Infos Viêt Nam

La métropole de Danang est-elle une bombe sanitaire ?

Print Friendly, PDF & Email

Danang, qui se trouve sur la côte, à mi-chemin entre la capitale vietnamienne Hanoï, et Hô-Chi-Minh-Ville, est en proie au chaos sanitaire depuis le 14 août, date à laquelle le comité populaire local a averti les habitants de l’imminence d’un “verrouillage radical”.

Au cours des trois jours qui ont précédé le verrouillage, des foules d’acheteurs désespérés se sont pressées dans les allées des marchés, se bousculant les unes les autres pour tenter d’acquérir les sept jours de nourriture dont la ville nous avait dit avoir besoin. Le site Asia Sentinel, dont Gavroche reprend des extraits, tire le signal d’alarme.

A Danang, le confinement a été prolongé trois fois – une fois de sept à dix jours, puis de dix à quatorze jours, et maintenant il est prévu de rouvrir progressivement à partir du 5 septembre. 

Pendant une grande partie de la première année de la pandémie, le Vietnam a été présenté au monde et à ses propres citoyens comme un exemple de ce qu’il fallait faire. Le système de suivi et de localisation était efficace et performant. Après un verrouillage initial de six semaines, le pays était exempt de Covid, à l’exception de quelques casernes et hôtels où les passagers des vols entrants devaient subir une quarantaine obligatoire de deux semaines. Les restaurants étaient libres de servir les clients par livraison ou à emporter. Grab, la plus grande application de covoiturage et de livraison de nourriture au Vietnam, était en plein essor.

L’optimisme en échec

À la fin du mois de mai, il y a tout juste trois mois, on espérait que Da Nang serait bientôt complètement ouverte et que le reste du pays ne serait pas loin derrière. Les employés des hôtels, les guides touristiques et les baristas licenciés respiraient l’optimisme.

Des nouvelles inquiétantes sont parvenues de Hô-Chi-Minh-Ville, à 840 km au sud : une épidémie de la variante Delta de Covid-19 a rapidement rempli les hôpitaux de la ville et incité les dirigeants municipaux à appliquer la directive 16, la directive discrétionnaire de Hanoï pour un verrouillage.

Le 10 juillet, Da Nang a cependant enfin rouvert ses plages. Puis on a appris l’existence d’un groupe de nouveaux cas de Covid-19 dans un district situé au sud du centre ville. Après cinq jours, les plages de Da Nang ont été à nouveau fermées. Les restrictions de mouvement sont devenues plus strictes. Les écoles publiques ont fermé pour l’année. Les élèves qui passaient les examens d’entrée au lycée et à l’université sont restés chez eux.

La directive 16

Les comités populaires de la ville sont pour la plupart libres d’interpréter la directive 16 comme ils l’entendent. Mes voisins et moi craignions que Da Nang ne suive l’exemple draconien de HCM City. La réalité s’est avérée bien pire. Au moment où j’écris ces lignes, les nouvelles infections à HCM City sont en moyenne de 4 000 par jour. À Da Nang, huit fois moins peuplée, les nouvelles infections ne sont que de 60 par jour, soit environ un dixième du taux par habitant de HCM City. Mais il n’y a pas de vaccins à Da Nang. Et donc, on ne bouge pas.

Dans le pays où le taux de vaccination est le plus bas d’Asie du Sud-Est, les chiffres de Da Nang sont loin derrière HCM City, derrière Hanoi et, semble-t-il, derrière tout le monde. C’est comme si les autorités de Hanoï avaient espéré que le Vietnam pourrait suivre et tracer le virus jusqu’à ce que Covid-19 s’éteigne….

Gavroche-thailande.com – 2 septembre 2021

Translate / Dịch

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies). Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer