Infos Birmanie

Les enfants du chef de la junte birmane liés à un raid antidrogue en Thaïlande

Print Friendly, PDF & Email

Des biens appartenant à des enfants du chef de la junte birmane ont été découverts lors d’une descente de police à Bangkok en septembre dernier dans l’appartement d’un magnat birman de la drogue.

Des officiels thaïlandais ont découvert des avoirs appartenant à des enfants du chef de la junte birmane lors d’une descente de police à Bangkok effectuée dans l’appartement d’un magnat birman de la drogue accusé de trafic de stupéfiants et de blanchiment d’argent, selon un dossier officiel et deux personnes proches du dossier.

Des titres de propriété et des livrets bancaires appartenant à la fille et au fils de Min Aung Hlaing auraient été retrouvés au domicile de Tun Min Latt, 53 ans, lorsque ce dernier a été arrêté dans la capitale thaïlandaise en septembre dernier avec trois ressortissants thaïlandais pour complot en vue de trafic de stupéfiants et blanchiment d’argent.

Tun Min Latt a des intérêts dans les secteurs de l’hôtellerie, de l’énergie et de l’exploitation minière et il est proche de Min Aung Hlaing, qui a pris le pouvoir en février 2021 en renversant le gouvernement démocratiquement élu, avaient déclaré l’année dernière à Reuters trois sources ayant connaissance de l’affaire. Il aurait contribué à approvisionner l’armée, ont également indiqué les sources. Des photos accessibles au public les montrent ensemble lors d’un salon de l’armement en 2019.

La police thaïlandaise ne s’interesse pas aux enfants de Min Aung Hlaing

Tun Min Latt est actuellement en détention provisoire ; son avocat n’a pas pu être joint pour commenter.

Selon les deux sources proche du dossier, les deux enfants de Min Aung Hlaing ne seraient pas pour l’heure inquiétés par la justice à propos des actifs retrouvés lors du raid de police, les autorités thaïlandaises estimant qu’ils ne sont pertinents dans le cadre de l’enquête contre Tun Min Latt.

Le fils de Min Aung Hlaing, Aung Pyae Sone, et sa fille, Khin Thiri Thet Mon, qui, avec leur père, avaient fait l’objet de sanctions par les États-Unis et le Canada, n’ont pas répondu aux demandes de commentaires de l’agence Reuters. Les États-Unis affirment qu’ils mènent des activités “bénéficiant directement de la position et de l’influence malveillante de leur père“.

Leur père n’a pas non plus pu être joint pour commenter, et les messages adressés à la junte militaire birmane sont restés sans réponse.

Liens étroits avec le magnat birman

La découverte des documents indique des liens étroits entre Tun Min Latt et la famille du chef de la junte birmane.

Un porte-parole de l’organisation militante Justice for Myanmar a déclaré que la découverte de ces documents indiquait également que la famille de Min Aung Hlaing dissimulait des actifs en Thaïlande. Il a exhorté le gouvernement thaïlandais à prendre “des mesures urgentes pour éviter que [la Thailande] ne devienne un refuge pour les criminels de Birmanie en empêchant la junte illégitime birmane et ses membres d’accéder aux banques et aux biens thaïlandais et de geler les avoirs volés appartenant au peuple de Birmanie“.

Le porte-parole du gouvernement thaïlandais, Anucha Burapachaisri, a refusé de commenter et a renvoyé les questions de Reuters aux forces de l’ordre, lesquelles n’ont pas non plus répondu aux demandes de commentaires.

Pour plus de 9 millions de dollars de biens et espèces saisis

Lors de la descente en septembre dans l’appartement de Tun Min Latt, situé dans le condominium “Belle Grand Rama 9” à Bangkok, la police a déclaré avoir saisi pour 8,96 millions de dollars d’actifs, notamment des voitures, montres et sacs de luxe, ainsi que 239.091 dollars en espèces.

Selon un registre officiel de saisie d’actifs daté du 17 septembre 2022, les policiers ont également découvert des titres de propriété et un contrat d’achat de 2017 d’un appartement de quatre chambres dans le même immeuble au nom d’Aung Pyae Sone, ainsi que deux livrets bancaires de la Siam Commercial Bank (SCB) concernant des comptes au nom de Khin Thiri Thet Mon.

Le document a été obtenu par Justice for Myanmar et vérifié de manière indépendante par Reuters auprès des deux sources proches du dossier.

La Thaïlande silencieuse

Depuis le coup d’État, les forces de Min Aung Hlaing ont lancé une répression sanglante contre la dissidence, tuant plusieurs milliers d’opposants, selon l’ONU, qui accuse les troupes birmanes de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. L’armée dit mener une guerre contre des “terroristes”.

La Thaïlande, qui partage une frontière terrestre de plus de 2.000 km avec la Birmanie, s’est abstenue de critiquer ouvertement le régime militaire et a même invité le mois dernier les ministres de la junte à assister à un sommet régional, qui a été boycotté par plusieurs pays en raison de leur présence.

Les deux personnes proches du dossier, qui se sont exprimées sous couvert d’anonymat car elles ne sont pas autorisées à parler aux médias, ont confirmé que les avoirs des enfants de Min Aung Hlaing avaient été retrouvés lors du fameux raid.

L’agence Reuters a confirmé que le compte bancaire de Khin Thiri Thet Mon a depuis été fermé, mais n’a pas été en mesure de déterminer qui l’a clôturé ni quand. La SCB et le condominium Belle Grand Rama 9 n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

La police thaïlandaise, l’Office of the Narcotics Control Board (ONCB) et l’Anti-Money Laundering Office (AMLO) n’ont pas non plus répondu aux demandes de commentaires.

Lepetitjournal.com – 12 janvier 2023

Les enfants du chef de la junte birmane liés à un raid antidrogue en Thaïlande
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer