Infos Birmanie

La junte du Myanmar s’en prend aux critiques et remercie ses voisins pour leur aide.

Print Friendly, PDF & Email

Le chef de la junte du Myanmar s’est insurgé mercredi contre les pays qui interviennent dans les affaires de son pays, tout en remerciant les autres de leur coopération “positive”, soulignant qu’il travaille en étroite collaboration avec des voisins tels que la Chine, l’Inde et la Thaïlande.

Le pays d’Asie du Sud-Est fait face à un isolement international et à des sanctions dirigées par l’Occident depuis que l’armée a pris le pouvoir d’un gouvernement démocratiquement élu dirigé par la lauréate du prix Nobel Aung Sang Suu Kyi, il y a près de deux ans.

“Je veux dire merci à certains pays et organisations internationaux et régionaux ainsi qu’à des personnes qui ont coopéré positivement avec nous… au milieu de toutes les pressions, critiques et attaques”, a déclaré le généralissime Min Aung Hlaing dans un discours prononcé à l’occasion du 75e anniversaire de l’indépendance du Myanmar.

“Nous travaillons en étroite collaboration avec les pays voisins tels que la Chine, l’Inde, la Thaïlande, le Laos et le Bangladesh. Nous travaillerons ensemble pour la stabilité et le développement de la frontière”, a déclaré Min Aung Hlaing dans un discours télévisé depuis un défilé de la fête nationale dans la capitale Naypyitaw.

Le Myanmar est en proie au chaos depuis que l’armée a pris le pouvoir au gouvernement de Suu Kyi le 1er février 2021, la détenant ainsi que d’autres fonctionnaires et répondant aux manifestations pro-démocratie et à la dissidence par une force brutale, déplaçant des centaines de milliers de personnes.

Si les manifestations de rue sont désormais rares après les répressions sanglantes, l’armée est impliquée dans des affrontements quasi quotidiens avec les forces ethniques minoritaires et l’insécurité s’est étendue à des pans entiers du pays, les membres d’une soi-disant Force de défense du peuple ayant pris les armes pour lutter pour un retour à la démocratie.

Entre-temps, Suu Kyi a été reconnue coupable de cinq chefs d’accusation de corruption à la fin de l’année dernière et emprisonnée pour sept années supplémentaires, mettant ainsi un terme à un marathon de procès condamnés internationalement comme étant une imposture destinée à maintenir à distance la plus grande menace de la junte, dans un contexte de résistance nationale généralisée à son régime.

Suu Kyi est détenue à l’isolement dans une prison de Naypyitaw et les militaires insistent sur le fait qu’elle a bénéficié d’une procédure régulière par un tribunal indépendant.

Les autorités libèrent généralement certains prisonniers pour marquer le jour où le Myanmar a déclaré son indépendance de la domination britannique. Cependant, il n’était pas immédiatement clair si les militaires allaient libérer des détenus politiques cette fois-ci.

Les États-Unis, l’Union européenne et des pays comme la Grande-Bretagne et le Canada ont imposé des sanctions à l’encontre de l’armée du Myanmar et des personnes considérées comme ayant aidé la junte à prendre le pouvoir.

Dans une nouvelle réprimande, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté le mois dernier sa première résolution sur le Myanmar en 74 ans, exigeant la fin de la violence et la libération par la junte de tous les détenus politiques.

Faisant référence à la pression internationale, Min Aung Hlaing s’est insurgé contre ce qu’il a appelé “les perturbations provenant de pays et d’organisations qui veulent intervenir dans les affaires intérieures du Myanmar”.

Pourtant, la junte a conservé un certain soutien international. Le Conseil de sécurité de l’ONU reste divisé sur la manière de traiter la crise du Myanmar, la Chine et la Russie plaidant contre une action forte. Elles se sont toutes deux abstenues lors du vote du mois dernier sur une résolution, tout comme l’Inde.

La Thaïlande a également accueilli des discussions régionales le mois dernier pour discuter de la crise, y compris de rares apparitions internationales de ministres de la junte, même si plusieurs membres clés de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est, qui critiquent vivement la junte, n’y ont pas assisté.

L’ANASE mène les efforts diplomatiques de paix et les généraux du Myanmar ont été exclus des réunions de haut niveau du bloc pour ne pas avoir honoré leurs promesses d’entamer des pourparlers avec les opposants liés au gouvernement évincé de Suu Kyi.

Reuters – 4 janvier 2023

La junte du Myanmar s’en prend aux critiques et remercie ses voisins pour leur aide.
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer