Infos Thailande

La Thaïlande réduit le commerce des espèces sauvages

Print Friendly, PDF & Email

La Thaïlande a pris une nouvelle mesure pour aider à diminuer le risque de futures pandémies en réduisant le commerce d’animaux sauvages.

Le gouvernement a l’intention de rendre la Thaïlande “libre du commerce légal d’animaux sauvages” tout en combattant le trafic illégal d’animaux sauvages, a déclaré jeudi le ministre des Ressources naturelles et de l’Environnement, Waravut Silpa-archa.

S’exprimant lors d’une allocution préenregistrée, M. Silpa-archa et d’autres responsables ont déclaré que la pandémie avait rendu urgente la fermeture de la chaîne d’approvisionnement en viande d’animaux sauvages et de gibier, considérée comme un facteur clé dans la propagation du Covid-19, d’Ebola et d’autres maladies.

La devise de la campagne, a-t-il déclaré, est la suivante :

“Arrêtez les maladies et les extinctions : ne jamais manger, acheter, chasser ou vendre des animaux sauvages”.

Comme le ministre a prononcé ses remarques à distance, il n’a pas été possible de demander si les autorités prévoient de fermer les marchés qui vendent encore des espèces exotiques variées, même dans le centre-ville de Bangkok.

Certains marchés sont fermés, du moins pour l’instant, alors que la Thaïlande est aux prises avec sa pire vague de coronavirus depuis le début de la pandémie.

Le premier cas hors de Chine est apparu à Bangkok, mais le nombre d’infections est resté faible jusqu’en avril dernier, date à laquelle les cas se sont multipliés malgré les quarantaines strictes imposées aux personnes entrant dans le pays.

Les responsables, quant à eux, s’attachent à prévenir de futures crises liées à la propagation de maladies telles que la Covid-19, qui pourrait se transmettre de l’animal à l’homme.

La Thaïlande possède l’un des régimes d’application les plus stricts de la région, du moins sur le papier.

L’amende minimale pour le trafic d’espèces protégées est de 7 384 euros, assortie d’une peine de prison de plus de 10 ans, a déclaré M. Silpa-archa lors d’un séminaire organisé par le groupe de lutte contre le trafic Freeland au Club des correspondants étrangers de Thaïlande.

Dans le même temps, la destruction de l’habitat oblige de plus en plus les animaux et les hommes à se rapprocher.

Le braconnage est un problème important et la demande de certaines espèces, notamment en Chine, est un facteur clé du commerce des espèces sauvages.

“Il est essentiel de s’attaquer à la vente et à la consommation d’espèces sauvages à haut risque, car la chaîne d’approvisionnement est à l’origine du risque le plus élevé de zoonoses.

Nous devons mettre fin à la chaîne d’approvisionnement”, a déclaré le ministre.

“La meilleure façon de mettre fin au commerce illégal d’espèces sauvages est de briser sa chaîne d’approvisionnement”.

Le coronavirus à l’origine du Covid-19 aurait émergé de chauves-souris sauvages ou d’autres espèces, bien que les origines exactes de la maladie, qui s’est propagée à partir de la ville de Wuhan, dans le centre de la Chine, au début de 2020, fassent l’objet d’un débat intense.

En février 2020, le gouvernement chinois a annoncé une large interdiction de la consommation d’animaux sauvages.

Le mois dernier, l’Organisation mondiale de la santé a publié des lignes directrices indiquant que les marchés de style traditionnel bien gérés sont sûrs, mais que des problèmes surviennent lorsque des animaux vivants, en particulier des animaux sauvages “dont les risques potentiels ne peuvent être correctement évalués”, sont vendus et abattus dans des zones ouvertes au public.

Le fait de garder ces animaux dans des cages et d’abattre et d’apprêter la viande dans les mêmes zones accroît le risque de contamination par des inondations, des excréments et d’autres déchets, indique le rapport.

“De tels environnements offrent la possibilité aux virus animaux, y compris les coronavirus, de s’amplifier et de se transmettre à de nouveaux hôtes, dont l’homme”, a déclaré l’OMS.

Mettre fin au commerce des espèces sauvages est une étape essentielle pour prévenir de telles crises, a déclaré Pimpavadee Phaholyothin, PDG du Fonds mondial pour la nature de Thaïlande.

“La raison d’être est vraiment de protéger la santé humaine en raison du risque très élevé de contagion”, a-t-elle déclaré.

Toutelathailande.fr avec Dailysabah.com – 28 mai 2021

La Thaïlande réduit le commerce des espèces sauvages
Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer