Infos Viêt Nam

Pham Doan Trang, une égérie de la liberté emprisonnée

Avant le prochain congrès du parti communiste vietnamien en janvier 2021, l’heure est à la répression tous azimuts des activistes pro-démocratie.

Résultat: Pham Doan Trang, égérie de l’opposition clandestine, a été arrêté à Hô-Chi-Minh-Ville le 7 octobre et accusée de mener des activités anti-étatiques. Elle est, pour beaucoup de vietnamiens, une légende moderne.

Une femme à la voix douce, mais au tempérament d’acier. Avec sa guitare Pham Doan Trang parcourt le Vietnam pour parler de démocratie et de décence politique. «Politics for the People» un livre que Trang a écrit il y a quelques années pour expliquer les concepts de base de la démocratie participative, est très populaire parmi les jeunes Vietnamiens ; ils le photocopient et le transmettent d’un ami à l’autre. Le livre ne prêche pas la révolution, exactement. Avec des exemples immédiatement pertinents pour les lecteurs vietnamiens, il explique comment exercer les droits que la constitution de leur nation leur accorde.

Le dialogue sans issue

Dans des périodes de relative détente, Trang a eu des relations presque civiles avec l’omniprésente police vietnamienne. Naïvement, certains disent qu’elle croit qu’un dialogue patient avec le pouvoir en place est la voie la plus sûre vers un avenir plus démocratique pour sa nation.

Parfois, la police se contente d’interpeller Trang pendant quelques heures pour lui faire la leçon sur ce qu’elle considère comme ses idées dangereuses. Cependant, la police ne se contente pas toujours de parler ; Trang marche en boitant, résultat durable d’un passage à tabac brutal il y a plusieurs années par des assaillants non identifiés.

Pham Doan Trang, aujourd’hui âgé de 42 ans, a fait partie de la première vague de dissidents vietnamiens à découvrir et à exploiter la puissance d’Internet pour ouvrir l’esprit des citoyens vietnamiens. S’appuyant sur son expérience de journaliste d’investigation pour des journaux de premier plan qui publient sous la supervision de l’État, elle a écrit en juillet 2013 sur “La liberté de la presse, le style vietnamien”. Un mois plus tard, elle a contribué à un article sur Dieu Cay, un blogueur purgeant une longue peine pour avoir refusé d’avouer son “crime” de “propagande contre l’État”.

Réprimer la dissidence

Dans des moments comme aujourd’hui, alors que le régime se prépare à un grand congrès du parti et que la police a reçu l’ordre de réprimer la dissidence, Trang a trouvé prudent de disparaître pendant un certain temps, aidée par un réseau d’amis loyaux pour se déplacer discrètement dans le pays. Cependant, les policiers l’ont retrouvée à Hô-Chi-Minh-Ville. Ironiquement, l’arrestation de Trang a eu lieu quelques heures seulement après que des diplomates vietnamiens et américains se soient rencontrés en ligne dans le cadre d’une session en ligne de leur “dialogue sur les droits de l’homme” annuel et régulièrement stérile des deux nations.

On ne sait pas encore très bien comment la police a trouvé Doan Trang. Les accusations criminelles portées contre elle sont graves. Une condamnation pour “propagande anti-étatique” pourrait lui valoir jusqu’à 20 ans de prison. Si cela se produit, elle va s’endurcir. Trang l’a souvent affirmé: elle n’a pas envie de vivre ailleurs qu’au Vietnam.

Gavroche-thailande.com – 12 octobre 2020

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer