Infos Thailande

La majorité des Thaïlandais contre l’ouverture du pays aux étrangers

Print Friendly, PDF & Email

Une majorité de personnes est toujours opposée à l’ouverture de la Thaïlande aux étrangers qui ne sont pas infectés par le Covid-19, estimant que la situation mondiale du coronavirus est toujours très grave, selon une enquête réalisée par l’Institut national de l’administration du développement, ou Nida Poll.

Le sondage a été réalisé du 6 au 8 juillet auprès de 1 251 personnes âgées de 18 ans et plus, de différents niveaux d’éducation et professions, dans tout le pays.

Un programme “médical et de bien-être” proposé ouvrirait le pays aux étrangers dont le test de Covid-19 serait négatif pour recevoir un traitement médical.

Ils seraient tenus de subir une quarantaine de 14 jours avant d’être autorisés à retourner dans leur pays d’origine.

Une majorité – 55,32% – s’est prononcée contre ce programme.

Parmi eux, 41,41 % étaient fortement en désaccord avec lui, affirmant que les personnes admises pourraient être porteuses et provoquer une seconde vague de l’épidémie, alors que la Thaïlande compte déjà de nombreuses infections importées par des Thaïlandais de retour de l’étranger.

13,91 % ont déclaré être en désaccord car la situation ne justifie pas encore l’entrée d’étrangers, même s’ils ont des certificats de santé.

D’autre part, 23,10 % sont d’accord, affirmant que cela améliorerait la réputation des installations médicales thaïlandaises et stimulerait l’économie.

21,58 % sont modérément d’accord, estimant que les mesures prises par la Thaïlande se sont avérées efficaces contre la propagation du Covid-19.

Un deuxième programme proposé permettrait aux étrangers admis pour un traitement médical de voyager à travers la Thaïlande après avoir été soumis à une quarantaine de 14 jours.

Interrogés sur ce deuxième programme, 37,89% se sont déclarés totalement contre et ont souhaité que le Covid-19 soit d’abord éradiqué à 100% parce qu’ils n’avaient pas confiance dans la quarantaine de 14 jours.

14,55% étaient en désaccord mais moins fortement, par crainte d’une seconde vague de l’épidémie puisque le Covid-19 était principalement importé par des étrangers.

D’autre part, 24,14 % ont fortement soutenu le programme, affirmant qu’il contribuerait à réhabiliter le tourisme et à stimuler l’économie.

23,26 % l’ont plutôt approuvé, faisant ainsi preuve de confiance dans les services médicaux thaïlandais.

Les autres, soit 0,16 %, n’ont fait aucun commentaire ou n’étaient pas intéressés.

Interrogés sur le programme de “bulle de voyage” qui permettrait aux étrangers des pays libres de Covid-19 de visiter le pays, une majorité – 54,36% – l’a soutenu.

Sur ce nombre, 25,90 % étaient tout à fait d’accord, affirmant qu’il contribuerait à stimuler l’économie et à revitaliser l’industrie aérienne, tandis que 28,46 % étaient modérément d’accord pour la même raison.

En revanche, 29,65 % des personnes interrogées se sont déclarées fortement opposées au programme, tandis que 14,95 % ont exprimé un désaccord modéré par crainte d’une seconde vague de l’épidémie.

Les autres, soit 10,4 %, n’avaient pas de commentaire ou n’étaient pas intéressés.

Lorsqu’on leur a demandé s’ils étaient convaincus que le gouvernement serait en mesure de contenir la propagation de Covid-19 si les étrangers étaient autorisés à entrer dans le pays dans le cadre de ces programmes, 59,63 % n’étaient pas confiants, tandis que 39,33 % l’étaient.

Les 1,04% restants n’ont pas fait de commentaires ou n’étaient pas intéressés.

Toutelathailande.fr avec The Bangkok Post – 13 juillet 2020

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer