Infos Thailande

La Fondation Clooney défend les activistes thaïs 

Print Friendly, PDF & Email

La fondation crée par l’épouse de Georges Clooney, Amal Clooney, avocate, estime que la Thaïlande devrait abandonner les poursuites contre 22 leaders de la contestation accusés d’avoir insulté la monarchie – ce que l’on appelle la lèse-majesté -, de sédition et d’une série d’infractions à l’ordre public, et respecter ses obligations internationales en matière de droits de l’homme.

la Fondation Clooney pour la justice (CFJ) est représentée par l’honorable Kevin Bell AM KC, de Trial Watch. Celui ci a soumis un mémoire  à la Cour pénale de Bangkok lors d’une audience le 16 janvier.

TrialWatch surveille les procès pénaux dans le monde entier contre les personnes les plus vulnérables, notamment les journalistes et les figures de l’opposition, et défend les droits des personnes injustement emprisonnées. Depuis la fin de l’année 2020, l’initiative TrialWatch du CFJ suit et évalue les procédures pénales engagées contre les leaders de la protestation, qui risquent entre sept et quinze ans de prison s’ils sont reconnus coupables de tous les chefs d’accusation (en Thaïlande, si un défendeur est poursuivi pour plusieurs infractions pour le même comportement, il doit être puni pour l’infraction la plus sévère).

Les accusés dans cette affaire sont des étudiants universitaires âgés d’à peine 22 ans au moment de leur arrestation, des avocats, des militants et des journalistes. Les charges sont fondées sur l’allégation de l’accusation selon laquelle, lors de discours prononcés à l’occasion d’une manifestation, les accusés ont menti au sujet des dépenses du roi de Thaïlande et de ses fréquents voyages à destination et en provenance d’Allemagne, y compris pendant les fermetures du COVID et en violation présumée des règles de quarantaine.

Comme l’ont documenté les observateurs de TrialWatch qui ont assisté au procès, l’accusation n’a pas présenté de preuves que les déclarations des accusés étaient fausses et le tribunal a refusé d’ordonner à des institutions comme le Crown Property Bureau, le Royal Office et Thai Airways de fournir des dossiers financiers et de voyage, malgré les demandes répétées de la défense. Cela a réduit la capacité de la défense à prouver que les déclarations étaient vraies. Comme l’a fait remarquer un accusé lors d’une récente audience, sans accès aux informations permettant de prouver la véracité de ses propos, “c’est comme si le côté de l’accusé était enchaîné d’une main au ring de boxe, l’empêchant de frapper et de se battre avec l’autre côté”. Si le tribunal ne rejette pas l’affaire, il devrait au moins permettre à la défense d’avoir accès aux documents dont elle a besoin pour monter sa défense et contester les preuves et les arguments de l’accusation, selon le mémoire d’amicus curiae présenté aujourd’hui.

Le procès, qui a été suivi par la Clinique des droits de l’homme de l’école de droit de Columbia au nom de TrialWatch, consolide deux affaires désormais jointes. Un premier acte d’accusation a été déposé contre quatre personnes en février 2021, et un second contre 18 autres personnes en mars 2021.  Sur les 22 accusés, au moins six sont des étudiants universitaires, tous âgés d’une vingtaine d’années. Les accusés ont participé à des manifestations à Bangkok le 19 septembre 2020, les manifestants réclamant des modifications de la Constitution thaïlandaise et une réforme de la monarchie.

L’un des prévenus, Panusaya Sithijirawattanakul, étudiant militant de 24 ans, a prononcé un discours lors de la manifestation affirmant : “Le budget 2021 n’est pas entré en vigueur à temps et pas une seule personne n’a eu le courage de dire franchement [que c’était] parce que le [roi] n’était pas dans le pays. Il menait une belle vie en dépensant l’argent des impôts des gens en Allemagne.” Elle a passé 59 jours en détention, pendant lesquels elle a fait une grève de la faim pendant plus de cinq semaines. Elle risque maintenant 15 ans de prison.

Un autre accusé, Somyot Prueksakasemsuk, 61 ans, rédacteur en chef de magazine, a déclaré lors de la manifestation : “Le poste [du roi] est vacant parce qu’il n’est pas en Thaïlande”, et “nous n’avons qu’un seul chef d’État, et il doit être soumis à la critique en vertu du système de contrôle et d’équilibre. Il est inacceptable qu’il se cache des critiques. Il gagne à la fois un salaire et une rente de 30 milliards de bahts par an.” M. Prueksakasemsuk risque jusqu’à 15 ans de prison.

Un accusé de 24 ans et leader militant Parit Chiwarak – qui risque également jusqu’à 15 ans de prison – a déclaré : “Savez-vous que lorsque nous effectuons des transactions avec [la Siam Central Bank], si la banque réalise un bénéfice de 100 bahts, 33 bahts iront directement dans la poche du roi Rama X en tant que principal actionnaire ? Cela signifie que lorsque vous utilisez la SCB, vous financez son voyage en Allemagne”.

Dans l’acte d’accusation, examiné par TrialWatch, l’accusation a allégué que toutes les déclarations faites sur les absences de la Thaïlande et les dépenses du roi étaient fausses. Selon l’accusation, les déclarations étaient également “intrusives, agressives, diffamatoires, calomnieuses et témoignant d’une grande malveillance” envers le Roi, dont la position est “inviolable.”

Les défendeurs qui ont commenté le roi dans leurs discours – sept des 22 – sont accusés de lèse-majesté, qui est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 15 ans de prison. Depuis les manifestations, ces sept accusés (et un autre) ont été maintenus en détention provisoire pendant de longues périodes.

L’avocat Arnon Nampa est celui qui a passé le plus de temps en détention, soit 113 jours au total. Bien que tous les accusés aient maintenant été libérés sous caution, ils sont soumis à des conditions strictes, notamment l’interdiction de participer à des manifestations politiques et de critiquer la monarchie.

Le mémoire d’amicus curiae est fondé sur les obligations internationales que la Thaïlande doit respecter en tant que partie au Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP). Entre autres choses, le PIDCP exige que les accusés puissent contester les arguments et les preuves retenus contre eux, et avoir accès aux documents nécessaires pour le faire.

“En violation des principes internationaux, le tribunal a lié les mains des accusés en faisant obstacle à leurs tentatives d’obtenir des documents qui prouveraient la véracité de leurs déclarations sur le roi. L’absurdité de cette situation est mise en évidence par le fait que les accusés sont accusés d’avoir menti en affirmant que le Roi n’était pas en Thaïlande à certaines périodes, alors même que les avocats de la défense ont été empêchés d’accéder aux dossiers de voyage de routine”, a déclaré l’expert de TrialWatch, l’honorable Kevin Bell AM KC, qui a quinze ans d’expérience judiciaire dans la conduite de procès criminels, notamment en tant qu’ancien juge de la Cour suprême de Victoria, en Australie.

La procédure viole également le droit à la liberté d’expression des accusés, qui est également garanti par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Selon les normes internationales, les lois doivent être précises et claires afin que les individus sachent quels actes sont criminels et quels actes sont légaux. La lèse-majesté, cependant, criminalise toute insulte, menace ou diffamation de la monarchie, des termes qui sont vagues et subjectifs. En alléguant que les défendeurs ont violé la loi sur la lèse-majesté, l’accusation n’a même pas tenté de faire la distinction entre les discours qui ont “insulté”, “menacé” ou “diffamé” la monarchie, mais a plutôt répété le même paragraphe copié-collé pour chaque défendeur qui dénonce la “grande malveillance” affichée envers le roi.

“Il est essentiel de noter qu’il n’est pas clair si les déclarations faites par les défendeurs peuvent même être qualifiées de lèse-majesté en vertu de ce qui est déjà une définition trop large”, a déclaré l’honorable M. Bell KC. “On ne supposerait pas, par exemple, que le fait de plaider pour une réforme de la monarchie constitue une diffamation ou une insulte à la monarchie. Mais l’accusation a procédé sur cette présomption, apparemment sans se soucier de questions telles que la preuve et la charge de la preuve.”

Certaines des conditions restrictives de mise en liberté sous caution imposées aux accusés exigent qu’ils s’abstiennent de tout acte susceptible “d’avoir un impact sur la monarchie”. En réponse à la confusion sur ce que cela signifie, le rédacteur en chef du magazine, M. Prueksakasemsuk, a déclaré : “Je pourrais aller à une réunion, je ne suis pas sûr de ce qui va se passer, si quelqu’un va parler de la monarchie ou non et de quelle manière ?”. Le tribunal n’a pas précisé si le fait d’être présent pendant que quelqu’un d’autre parlait de la monarchie exposait M. Prueksakasemsuk à un risque de réincarcération, déclarant plutôt : “vous avez accepté les conditions, qui étaient volontaires”.

Les commentaires sur les personnalités publiques, y compris les monarques, sont protégés par le droit international. Les déclarations de cette nature justifient en fait une protection accrue en raison de l’importance du discours politique. Les commentaires des prévenus n’auraient jamais dû donner lieu à des poursuites pénales, et encore moins à un procès au cours duquel ils risquent plus de dix ans de prison. En effet, les experts des Nations unies ont estimé que “les lois de lèse-majesté n’ont pas leur place dans un pays démocratique” et ont appelé le gouvernement thaïlandais à “mettre fin à l’utilisation répétée d’accusations pénales aussi graves contre des personnes ayant exercé leur droit à la liberté d’expression pacifique.” Le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire a qualifié la loi thaïlandaise sur la lèse-majesté de “si vague qu’elle est incompatible avec le droit international des droits de l’homme”, et le Comité des droits de l’homme des Nations unies a critiqué les “pratiques de condamnation extrêmes” des autorités thaïlandaises en matière de lèse-majesté.

La prochaine audience dans cette affaire est prévue pour le 16 janvier. Dans le mémoire d’amicus curiae, CFJ et l’honorable M. Bell KC demandent instamment à la cour de rejeter l’affaire en raison de violations du droit à la liberté d’expression ; à défaut, le droit à la liberté d’expression exige que la cour lève les conditions de cautionnement restrictives et peu claires imposées aux défendeurs et le droit de préparer une défense exige que la cour facilite l’accès de la défense aux preuves demandées.

Contexte

La section 112, la disposition relative à la lèse-majesté du code pénal thaïlandais, prévoit que “quiconque diffame, insulte ou menace le roi, la reine, l’héritier présomptif ou le régent est passible d’une peine d’emprisonnement de trois à quinze ans”.

Bien que la fausseté ne soit généralement pas un élément requis pour prouver la lèse-majesté en droit thaïlandais, l’accusation a fait de la fausseté supposée des discours prononcés par les manifestants un aspect central de son dossier, déclarant sans équivoque dans les deux actes d’accusation que les commentaires des défendeurs sur le roi étaient faux.

Par Philippe Bergues – Gavroche-thailande.com – 19 janvier 2023

La Fondation Clooney défend les activistes thaïs 
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer