Infos Thailande

Thai Airways : perte nette de 757 millions, et maintenant ?

Print Friendly, PDF & Email

La compagnie aérienne Thai Airways a subi au premier semestre une perte nette de 757,53 millions d’euros, amplifiée par la pandémie de Covid-19.

Le cabinet d’audit ne sait que penser de ses résultats, qui seront présenté en même temps qu’un plan de réhabilitation ce lundi devant un tribunal des faillites. Et ce alors que la relance des vols internationaux ne devrait pas avoir lieu avant octobre au plus tôt.

Environ 80.000 passagers durant les six premiers mois de l’année (-98,6%), un premier trimestre terminé avec une perte nette de 5,3 milliards de bahts (143 millions d’euros) et un deuxième affichant -22,7 milliards de bahts (-614,1 millions d’euros) : la compagnie nationale de Thaïlande fait peine à voir,  alors que la seule possibilité de faire rentrer de l’argent reste bloquée par la fermeture des frontières aux touristes. Lors de la présentation des résultats semestriels vendredi, le président par intérim de Thai Airways Charnsin Treenuchagron expliquait que ces résultats catastrophiques sont dus à la quasi-disparition des revenus, faute de vols internationaux

Les revenus consolidés de la compagnie de Star Alliance et de ses filiales ont reculé au premier trimestre de 51,7 à 38 milliards de bahts, la perte des passagers et du fret se faisant sentir à partir de mars et l’arrêt des vols en Asie. Les dépenses ont reculé de 15,8% mais affichaient 42,6 milliards de bahts. Les choses ont bien sûr empiré au deuxième trimestre parallèlement à l’impact de la crise sanitaire : revenus de 2,4 milliards de bahts au lieu de 40 milliards, et dépenses réduites de 67,4% à 16,1 milliard de bahts.

Face à cette perte nette multipliée par 4 par rapport au premier semestre 2019 (et un record depuis 2007), le cabinet d’audit Deloitte Touche Tohmatsu Jaiyos a décidé de ne « pas exprimer d’opinion sur les résultats financiers intermédiaires », en raison de l’incertitude concernant la capacité de Thai Airways à poursuivre son exploitation. Les actions de Thai Airway sont été immédiatement suspendues à la Bourse de Bangkok vendredi ; ce lundi matin, elles dévissaient de 3,86 à environ 3,4 bahts.

Selon le cabinet d’audit, Thai Airways a subi des pertes d’exploitation depuis 2013, « ce qui a entraîné une insuffisance de capital et un manque de liquidités financières ». La pandémie pourrait avoir « un impact significatif sur le plan de vol, la situation financière, la capacité à générer des revenus et les flux de trésorerie actuels et futurs du groupe », a-t-il ajouté.

Rappelons qu’après sa mise en pseudo-faillite en mai dernier, ce 17 aout 2020 est la date fixée pour la présentation par la compagnie aérienne de son plan de réhabilitation (ou de restructuration selon qui en parle). Si le plan est accepté par le tribunal des faillites, il devra ensuite l’être par les créanciers, puis par les administrateurs de Thai Airways. En octobre dernier, le dirigeant d’alors estimait que la compagnie était déjà « en danger de mort », ayant subi au premier semestre une perte nette de 191 millions d’euros ; la perte cumulée atteignait alors 8,3 milliards d’euros.

Thai Airways n’est toutefois pas complètement clouée au sol : de nouveaux vols de rapatriement sont programmés vers Londres le 23 aout, vers Francfort le 21 aout, et vers Copenhague le 30 aout. Tous sont vendus en aller-simple, les vols retour devant être organisés via les ambassades locales (avec quarantaine de 14 jours obligatoire et payante à l’arrivée). Sa filiale Thai Smile a de son côté relancé des vols intérieurs.

Par François Duclos – Air Journal – 17 août 2020

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer