Infos Birmanie

La peine de mort et l’horreur de la dictature birmane

Print Friendly, PDF & Email

L’envoyé des Nations unies pour les droits de l’homme en Birmanie s’est dit “indigné et dévasté” par les exécutions survenues dans le pays.

Selon Amnesty, plus de 100 condamnés à mort l’ont été de la même manière.

La junte militaire de Birmanie a exécuté quatre militants démocrates accusés d’avoir aidé à commettre des “actes de terrorisme”, a-t-elle déclaré lundi, suscitant une large condamnation des premières exécutions depuis des décennies dans ce pays d’Asie du Sud-Est.

Condamnés à mort à l’issue de procès à huis clos en janvier et en avril, les quatre hommes avaient été accusés d’avoir aidé des milices à commettre des actes terroristes.

Le gouvernement d’unité nationale (NUG) de Birmanie, une administration fantôme proscrite par la junte au pouvoir, a condamné les exécutions et appelé à une action internationale contre la junte.

“Extrêmement attristé […], nous condamnons la cruauté de la junte”, a déclaré à Reuters Kyaw Zaw, le porte-parole du bureau du président du NUG, dans un message. “La communauté mondiale doit punir leur cruauté”.

Parmi les personnes exécutées figurent la figure de la démocratie Kyaw Min Yu, plus connu sous le nom de Jimmy, et l’ancien législateur et artiste de hip-hop Phyo Zeya Thaw, selon le journal Global New Light of Myanmar.

Kyaw Min Yu, 53 ans, et Phyo Zeya Thaw, 41 ans, alliée de la dirigeante déchue de Birmanie Aung San Suu Kyi, ont perdu leur appel contre les sentences en juin. Les deux autres personnes exécutées sont Hla Myo Aung et Aung Thura Zaw.

“Ces exécutions constituent une privation arbitraire de la vie et sont un nouvel exemple du bilan atroce de la Birmanie en matière de droits humains”, a déclaré Erwin Van Der Borght, directeur régional du groupe de défense des droits Amnesty International.

“Les quatre hommes ont été condamnés par un tribunal militaire au cours de procès très secrets et profondément inéquitables. La communauté internationale doit agir immédiatement car plus de 100 personnes se trouveraient dans le couloir de la mort après avoir été condamnées dans le cadre de procédures similaires.”

Thazin Nyunt Aung, l’épouse de Phyo Zeyar Thaw, a déclaré qu’elle n’avait pas été informée de l’exécution de son mari. D’autres membres de la famille n’ont pas pu être joints immédiatement pour un commentaire.

“Je suis de tout cœur avec leurs familles, leurs amis et leurs proches, ainsi qu’avec tous les habitants de Birmanie qui sont victimes de l’escalade des atrocités commises par la junte”, a déclaré le rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l’homme en Birmanie, Tom Andrews, dans un communiqué.

Les hommes étaient détenus dans la prison d’Insein, datant de l’époque coloniale, et une personne ayant connaissance des événements a déclaré que leurs familles s’y étaient rendues vendredi dernier. Un seul parent a été autorisé à parler aux détenus via la plateforme en ligne Zoom, a ajouté la source.

Les médias d’État birmans ont rapporté les exécutions lundi et le porte-parole de la junte, Zaw Min Tun, les a confirmées plus tard à la Voix du Myanmar. Aucun des deux n’a donné de détails sur la date des exécutions.

Les précédentes exécutions en Birmanie avaient eu lieu par pendaison.

Un groupe militant, l’Association d’assistance aux prisonniers politiques (AAPP), a déclaré que les dernières exécutions judiciaires en Birmanie remontaient à la fin des années 1980.

Le mois dernier, le porte-parole de la junte, Zaw Min Tun, a défendu la peine de mort, affirmant qu’elle était justifiée et utilisée dans de nombreux pays.

“Au moins 50 civils innocents, sans compter les forces de sécurité, sont morts à cause d’eux”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse télévisée.

“Comment pouvez-vous dire que ce n’est pas la justice ?” a-t-il demandé. “Les actions requises doivent être faites dans les moments requis”.

La junte a condamné les déclarations étrangères concernant les ordres d’exécution, les qualifiant d’”imprudentes et d’ingérantes”.

La Birmanie est en proie au chaos depuis le coup d’État de l’année dernière, le conflit s’étendant à l’ensemble du pays après que l’armée a écrasé des manifestations essentiellement pacifiques dans les villes.

“Depuis plus d’un an, les autorités militaires de la Birmanie se livrent à des exécutions extrajudiciaires, à des actes de torture et à toute une série de violations des droits de l’homme”, a ajouté M. Van Der Borght.

“Les militaires ne feront que continuer à piétiner la vie des gens s’ils ne sont pas tenus pour responsables”.

L’AAPP affirme que plus de 2 100 personnes ont été tuées par les forces de sécurité depuis le coup d’État. La junte affirme que ce chiffre est exagéré.

Le tableau réel de la violence est difficile à évaluer, car les affrontements se sont étendus à des zones plus reculées où des groupes d’insurgés issus de minorités ethniques combattent également les militaires.

Gavroche-thailande.com – 25 juillet 2022

La peine de mort et l’horreur de la dictature birmane
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer