Infos Viêt Nam

Peines de prison pour actes subversifs

Lundi matin 6 juillet, le Tribunal populaire de la province de Lâm Dông (hauts plateaux du Centre) a ouvert un procès en première instance et jugé trois accusés coupables d’activités visant à renverser l’administration populaire, conformément à la clause 2, Article 109 du Code pénal.

Les accusés sont Dang Toàn Trung (né en 1952, résidant dans la ville de Ganh Hao, district de Dông Hai, province de Bac Liêu, travailleur indépendant) ; Trân Thi Anh Hoa (née en 1963, résidant dans le quartier Xuân Hoa, ville de Long Khanh, province de Dông Nai, travailleure manuelle) ; Dang Quang Khanh (né en 1962, résidant au quartier de Da Kao, 1er arrondissement de Hô Chi Minh-Ville, gardien d’hôtel).

Selon l’acte d’accusation du 21 avril 2020 du Parquet populaire de la province de Lâm Dông, en raison de son temps de service dans l’Armée populaire auparavant, Dang Toàn Trung a toujours nourri l’intention d’abolir le rôle de direction du Parti communiste et de l’État de la République socialiste du Vietnam. Après avoir lu des articles sur le “Gouvernement national provisoire du Vietnam”, Trung a fait la procédure d’enregistrement et est devenu membre de cette organisation.

Ensuite, Dang Toàn Trung a propagé des informations selon lesquelles les Nations unies voulaient par le biais du Gouvernement national provisoire du Vietnam”  mettre en œuvre 18 projets de reconstruction du pays et de soutien de la construction de maisons pour les pauvres. Faute de connaissances et d’informations officielles, Trân Thi Anh Hoa et Dang Quang Khanh ont écouté et se sont inscrits pour devenir eux aussi membres du “Gouvernement national provisoire du Vietnam”.

Après avoir rejoint l’organisation, les accusés ont activement propagé des contenus déformant l’histoire, niant le rôle de direction du Parti et de l’État, calomniant les leaders, félicitant et élisant Dào Minh Quân, chef du “gouvernement national provisoire du Vietnam” en tant que “président de la troisième République du Vietnam”.

Les accusés ont également mobilisé, pris des informations personnelles des autres et organisé un “référendum” pour des milliers de personnes vivant dans de nombreuses villes et provinces, votant pour que Dào Minh Quân soit “président de la troisième République du Vietnam”.

Au procès, les trois accusés ont reconnu les faits. Dang Toàn Trung a écopé une peine de 7 ans de prison à compter de la date de son emprisonnement (6 août 2019), Trân Thi Anh Hoa et Dang Quang Khanh ont chacun été condamnés à 6 ans de prison à compter de la date de détention (août 2019). Après avoir purgé leur peine, les trois accusés seront en résidence surveillée  pour une période de trois ans.

Agence Vietnamienne d’Information – 6 juillet 2020

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer