche et diversifiée. Outre les plus anciennes et les plus actives comme l’UGVF, il existe également des organisations jeunes mais puissantes comme l’AVSE Global. La communauté dispose des composantes très divers, des générations de Vietnamiens qui sont venus en France depuis des années 1954 et 1975, à celles qui étudient et vivent en France depuis quelques années. Son champ d’activité est également très ouvert, non seulement dans le domaine économique, culturel, mais aussi dans l’éducation, la science, la santé, la politique…

Selon l’ambassadeur, les autorités et le peuple français apprécient hautement la communauté vietnamienne en France pour son intégration, ainsi que ses contributions au pays d’accueil et aux relations entre les deux pays. Le Parti et l’État, quant à eux, apprécient également les contributions considérables et efficaces des Viêt kiêu en France à la Patrie, leur sentiment envers le pays, ainsi que leurs efforts pour maintenir l’identité nationale. Surtout ces derniers temps, alors que le pays devait faire face à de nombreuses difficultés dues à l’épidémie de Covid-19, la communauté des Viêt kiêu en France lui a apporté des aides pratiques telles que la campagne “10.000 doses de vaccins”, les dons de respirateurs, les offres des matériels médicaux, les conseils et recommandations des experts sur la prévention et la lutte contre le Covid…

Cependant, outre les avantages et les succès, la communauté des Viêt kiêu en France se confronte aussi à de nombreux défis. Les associations, à travers le temps, ont connu des changements tant en quantité, qu’en qualité, qui obligent les générations de leadership de chercher des modes de fonctionnement plus efficace et dynamique, de trouver de nouvelles directions pour rassembler les gens.

L’enseignement du vietnamien, une tâche principale

Au cours de la rencontre, les participants ont exprimé les sentiments des Viêt kiêu en France, partagé leurs aspirations et proposé de nombreuses idées et recommandations pour renforcer le lien entre le pays natal et ses expatriés, et élever la position et le rôle des Vietnamiens en France.

Au nom de l’UGVF, l’ancienne présidente Thérèse Nguyên Van Ky a affirmé qu’en tant que la plus grande et plus ancienne organisation de Vietnamiens en France, l’UGVF a connu des hauts et des bas dans son parcours de développement, mais elle maintient toujours sa tradition patriotique depuis plus d’un siècle. La femme patriarche de l’UGVF a souhaité que le Comité d’État chargé des Vietnamiens d’outre-mer valorise son rôle de passerelle dans les activités de “retour à la source” pour des générations d’enfants Viêt kiêu, crée un mécanisme de soutien aux organisations et associations et aide à la diversification des activités des Vietnamiens à l’étranger en général et en France en particulier.

“L’introduction de politiques d’État envers les Vietnamiens d’outre-mer, telles que la loi sur la nationalité ou celle sur l’immigration, a contribué de favoriser les formalités administratives et le retour aux pays natal des Vietnamiens d’outre-mer. Il reste cependant des cas spéciaux et difficiles, nous espérons que l’État vietnamien les examinera et les réglera de manière satisfaisante”, a souligné Mme Thérèse Nguyên Van Ky, sans oublier d’exprimer son souhait de recevoir le soutien de l’État du Vietnam dans l’organisation d’activités communautaires lors des grandes fêtes telles que le Têt et la Mi-Automne.

En ce qui concerne la question de l’enseignement du vietnamien, les Viêt kiêu âgés ont exprimé leurs préoccupations au stagnation du projet de l’enseignement du vietnamien pour les Viêt kiêu, en particulier les 3e et 4e générations, ainsi que pour les français. Ils ont souhaité que l’État favorise la mise en œuvre de ces activités dans le but de préserver la langue nationale chez la jeune Viêt kiêu.

Si les seniors sont soucieux de préserver la langue vietnamienne à l’étranger, les jeunes de l’AVSE Global et de l’UEVF souhaitent valoriser le potentiel intellectuel des Vietnamiens expatriés, rassemblant des ressources de matière grise au service de la Patrie. Les représentants de l’ABVietFrance et VCL – France Business Club ont, pour leur part, exprimé leur volonté d’agir comme des ponts reliant les échanges commerciaux entre la France et le Vietnam. Les participants ont proposé de nombreuses idées pour accroître l’efficacité des activités communautaires telles que : organiser les voyages à la source pour les jeunes générations de Viêt kiêu, renforcer la participation des Vietnamiens d’outre-mer aux activités du Comité d’État chargé les Vietnamiens d’outre-mer, coordonner dans l’organisation d’activités culturelles et sportives, afin de consolider la communauté, maintenir et promouvoir l’identité des Vietnamiens de France.

Après avoir écouté les opinions des Viêt kiêu en France, le vice-ministre des AE Pham Quang Hiêu, président du Comité d’État pour les Vietnamiens d’outre-mer, a salué l’UGVF, en tant que noyau des mouvements et centre la de solidarité, avoir apporté de nombreuses contributions au pays et à la communauté. Il a accusé sa réception des idées et recommandations des Viêt kiêu, ainsi que ses propositions sur les politiques pour les Vietnamiens d’outre-mer. Il a déclaré deux axes majeurs à suivre dans les temps à venir qui sont la valorisation de la force active des associations, et le renforcement de l’enseignement et de l’apprentissage de la langue vietnamienne. Il a affirmé que les dirigeants du Parti et de l’État prête toujours attention au travail des Vietnamiens à l’étranger, qui a maintenant atteint 5,3 millions de personnes, le considérant comme une partie intégrante de la nation.

Le vice-ministre des AE est convaincu que dans les temps à venir, il serait nécessaire de “faire des efforts pour trouver et proposer des solutions plus fondamentales et méthodiques pour attirer des ressources et préserver et promouvoir l’identité culturelle nationale chez les Viêt kiêu”. Il a exprimé sa conviction que la communauté vietnamienne en France continuera à se développer, à s’unir, à contribuer à la construction et au développement du pays natal ainsi qu’à renforcer les relations Vietnam-France.

Par Thu Hà Nguyen – Le courrier du Vietnam – 7 avril 2022

Les Vietnamiens de France souhaitent promouvoir la langue vietnamienne
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer