Infos Thailande

La capitale de la Thaïlande va relocaliser les vendeurs de rue

Print Friendly, PDF & Email

Bangkok prévoit de relocaliser les vendeurs de rue dans le cadre d’un projet inspiré du succès de Singapour dans la gestion des problèmes liés à l’abondance des vendeurs ambulants.

Depuis des décennies, les vendeurs occupent les trottoirs de Bangkok.

Les partisans de cette pratique ont toujours fait valoir que la vente ambulante est l’un des principaux attraits touristiques de la ville, qu’elle contribue à stimuler l’économie locale, qu’elle participe au dynamisme de la scène sociale et culturelle de la ville et qu’elle offre un large éventail de produits alimentaires et de marchandises à des prix abordables.

Les opposants à cette pratique affirment toutefois que les vendeurs en bord de route ne sont pas tenus de payer des taxes et que nombre d’entre eux ne respectent pas les règles d’hygiène et de santé et entravent la circulation.

L’augmentation constante du nombre de vendeurs ambulants a incité la mairie à prendre des mesures pour les réglementer, mais de nombreux marchands ambulants n’en tiennent pas compte et continuent d’occuper les trottoirs.

Certains fonctionnaires municipaux ont également été accusés de recevoir des pots-de-vin de la part des vendeurs en échange de l’autorisation de vendre leurs marchandises sur les trottoirs.

Selon l”administration métropolitaine de Bangkok (BMA), en 2011, il y avait un total de 773 endroits où le commerce était autorisé temporairement sur les trottoirs.

Ce nombre a été réduit à 171 après que le gouvernement a travaillé avec le précédent gouverneur de Bangkok, Aswin Kwanmuang, pour réglementer la vente ambulante.

La politique du nouveau gouverneur

Lorsque Chadchart Sittipunt a pris ses fonctions de gouverneur de Bangkok il y a environ deux mois, il a promis de s’attaquer à la vente ambulante non réglementée sur les trottoirs en s’inspirant de la gestion des centres de vente ambulante de Singapour.

Il a chargé une équipe de conseillers de trouver la meilleure solution.

Kessara Thanyalakpark, conseiller principal du gouverneur en matière de stratégie et de finances, a déclaré que la création à Singapour de centres spéciaux où les marchands ambulants peuvent vendre leurs marchandises constitue le modèle idéal pour réglementer la vente ambulante à Bangkok.

S’attaquer à la vente ambulante non réglementée est l’une des 216 politiques du gouverneur de Bangkok visant à résoudre les problèmes de Bangkok et à faire de la capitale une ville où il fait bon vivre, a déclaré Mme Kessara.

Elle a ajouté que les centres de vente ambulante font partie de la culture des vendeurs ambulants de Singapour, qui a été reconnue comme un objet du patrimoine culturel immatériel par l’Unesco le 16 décembre 2020.

“D’autres pays essaient peut-être de s’attaquer à ce problème de la même manière que Singapour.

Mais au lieu de les appeler “centres de colporteurs”, ils peuvent utiliser d’autres termes, comme “aires de restauration” ou “street food””, a déclaré Mme Kessara.

Elle a ajouté que l’équipe allait définir un ensemble de critères pour les emplacements où seront construits des locaux hors voirie pour les vendeurs relocalisés.

Des critères seront également définis pour déterminer quels vendeurs sont qualifiés pour vendre des produits dans les nouveaux locaux.

Ces critères devraient être finalisés d’ici la fin de l’année, a-t-elle précisé.

“Les emplacements peuvent être situés dans des zones publiques ou des zones vides appartenant à des agences de l’État, ou des zones appartenant à des entreprises privées qui sont intéressées par le projet.

“Les locaux devraient être situés au bord des routes, ou légèrement plus profondément dans les ruelles.

Ils ne doivent pas être éloignés des emplacements originaux occupés par les vendeurs.

Il devrait également y avoir suffisamment de clients dans ces zones pour les fréquenter.

En outre, les emplacements doivent être faciles à réglementer”, a-t-elle ajouté.

Les inspecteurs de thessakij de la mairie dans les 50 bureaux de district de la capitale ont été chargés de rechercher de tels emplacements.

Dans un premier temps, plus de 100 emplacements ont été jugés appropriés, a déclaré Mme Kessara.

“Une fois les critères de sélection terminés, l’hôtel de ville rencontrera les vendeurs et les propriétaires de terrains pour de nouvelles discussions”, a-t-elle précisé.

“Nous avons pensé à quelques critères provisoires.

Par exemple, les vendeurs ne devront pas gagner plus de 360 000 bahts par an ou environ 30 000 bahts par mois pour être éligibles.

Ils seraient également tenus de respecter les règles de propreté”, a-t-elle ajouté.

Mais si la demande des vendeurs dépasse la disponibilité des espaces commerciaux, il est possible que des tirages au sort soient effectués pour décider qui les obtiendra, a-t-elle ajouté.

“Ces mesures ne sont que provisoires.

Nous avons encore besoin d’un peu de temps pour une étude plus approfondie afin de nous assurer que les véritables vendeurs obtiennent des espaces, et non des personnes désignées agissant au nom d’autres personnes”, a-t-elle déclaré.

Mme Kessara a indiqué que des discussions seront également menées avec les banques et les institutions financières afin de s’assurer que les vendeurs ont accès à des prêts pour gérer leurs affaires.

“De nombreux vendeurs sont connus pour emprunter de l’argent à des usuriers, ce qui leur impose de lourdes charges financières”, a-t-elle déclaré, en faisant référence aux taux d’intérêt élevés.

“La version de la mairie des centres de colporteurs n’est pas un programme d’aide sociale de l’État.

Le projet vise uniquement à fournir aux vendeurs des emplois durables et à leur faire payer un loyer équitable.

Les marchandises seront également vendues à des prix abordables”, a-t-elle déclaré.

“Le succès de ce projet sera jugé en fonction du respect par les vendeurs des règles de propreté et d’ordre, de sa contribution au charme de la ville, de sa capacité à assurer des moyens de subsistance durables aux vendeurs et de la disponibilité d’aliments abordables”, a ajouté Mme Kessara.

Un projet salué

Sungsidh Piriyarangsan, président de la commission sénatoriale sur la lutte contre la pauvreté et les disparités, soutient le projet.

Des locaux hors voirie devraient être aménagés pour que les vendeurs puissent vendre leurs produits et le loyer doit être équitable, a-t-il déclaré.

Les vendeurs déplacés de leurs anciens emplacements devraient être les premiers à bénéficier de droits, a-t-il ajouté.

“L’hôtel de ville devrait considérer cette question comme une stratégie clé pour le développement de la ville, et pas seulement comme un plan éphémère pour offrir des emplois et créer des revenus pour les pauvres.

“En outre, le projet renforcera l’attrait du pays pour les visiteurs étrangers.

Comme nous le savons tous, la cuisine de rue de Bangkok est réputée dans le monde entier”, a-t-il déclaré.

M. Sungsidh a déclaré que la mairie devait investir dans la mise à disposition d’espaces adaptés aux besoins des vendeurs de rue et des clients, tout en veillant au maintien de l’ordre, de la propreté et de l’hygiène.

“Une application en ligne devrait également être conçue pour soutenir le commerce des vendeurs et des mesures doivent être mises en place pour les protéger de certains fonctionnaires qui exigent des pots-de-vin”, a déclaré M. Sungsidh.

Selon lui, certains migrants étrangers s’immiscent également dans le commerce de la nourriture de rue car ils sont prêts à verser des pots-de-vin plus importants aux fonctionnaires en échange de la vente de leurs produits.

“Si les vendeurs thaïlandais sont enregistrés sur une telle application, ce problème ne se produira pas”, a déclaré M. Sungsidh.

Une marchande ambulante appelée “Jiab” sur Khao San Road a déclaré que si elle accueillait favorablement le projet, elle n’était pas sûre qu’il puisse devenir réalité.

Des efforts ont été faits pour réglementer la vente ambulante depuis longtemps, mais peu de choses ont été réalisées, a-t-elle dit.

“Les cadres de la mairie viennent rarement rencontrer les vendeurs et écouter ce qu’ils ont à dire.

Ils ont tendance à écouter leurs subordonnés, dont certains ont des intérêts particuliers”, a déclaré la vendeuse.

“Des fonctionnaires des bureaux de district seront envoyés pour procéder à l’enregistrement des vendeurs, tandis que les cadres de l’hôtel de ville ne verront rien par eux-mêmes.

“Ainsi, des vendeurs qui n’ont aucun droit d’occuper des emplacements commerciaux sont enregistrés à la place.

Certains migrants étrangers qui se lient d’amitié avec des fonctionnaires sont également autorisés à vendre”, dit-elle.

“Je veux que le nouveau gouverneur vienne rencontrer les vendeurs en personne, et ne se contente pas d’écouter les fonctionnaires”, a-t-elle ajouté.

Waiwit Tongthongkham, un employé de banque de 40 ans sur Srinakarin Road, a déclaré que les repas deviennent plus chers car les prix des ingrédients et de l’énergie continuent d’augmenter.

La nourriture cuisinée sur commande est maintenant vendu pour 60-70 bahts par plat alors qu’un bol de nouilles coûte 40-45 bahts.

Le projet devrait être en mesure de répondre aux besoins des employés de bureau comme nous”, a-t-il déclaré.

Toutelathailande.fr avec The Bangkok Post – 2 août 2022

La capitale de la Thaïlande va relocaliser les vendeurs de rue
Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer