Infos Cambodge

Vers un système éducatif cambodgien post-Covid-19

Print Friendly, PDF & Email

Aujourd’hui ce tient la Journée Internationale de l’éducation. Une occasion de faire le point sur l’enseignement a traversé la crise du Covid au Cambodge.

Nick Beresford, représentant résident du Programme des Nations unis pour le Développement PNUD au Cambodge et Khoun Theara, analyste politique – Affaires sociales et économiques pour le PNUD Cambodge nous livre ici leur analyse.

La pandémie de Covid-19 a entraîné des perturbations sans précédent dans les systèmes éducatifs du monde entier, et le Cambodge ne fait pas exception. Les écoles ont fermé pendant une grande partie de l’année dernière dans le cadre de la réponse à la pandémie. Des millions d’enfants dans les pays les moins avancés se sont retrouvés avec peu ou pas d’alternative éducative. 

Alors que le Cambodge se remet de la pandémie, le moment est venu pour nous tous de réfléchir et d’envisager comment nous pourrions rendre notre système éducatif plus résistant aux chocs, plus réceptif aux besoins des jeunes et plus propice à l’apprentissage tout au long de la vie dans un monde post-Covid-19. 

Ce dimanche 24 janvier est la Journée internationale de l’éducation des Nations unies. Elle nous rappelle à tous que l’éducation est un droit humain fondamental, un bien public essentiel et une responsabilité publique. Pourtant, cette année, la célébration de cette journée est en sourdine, car ce droit fondamental a été compromis. Plus précisément, le Covid-19 a rendu de nombreux états incapables de remplir correctement ce contrat social.

De nombreux pays ont dû imposer des mesures strictes de distanciation sociale, en fermant des entreprises, des écoles et d’autres institutions comme mesures de confinement pour endiguer la propagation du virus. Au Cambodge, des écoles ont été fermées à l’échelle nationale le 16 mars pendant plusieurs mois, puis à nouveau tout au long du mois de décembre. La bonne nouvelle – la très bonne nouvelle – est que la transmission communautaire a été évitée, mais cela a coûté cher aux enfants.

Pendant les fermetures d’écoles, nous avons constaté que la plupart des écoles, tant publiques que privées, n’étaient pas préparées. Le choc a poussé les éducateurs et les élèves à adopter à la hâte des outils d’apprentissage à distance tels que Zoom ou Telegram. Mais sans un accès généralisé à l’internet et aux ressources d’apprentissage en ligne, la plupart des enfants n’avaient que peu d’options. 


Le ministère de l’éducation, de la jeunesse et des sports mérite d’être félicité pour avoir comblé cette lacune en introduisant des applications d’apprentissage à distance, ainsi que des programmes éducatifs télévisés et radiophoniques pour aider les étudiants à rester connectés et à continuer à apprendre. 

Mais l’enseignement à distance se heurte à de nombreux obstacles au Cambodge. Selon une étude gouvernementale publiée en septembre, plus de 80 % des étudiants ont déclaré ne pas avoir de télévision à la maison, pas de smartphone ou de tablette, et une bande passante internet insuffisante. À cela s’ajoute le fait que près des trois quarts des étudiants, et presque autant d’enseignants, ont un faible niveau de culture numérique. Une majorité d’entre eux a cité le coût élevé de la connectivité à l’internet comme une contrainte majeure. 

Au cours des deux dernières décennies, le Cambodge a constamment amélioré son éducation, telle que mesurée par l’indice de développement humain. Toutefois, selon un récent rapport publié par le PNUD, le Cambodge pourrait perdre jusqu’à quatre années de développement humain, en raison principalement de la perte d’accès à l’éducation tout au long de l’année dernière. Ce recul est sans précédent depuis la fin des années 1970. 


Trois axes de travail sur la “nouvelle normalité” du système éducatif au Cambodge
 

Covid-19 a mis en lumière un certain nombre de faiblesses du système éducatif qui sont antérieures à la pandémie, ainsi que des possibilités de mettre en place des réformes. Pour “reconstruire en mieux”, les trois axes de travail suivantes proposent des pistes de solution.
 

Axe de travail n° 1 : Numériser le concept d’éducation inclusive
 

Les perturbations actuelles dans le domaine de l’éducation ont amplifié les inégalités éducatives entre les régions et les classes socio-économiques. Même en milieu urbain, le fossé numérique entre les riches et les pauvres est évident : tous les étudiants n’ont pas les moyens d’acheter un smartphone, une tablette ou un ordinateur, ni même une connexion internet. La capacité à s’offrir ces ressources a été aggravée par la récession économique actuelle. 

Face à ce nouveau défi, l’éducation numérique inclusive peut créer des opportunités d’apprentissage équitables qui incluent les enfants marginalisés et vulnérables, tels que ceux qui vivent avec un handicap et ceux issus de minorités ethniques. Concrètement, la connectivité et l’accessibilité à l’internet et aux appareils numériques devront être un facteur déterminant de l’éducation inclusive.

Pour compenser à court terme la perte d’apprentissage importante causée par les fermetures d’écoles Covid-19, il est essentiel de maintenir des mesures de santé et de sécurité strictes lors de la réouverture des écoles. À moyen et long terme, les politiques visant à inciter les acteurs étatiques et non-étatiques à investir dans l’amélioration de la culture numérique et des infrastructures d’apprentissage en ligne – telles que l’internet haut débit abordable, les applications numériques d’apprentissage et les dispositifs d’apprentissage – seront essentielles pour l’éducation à l'”ère numérique”. 


Axe de travail n° 2 : Tirer parti de l’apprentissage mixte
 

Pendant les fermetures d’écoles, l’enseignement, de la maternelle au supérieur, a servi de laboratoire pour l’accélération de l’enseignement à distance. Cette expérience du monde réel nous offre deux leçons. Premièrement, la pandémie a mis en évidence la vulnérabilité de l’apprentissage traditionnel en classe, qui perdait déjà de sa pertinence dans de nombreuses régions du monde. Deuxièmement, l’enseignement à distance “pur” n’est pas encore un remède efficace, du moins ici au Cambodge. 

Alors, peut-être que la combinaison des deux est l’avenir ?

L’apprentissage mixte est un mode d’enseignement qui intègre des matériels pédagogiques en ligne aux méthodes traditionnelles de classe en fonction du lieu. Avec la bonne technologie et un écosystème en ligne intégré, ce nouveau modèle hybride s’est avéré plus efficace qu’une approche unique, car il permettrait aux étudiants d’apprendre plus rapidement et de personnaliser l’expérience d’apprentissage.

Dans la foulée de Covid-19, la tendance mondiale, y compris au Cambodge, se rapprochera de cette direction à mesure que les ressources d’apprentissage en ligne deviendront plus accessibles, que les dispositifs d’apprentissage deviendront plus abordables et que la culture numérique des étudiants et des enseignants s’améliorera.

Pour accélérer ce processus, le ministère de l’éducation a récemment mis en place un centre d’apprentissage numérique et une application d’apprentissage afin de favoriser une meilleure intégration de ces ressources dans les programmes scolaires. À court terme, grâce à des mécanismes de rétroaction à distance, ces didacticiels vidéo de haute qualité peuvent compléter la pédagogie en classe pour que les élèves améliorent leurs résultats d’apprentissage.

Le niveau élevé de perturbation et d’incertitude causé par la pandémie appelle à une percée. Plutôt que d’apprendre par la simple mémorisation de faits et par des examens basés sur la mémoire, il est essentiel d’apprendre par la pratique grâce à l’apprentissage par projet


À moyen et long terme, le ministère pourrait envisager d’investir dans le développement d’une plateforme d’apprentissage plus sophistiquée, plus engageante et plus interactive. Par exemple, grâce à un tableau de bord en ligne, les élèves peuvent regarder des leçons vidéo digestes, soumettre des devoirs, faire des quiz, accéder à des documents de lecture pertinents et évaluer leurs performances. De cette façon, les étudiants peuvent suivre et apprendre à leur propre rythme, à tout moment, en tout lieu et à l’aide de n’importe quel appareil. Avec les mesures visant à réduire la fracture numérique, un véritable “apprentissage mixte” peut se concrétiser.

Imaginez une situation idéale dans laquelle une enseignante, après avoir expliqué les concepts clés d’un cours de mathématiques, demande à ses élèves d’allumer leurs appareils d’apprentissage personnels pour naviguer plus en profondeur dans les leçons dans une application désignée, puis de répondre à des questionnaires en ligne pour évaluer leurs résultats d’apprentissage. L’enseignant peut ensuite coordonner les cours en personne ou à distance. 


 

Axe de travail n° 3 : Passer à un apprentissage pratique basé sur des projets
 

Le niveau élevé de perturbation et d’incertitude causé par la pandémie appelle à une percée. Plutôt que d’apprendre par la simple mémorisation de faits et par des examens basés sur la mémoire, il est essentiel d’apprendre par la pratique grâce à un apprentissage par projet. 

D’aucuns pourraient faire valoir que l’apprentissage par projet est coûteux et difficile à mettre en œuvre. Ce n’est pas nécessairement le cas. Il peut toujours être adapté au contexte, aux besoins et aux ressources locales spécifiques. 

Les élèves d’une école primaire de Svay Rieng, par exemple, ont entrepris certaines activités d’apprentissage par projet en cultivant leurs propres légumes et en élevant du poisson dans les locaux de l’école. Avec l’assistance technique du PNUD Cambodge, le projet pilote fait partie du manuel complémentaire des enseignants sur le changement climatique et l’éducation environnementale, qui est conçu pour améliorer les compétences de vie des élèves de l’école primaire.

Les outils d’apprentissage créatifs, basés sur des projets, permettant d’évaluer les performances des élèves peuvent inclure des enregistrements audio et vidéo, des portfolios, des podcasts, des blogs, des expériences, des jeux, des jeux de rôle, des simulations et des tutoriels. L’apprentissage par projet élargira également la perspective du programme scolaire, permettant aux élèves de relier les points, par exemple, sur la façon dont les mathématiques sont liées à l’économie de marché et à d’autres disciplines. Cela rendra l’éducation plus intéressante, plus engageante et plus pertinente pour le monde réel.

Ces outils pratiques peuvent doter les étudiants des compétences fondamentales du XXIe siècle pour l’avenir du travail, y compris les compétences linguistiques, la pensée critique, la capacité à collaborer, la conscience de soi, la créativité et d’autres compétences générales et spécifiques qui sont très recherchées par les employeurs. 

Vous pouvez être en accord ou en désaccord avec ces suggestions. Mais plus nous pourrons tester et piloter ces solutions, mieux nous pourrons apprendre ce qui fonctionne dans des pays comme le Cambodge. Cela nous aidera à mettre en place des solutions d’éducation plus résistantes et plus efficaces pour tous les enfants. 

Une joyeuse Journée internationale de l’éducation pour tous !

Par Raphaël Ferry – Lepetitjournal.com – 24 janvier 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer