Infos Thailande

Pourquoi la Thaïlande ne rouvre pas encore aux touristes internationaux

Avec la réouverture de pays européens au tourisme pour l’été, des voyageurs attendent avec impatience de savoir quand ils auront le feu vert pour visiter leur destination préférée.

Ceux qui ont la Thaïlande en tête devront attendre au moins quelques mois de plus avant de faire leurs valises.

“Cela dépend toujours de la situation de l’épidémie, mais je pense que nous pourrions voir le retour des touristes au plus tôt au quatrième trimestre de cette année”, déclare Yuthasak Supasorn, gouverneur de l’Autorité du tourisme de Thaïlande (TAT), à CNN Travel.

Et même alors, dit-il, il y aura probablement des restrictions sur les personnes qui peuvent visiter et les endroits où elles peuvent aller.

“Nous n’allons pas ouvrir tout en même temps”, ajoute-t-il.

“Nous sommes toujours en alerte, nous ne pouvons pas encore baisser nos gardes.

Nous devons examiner le pays d’origine des voyageurs pour voir si leur situation s’est vraiment améliorée.

Et enfin, nous devons voir si nos propres opérateurs commerciaux sont prêts à recevoir des touristes dans le cadre de la “nouvelle normalité”.

Des versions similaires de cette stratégie sont déjà en cours d’examen dans la région, sous le nom de “bulles touristiques”.

Fondamentalement, un pays ouvrira ses frontières réciproquement avec des destinations qui ont également leur situation en matière de coronavirus sous contrôle.

Une fois que la Thaïlande s’ouvrira aux touristes internationaux, il est probable qu’ils ne pourront visiter que certains endroits, explique M. Yuthasak.

“Nous avons étudié la possibilité d’offrir des forfaits spéciaux de long séjour dans des zones isolées et fermées où la surveillance sanitaire peut être facilement contrôlée – par exemple, Koh Pha Ngan et Koh Samui.

Cela sera bénéfique à la fois pour les touristes et les résidents locaux, car il s’agit presque d’une sorte de quarantaine”.

M. Yuthasak indique qu’ils sont en train de mettre au point un cadre pour relancer le tourisme, mais qu’une grande partie de la décision revient au CCSA — le Centre d’administration de la situation Covid-19 — qui décidera du meilleur moment pour ouvrir les frontières.

Bill Barnett, directeur général de la société de conseil C9 Hotelworks, basée à Phuket et spécialisée dans l’Asie, affirme qu’il faut “faire des petits pas” pour relancer le tourisme international.

“La prochaine étape consiste à conclure des accords bilatéraux entre les pays”, dit-il. “La bonne position de la Thaïlande face à la pandémie avec la Chine, ainsi que la forte demande refoulée, font de la Thaïlande une solution logique à court terme pour le retour du tourisme étranger dans le Royaume”.

Pour l’instant, la Thaïlande ne prend aucun risque et les frontières du pays sont fermement fermées.

L’autorité de l’aviation civile thaïlandaise (CAAT) a décrété une interdiction temporaire de tous les vols commerciaux internationaux dans le pays jusqu’au 30 juin, à l’exception des vols de rapatriement.

Les Thaïlandais qui reviennent sur ces vols sont mis en quarantaine pendant 14 jours.

Entre-temps, le 26 mai, le cabinet thaïlandais a décidé de prolonger l’état d’urgence dans tout le pays jusqu’au 30 juin.

La Thaïlande semble avoir réussi à éviter les ravages du virus que connaissent de nombreuses autres nations dans le monde.

Au 27 juin, le pays a enregistré 3 054 cas de Covid-19 et 57 décès.

Il ne rapporte qu’une poignée de nouveaux cas de Covid-19 chaque jour, parfois même zéro.

Les cas de transmission locale sont peu nombreux, les infections à Covid-19 les plus récentes ayant été découvertes chez des rapatriés en quarantaine.

Voir : Le succès de la Thaïlande dans la lutte contre le Covid-19

Le pays donne le coup d’envoi du tourisme intérieur et assouplit les mesures de confinement

La Thaïlande se concentre maintenant sur la réouverture au tourisme intérieur en juin, dit Yuthasak.

Les stations et les hôtels de certaines destinations touristiques du pays ont déjà reçu le feu vert pour rouvrir, notamment à Hua Hin, une station balnéaire populaire située à environ 200 kilomètres au sud de Bangkok.

Les mesures nationales de fermeture mises en place fin mars ont été assouplies par étapes tout au long du mois de mai.

Les centres commerciaux, les marchés, les musées et certaines attractions touristiques ont déjà rouvert et d’autres devraient suivre.

Le Grand Palais de Bangkok, par exemple, rouvrira le 4 juin.

Les parcs nationaux, les parcs d’attractions, les stades, les spas, les salons de massage et les cinémas restent fermés, mais les médias locaux signalent que certains auront probablement le feu vert pour la réouverture en juin.

Les restaurants – qui n’offraient que des services de livraison et de plats à emporter à la fin du mois de mars – peuvent désormais autoriser les clients à dîner à l’intérieur, mais il leur est interdit de servir de l’alcool et ils doivent respecter des mesures strictes de distanciation sociale.

Les pubs et les boîtes de nuit restent fermés, et un couvre-feu est en vigueur de 23 heures à 4 heures du matin.

Les réseaux de transport locaux multiplient les services, notamment les lignes de chemin de fer et de bus, tandis que les compagnies aériennes augmentent le nombre de vols intérieurs.

L’aéroport international de Phuket reste toutefois fermé jusqu’à nouvel ordre.

L’île touristique la plus populaire de Thaïlande est devenue un point chaud pour le coronavirus en mars, avec le taux d’infection par habitant le plus élevé des 77 provinces du pays.

En conséquence, les autorités de Phuket ont imposé des mesures de fermeture strictes et ont entrepris une campagne intensive de tests auprès des résidents.

Mais avec le ralentissement des cas au cours des derniers jours, les acteurs de l’industrie du voyage en difficulté remettent en question la fermeture continue de l’aéroport de l’île alors que le reste du pays s’ouvre aux vols intérieurs.

“Le secteur du tourisme de Phuket est pour l’instant triste, stupéfait, ennuyé et consterné par l’absence de plan défini pour la réouverture de l’aéroport”, déclare M. Barnett.

“Le récent avis de la CAAT concernant une fermeture durable a été une pilule dure à avaler pour une industrie endommagée.

Il est inutile d’ouvrir des hôtels, alors que l’aéroport est l’élément déclencheur de la réouverture.

L’avis vague et le manque de clarté sur la date de réouverture de l’aéroport empêchent les entreprises de planifier des actions futures”.

Les entreprises locales sont en souffrance

Même si le tourisme intérieur commence à se développer dans certaines provinces, ce n’est qu’une goutte d’eau dans la mer.

En 2019, près de 40 millions de touristes ont visité la Thaïlande, selon les données du gouvernement.

La TAT estime que seuls 14 à 16 millions de personnes visiteront le pays cette année.

Les hôtels en difficulté financière qui ont besoin de liquidités ont déjà commencé à vendre agressivement des chambres d’hôtel et des bons d’échange, explique M. Barnett, tout en se tournant également vers le marché local pour se soulager.

“On vante les séjours et les voyages en voiture, mais dans un pays où le tourisme représente 12 à 14 % du PIB, ces petites bouchées ne vont pas combler le chemin de la reprise”, dit-il.

“Il faut des accords bilatéraux plus larges avec l’ASEAN et il faut ouvrir les aéroports et remettre les compagnies aériennes en service”.

Chatuchak, le marché du Weekend de Bangkok, l’une des destinations de shopping les plus populaires de la ville, a rouvert le 9 mai.

Mais bien que les Thaïlandais et les expatriés soient de retour, il n’y a tout simplement pas assez de passage pour que les vendeurs puissent gagner leur vie de manière durable, explique la propriétaire d’un magasin, Tassanee Larlitparpaipune.

“Les touristes internationaux représentent environ 50 % de ma clientèle”, dit-elle.

“La plupart viennent de Singapour, de Hong Kong et de Malaisie.”

Avant les vacances du Nouvel An lunaire en janvier, Tassanee possédait quatre boutiques de vêtements au marché.

Elle en a depuis fermé deux et envisage maintenant d’en fermer une troisième pour se concentrer sur les commandes en ligne.

La faune retourne dans des espaces naturels autrefois très fréquentés

Mais la pandémie de Covid-19 n’a pas eu que des conséquences négatives.

Comme on l’a vu dans d’autres destinations mondiales autrefois très fréquentées, la faune thaïlandaise a bénéficié de l’arrêt des activités dans le monde entier, en particulier les animaux marins.

Selon le Dr Thon Thammawongsawat, biologiste marin, les changements dont il a été témoin ont été remarquables, les animaux revenant vers des destinations autrefois très fréquentées par les humains.

“Par exemple, des dugongs roses ont été aperçus autour de Ban Pe, à Koh Samet et des tortues vertes ont pondu pour la première fois en six ans sur les plages de Koh Samui”, dit-il.

Plus de 200 de ces tortues sont nées sur la plage isolée de la station balnéaire de Banyan Tree Samui, et trois nids ont éclos entre le 4 et le 24 avril, selon le personnel de l’hôtel.

Une tortue géante a pondu les œufs fin février et début mars, qui ont ensuite été protégés par le biologiste marin résident de la station et le département local des ressources marines et côtières.

D’autres espèces de tortues sont revenues sur les côtes thaïlandaises pour y pondre également.

“L’indicateur le plus crucial des effets secondaires positifs de cette crise est que nous avons vu les tortues luth pondre en plus grand nombre depuis que nous avons commencé à enregistrer des statistiques il y a huit ans”, déclare Thon.

“L’année dernière, nous avons enregistré l’éclosion d’une centaine de tortues luth.

Cette année, jusqu’à présent, il y en a plus de 300 qui ont éclos et sont retournées à la mer”.

Les responsables des parcs nationaux du pays disent qu’ils espèrent préserver certains de ces acquis.

“Le ministère a décidé de fermer les parcs nationaux – terrestres et marins – chaque année entre deux et trois mois par an”, a déclaré Sompoch Maneerat, directeur de l’information du ministère des parcs nationaux de Thaïlande, à CNN Travel.

“Les durées et les dates varieront en fonction de la nature de chaque lieu.

Le but est de parvenir à un tourisme durable, où la nature peut se reposer pendant la basse saison”.

Quant à la populaire baie de Maya, où a été tourné en 2000 le film “The Beach” avec Leonardo DiCaprio, Sompoch affirme qu’elle restera fermée au moins jusqu’en 2021, car l’écosystème ne s’est pas encore complètement remis à un niveau acceptable.

La baie est fermée depuis juin 2018 dans le cadre d’un programme de rajeunissement visant à faire revivre les coraux décimés de la région.

Toutelathailande.fr – 27 Mai, 2020

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer