Infos Thailande

La Thaïlande travaille à la réouverture pour les investisseurs et les touristes l’année prochaine

Print Friendly, PDF & Email

La Thaïlande prévoit de rouvrir le pays aux touristes et investisseurs étrangers au début de l’année prochaine, en espérant qu’ils contribueront à re-dynamiser une économie rendue morose par la pandémie de coronavirus.

Supattanapong Punmeechaow, le vice-premier ministre qui supervise les questions économiques, a déclaré que le gouvernement réfléchissait à la manière de se préparer à la reprise des vols internationaux et à l’assouplissement des autres règles de quarantaine.

“L’année prochaine, nous allons nous concentrer sur l’ouverture du pays”, a déclaré Supattanapong.

Mais une réouverture se ferait bilatéralement, et au cas par cas, au fur et à mesure que la Thaïlande s’entretiendra avec certains pays qui sont également considérés comme gérant bien la pandémie de COVID-19, notamment le Japon, Singapour et le Vietnam.

La Thaïlande a signalé un peu plus de 3 500 infections à coronavirus au total, avec 59 décès.

Le pays envisage d’accorder des visas d’affaires, en particulier au Japon, “pour apporter son expertise, y compris plusieurs types de visas pour attirer les investisseurs et les étrangers à venir et à rester”, a déclaré M. Supattanapong.

Le pays prévoit de réduire sa période de quarantaine de 14 à 7 jours afin d’attirer les touristes et les investisseurs, a déclaré M. Supattanapong, mais cette période plus courte entraînerait une surveillance supplémentaire.

La quarantaine plus courte est destinée à permettre aux étrangers de sortir pour faire des affaires, ce qui stimulera l’économie thaïlandaise.

Bien que Supattanapong ait insisté sur le fait que la réouverture du pays est cruciale pour aider à stimuler l’économie thaïlandaise, il est resté bouche bée sur la question de savoir si la Thaïlande devait poursuivre son plan d’adhésion à l’Accord global et progressif pour le partenariat trans-pacifique, ou CPTPP, un pacte commercial multilatéral de 11 membres comprenant le Japon, le Vietnam, la Malaisie, Singapour, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Canada, le Mexique, le Pérou, le Chili et Brunei.

L’accord, initialement connu sous le nom de Partenariat Trans-Pacifique, ou PPT, a été modifié sous un nouveau nom après que le président Donald Trump ait retiré les États-Unis de l’accord qui avait été négocié par la précédente administration de Barack Obama.

L’idée d’y adhérer a été lancée en Thaïlande pour la première fois en 2018 par Somkid Jatusripitak, l’ancien vice-premier ministre, qui a affirmé que le pacte pourrait contribuer à promouvoir le commerce et à faire augmenter le produit intérieur brut thaïlandais de 0,12 % par an, soit environ 13,3 milliards de baht (356 millions d’euros).

Mais l’élan s’est essoufflé depuis que Somkid a quitté l’administration Prayuth en juillet et a été remplacé par Supattanapong le 6 août.

On ne sait toujours pas ce que la Thaïlande va faire

“Le CPTPP est au-delà de ma responsabilité”, a déclaré Supattanapong.

Le projet d’adhésion au pacte de libre-échange a été vivement critiqué par certains groupes civiques qui craignent qu’il ne permette à des sociétés étrangères de monopoliser le secteur agricole thaïlandais et de faire monter le prix des médicaments en rendant le pays plus dépendant des importations.

Une opposition aussi forte a pour l’instant mis un terme au plan, le gouvernement ayant créé un comité spécial pour l’étudier, mais sans cadre clair quant à la date de conclusion de ses travaux.

Supattanapong. a déclaré qu’il avait peu d’informations sur la situation actuelle.

“Nous devrions donc attendre de voir ce qu’en pensent les personnes concernées”, a-t-il ajouté.

La Thaïlande cherche à rouvrir son secteur lié au tourisme en se concentrant sur un nombre limité de visiteurs ayant un pouvoir d’achat plus élevé afin de minimiser le risque d’une seconde vague de coronavirus, a déclaré le vice-premier ministre.

“Le nombre (de touristes) est peut-être moindre, mais ils doivent être de la meilleure qualité afin de générer des revenus pour le pays”, a-t-il ajouté.

La Thaïlande envisage également des mesures d’incitation à l’investissement agressives pour rendre le pays plus attractif par rapport à ses concurrents dans la région.

“Le Conseil (national) de l’investissement doit être proactif pour présenter aux investisseurs étrangers et les convaincre en leur offrant des privilèges concurrentiels”, a-t-il déclaré.

Supattanapong a déclaré que le conseil réaligne un plan de promotion des industries ciblées, en cherchant à s’adapter à l’atmosphère d’investissement post-coronavirus.

Avant la pandémie, la Thaïlande avait formé le Corridor économique oriental pour créer des zones d’investissement soutenues par le gouvernement, visant à promouvoir 10 industries susceptibles de produire une forte valeur ajoutée pour l’économie.

Ces industries sont l’automobile de nouvelle génération, l’électronique intelligente, le tourisme de luxe et de bien-être, l’agriculture et la biotechnologie, l’alimentation du futur, le numérique, l’aviation et la logistique, les biocarburants et la biochimie, la robotique et le médical.

“Maintenant, nous devons redéfinir les priorités car tout a changé après la pandémie de Covid-19”, a déclaré M. Supattanapong, ajoutant que le gouvernement doit déterminer quelles industries doivent être soutenues en priorité.

Il souhaite que le tourisme médical, biochimique et de bien-être soit promu de manière agressive afin de capitaliser sur la demande post-coronavirus.

En plus de la réouverture du pays au début de 2021, Supattanapong a déclaré que la Thaïlande prévoit également de financer une autre série d’aide à la consommation des ménages pour la classe moyenne afin de stimuler les dépenses au cours du dernier trimestre de cette année.

“Nous avons déjà pris soin des pauvres”, a-t-il déclaré. “Ils (la classe moyenne) sont des contribuables.

Ils devraient obtenir quelque chose.”

Le gouvernement a l’intention de payer 50% du prix des biens de consommation, un projet qui pourrait coûter environ 30 milliards de baht (808 millions d’euros) dans le budget et couvrir environ 10 millions de personnes de la classe moyenne, soit un peu moins que les 11 millions de contribuables totaux du pays, selon les données du ministère des recettes.

La Thaïlande cherche également à fournir 500 bahts à 14 millions de résidents pauvres pour augmenter le pouvoir d’achat pendant la période de fin d’année.

Cela pourrait coûter environ 21 milliards de bahts (563 millions d’euros) au budget.

“Ces deux projets coûtent environ 51 milliards de bahts”, a déclaré le vice-premier ministre.

“Cependant, nous nous attendions à ce que cela crée jusqu’à 100 milliards de bahts de valeur économique au cours du dernier trimestre de l’année.”

Toutelathailande.fr avec Nikkei Asia Review – 30 septembre 2020

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer