Infos Thailande

Comment une travailleuse du sexe a du reconstruire sa vie en Thaïlande

Print Friendly, PDF & Email

Le témoignage de M, une travailleuse du sexe de Pattaya qui a du reconstruire sa vie après la fermeture des bars et le manque de clients dus à la pandémie.

Avant l’arrivée du Covid-19, le tourisme international représentait 20 % du produit intérieur brut du pays et alimentait une industrie du sexe florissante.

Cette industrie s’est effondrée en mars 2020, lorsque le pays a fermé ses frontières pour tenir à distance le coronavirus.

Les travailleurs du sexe des villes de Bangkok, Pattaya et Phuket ont eu du mal à faire face au manque de touristes sexuels.

La plupart s’en sortent à peine et beaucoup sont retournés dans leurs provinces d’origine, dans les campagnes.

Nous avons rencontré M., une travailleuse du sexe qui a demandé l’anonymat parce qu’elle a été désavouée par sa famille ou ostracisée par sa communauté pour son association avec une industrie illégale et stigmatisée.

En septembre 2020, beaucoup de travailleurs du sexe espéraient que la pandémie de coronavirus prendrait bientôt fin.

Mais la crise du coronavirus dans le pays n’a fait qu’empirer, le nombre moyen de nouvelles infections quotidiennes ayant atteint son pic le 13 août avec 23 418 cas.

Depuis, le nombre de cas est en baisse avec une moyenne de 15 000 cas par jour.

Si certaines îles de villégiature, comme Phuket, ont rouvert leurs portes aux touristes étrangers vaccinés, le tourisme est loin d’avoir rebondi.

Le témoignage de M. une ancienne travailleuse du sexe de Pattaya

Nous avons rencontré M., 33 ans, dans le centre touristique thaïlandais de Pattaya.

Avant la pandémie, elle gagnait bien sa vie en tant que danseuse aux seins nus dans un go-go bar et en tant que travailleuse du sexe.

Mais lorsque nous lui avons parlé au milieu de la crise l’année dernière, elle nous a dit qu’elle avait du mal à envoyer de l’argent à sa mère, qui s’occupait de ses deux fils, et qu’elle partageait un studio avec deux autres femmes qui travaillaient dans le même bar.

En janvier, elle est retournée dans sa ville rurale natale, dans la région d’Isan (dans le nord-est de la Thaïlande), et a commencé un travail de comptabilité dans un hôpital local.

Cette interview a été modifiée pour des raisons de longueur et de clarté.

Il y a un an, vous craigniez que si le tourisme ne s’améliorait pas à Pattaya, vous deviez retourner en Isan.

Qu’est-ce qui a conduit à votre décision de quitter la ville ?

La situation du Covid-19 s’est aggravée.

Il n’y avait plus de touristes ni d’étrangers à Pattaya, et j’étais très inquiete au sujet du Covid-19.

J’ai commencé à penser à rentrer chez moi, car il n’y avait presque plus de clients.

Mes colocataires sont rentrés chez elles vers novembre de l’année dernière.

C’était triste.

Notre chambre était calme, et je devais encore payer le loyer de la chambre par moi-même.

Heureusement, à la veille du Nouvel An, j’ai gagné un peu d’argent grâce à un client de Bangkok venu à Pattaya pour des vacances, et je l’ai économisé.

Début janvier, le propriétaire du bar a décidé de fermer l’établissement.

Je ne savais pas trop quoi faire d’autres à Pattaya.

J’ai appelé ma mère pour lui dire que je rentrais à la maison.

Mais je ne suis pas partie avant quelques semaines parce que j’essayais de trouver un emploi dans un hôtel de Pattaya (un hôtel de quarantaine), mais sans succès.

Une ville morte

Comment était la ville le jour de votre départ ?

J’étais sans voix.

J’ai vécu à Pattaya pendant six ans et je n’avais jamais pensé que Pattaya deviendrait une ville déserte.

Les pubs et les bars qui étaient toujours illuminés la nuit sont maintenant fermés.

La plage se sent seule sans touristes.

La nuit, la plage est devenue un endroit où les gens qui ont perdu leur emploi à cause du Covid-19 peuvent dormir, et d’autres y vont pour donner de la nourriture au sans-abri.

Quand j’y pense, j’ai mal au cœur. Je suis heureuse d’avoir survécu.

Avant la pandémie, vous rêviez d’économiser suffisamment d’argent à Pattaya pour acheter plus de terres agricoles pour votre famille et lancer votre propre plantation d’hévéas en Isan.

Dans quelle mesure la pandémie a-t-elle entamé vos économies ?

Il ne me restait qu’une petite somme d’argent.

J’avais économisé environ 10 000 bahts (258 euros) et je les ai utilisés pour payer mon loyer à Pattaya.

J’ai envoyé de l’argent en avance à ma mère pour les dépenses de mes deux fils, environ 3 000 bahts (77,49 euros).

Le retour en Isan

Comment avez-vous vécu votre premier retour dans votre province ?

Quand je suis retourné dans ma ville natale, je ne pouvais toujours pas rester chez nous.

Je devais me présenter au chef du village et je devais rester en quarantaine pendant 14 jours.

Ma mère m’a envoyé vivre dans notre petite plantation de caoutchouc.

Elle m’a envoyé de la nourriture et de l’eau potable.

Une fois la période de quarantaine terminée, j’ai pu rentrer chez moi.

Je n’avais pas grand-chose à faire à part aider ma mère dans sa plantation de caoutchouc.

J’étais frustrée, car je ne savais pas ce que je devais faire de ma vie.

J’ai commencé à chercher du travail, en postulant pour un emploi de conducteur de Grab (une application de livraison et de transport à moto).

Il n’y a pas beaucoup de restaurants pour la livraison de nourriture dans ma ville natale, donc la plupart de mon travail consistait à ramasser des passagers ou des colis.

Je ne gagnais pas beaucoup d’argent, mais c’était mieux que de rester à la maison et de ne rien gagner.

Je faisais aussi quelques gardes au 7-Eleven et je travaillais comme agent d’assurance-vie.

Votre mère et vos fils dépendaient de vos revenus en tant que travailleuse du sexe pour compléter leurs frais de subsistance.

Comment ont-ils survécu lorsque vous êtes retournée en Isan et que vous n’aviez pas d’emploi stable ?

Vivre chez soi sans argent (en Isan) n’est pas aussi difficile que de vivre à Pattaya.

À la campagne, nous sommes propriétaires d’une maison et nous n’avons pas besoin de payer de loyer.

Ma mère cultive des légumes pour elle-même.

Parfois, nous achetons de la viande au marché, et le prix des aliments frais n’est pas aussi élevé qu’à Pattaya.

L’année dernière, ma mère a loué la moitié de sa plantation de caoutchouc à des agriculteurs, ce qui lui a permis de gagner suffisamment d’argent pour vivre.

Que faites-vous maintenant ?

J’ai commencé à travailler comme comptable dans un hôpital début juillet.

Mon ami m’a dit que l’hôpital cherchait du personnel.

J’ai dû passer un examen de comptabilité pour pouvoir postuler.

Je voulais ce travail parce que j’avais l’intention de gagner assez d’argent pour continuer à améliorer notre maison.

Avant la pandémie, vous avez dit que votre travail dans le quartier chaud de Pattaya vous rapportait plus d’argent que votre précédent emploi de bureau.

Gagnez-vous suffisamment d’argent dans votre emploi de bureau maintenant ?

Je suis employé à plein temps avec un revenu mensuel.

Le salaire n’est peut-être pas élevé, mais il y a les soins de santé, l’éducation des enfants et les prestations de retraite.

Comment le Covid-19 continue-t-il de vous affecter ?

J’ai peur d’être infecté par le Covid-19 parce qu’il y a des patients infectés qui viennent à l’hôpital.

Je me protège en portant un double masque.

À quoi ressemble votre vie maintenant ?

Ma routine a changé.

Les week-ends, j’ai le temps d’être avec ma famille.

Je me fais de nouveaux amis.

Au lieu de me coucher tard à cause de mon travail du soir au bar, je me lève tôt et j’ai un travail de jour.

C’est drôle, j’avais l’habitude de me plaindre qu’un jour, je devrais dormir comme une personne normale !

Est-ce que quelque chose vous manque à Pattaya ?

La vie de fête, les beaux hommes, boire avec des amis.

Je ne bois presque plus maintenant à cause de ma nouvelle profession, mais ça me manque tellement.

Toutelathailande.fr avec National Public Radio (.us) – 9 septembre 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer