Non classé

Le Fléau de la conduite en état d’ébriété au Cambodge

Print Friendly, PDF & Email

L’absence de législation sur la régulation de l’alcool suscite des inquiétudes parmi les observateurs, qui estiment que sa consommation excessive a dépassé les limites acceptables.

Les effets néfastes de l’alcool ont pris une importance particulière après une série d’accidents de la route causés par des conducteurs en état d’ébriété.

Le 20 janvier, un fonctionnaire du ministère de l’Économie et des Finances, ivre, a tragiquement heurté et tué quatre personnes qui attendaient aux feux de signalisation sous le pont Russey Keo, laissant plusieurs autres blessées. Cette affaire fait actuellement l’objet d’une enquête.

En décembre dernier, une Jeep Overland a renversé et tué un motocycliste dans le district de Tuol Kork à Phnom Penh. Le conducteur de la Jeep est le fils d’un avocat bien connu. Bien que l’affaire soit toujours en cours, la famille du conducteur de la Jeep a intenté une action en diffamation contre la famille de la victime, alléguant des pots-de-vin, bien que la plainte ait apparemment été retirée.

En décembre 2022, un conducteur ivre au volant d’une Lexus a percuté une famille, entraînant la mort d’un nourrisson de deux mois. Jusqu’à présent, cette affaire n’a pas progressé, suscitant des interrogations sur l’absence de mesures punitives à l’égard du conducteur.

Selon Yong Kim Eng, président du People Center for Development and Peace (PDP), le problème lié à l’alcool a franchi une ligne rouge, avec des vies innocentes perdues dans des accidents de la route causés par des conducteurs imprudents en état d’ébriété, laissant les familles dans le deuil sans obtenir justice.

Appels à l’Action: L’Exemple du Vietnam et du Laos”

Kim Eng estime que le gouvernement devrait adopter une approche plus globale en mettant en place une législation et une politique strictes concernant l’alcool, afin de punir sévèrement les coupables et d’assurer la justice pour les familles des victimes.

“Il est honteux d’ignorer l’importance de l’adoption du projet de loi existant“, déclare Kim Eng. “Pourquoi le Cambodge ne peut-il pas emboîter le pas à ses voisins tels que le Vietnam et le Laos, qui disposent de lois régulant la circulation et la consommation d’alcool ?”

Le Vietnam a adopté en 2019 une loi sur la prévention et le contrôle des dommages liés à l’alcool, entrée en vigueur en janvier 2020. De même, le Laos a promulgué en 2014 une loi sur la lutte contre l’alcoolisme, devenue effective en janvier 2015.

Malgré un projet de loi lancé par le ministère cambodgien de la Santé en mai 2015 pour contrôler la consommation d’alcool, qui comprend 11 chapitres et 39 articles, neuf années se sont écoulées sans qu’il devienne effectif. La publicité pour la bière et les spiritueux reste omniprésente, avec un accès facile à l’alcool pour toutes les tranches d’âge.

Kim Eng souligne que le Cambodge a les moyens de résoudre ce problème, mais cela nécessite un engagement et une volonté réels. Il critique également l’inefficacité des taxes sur l’alcool, qui ne contribuent pas à la prospérité de la société et ne résolvent pas les problèmes causés par l’alcool.

“Devons-nous continuer à laisser le Cambodge devenir un paradis de la publicité pour l’alcool ? Les responsables politiques doivent reconsidérer ces questions”, insiste-t-il.

La publicité omniprésente pour la bière et les spiritueux, y compris dans certaines émissions télévisées, crée une image de banalisation de la consommation, sans régulation de la vente et de l’utilisation de la bière, ce qui permet aux moins de 18 ans d’acheter facilement de l’alcool.

Le porte-parole du ministère de la Santé, Or Vandine, n’a pas été joignable pour commenter la situation.

Dans la société cambodgienne, l’alcool est devenu une maladie chronique, avec de nombreux distributeurs essayant de promouvoir une consommation responsable ou de dissuader la conduite en état d’ébriété. Cependant, les résultats sont mitigés, et la question se pose de savoir si les buveurs assument leurs responsabilités lorsqu’ils provoquent des accidents mortels.

Le ministre de l’Intérieur, Sar Sokha, souligne que la conduite en état d’ébriété est un facteur aggravant dans ces statistiques.

Non seulement la conduite en état d’ébriété est une honte pour votre vie, mais elle peut aussi vous transformer en meurtrier à tout moment, et la loi ne vous pardonnera jamais”, écrit-il sur sa page Facebook.

Bien que le nombre d’accidents ait augmenté de 11 %, le taux de mortalité a diminué de 7 % par rapport à l’année précédente, enregistrant 1 709 décès en 2022.

Défis et Solutions: L’État de Droit en Question

Pour Yong Kim Eng du PDP, les sanctions actuelles ne sont pas appliquées correctement, certaines affaires étant résolues par la négociation ou étouffées en raison du pouvoir des familles des contrevenants, tandis que les sanctions sont jugées trop légères.

Selon l’article 85 de la loi sur la circulation routière, les conducteurs en état d’ébriété ayant causé la mort avec un taux d’alcoolémie compris entre 0,40 mg par litre et 0,80 g par litre de sang seront condamnés à une peine d’emprisonnement de deux à cinq ans, indépendamment des amendes et des réparations civiles.

Kim Eng souligne que les compensations civiles sont parfois retardées, sans contrainte pour inciter les coupables à payer en temps voulu. Les familles des victimes expriment fréquemment des préoccupations quant à l’injustice et à l’insuffisance des compensations.

Par conséquent, Kim Eng appelle le gouvernement et les autorités compétentes à examiner ces questions, à modifier certains articles du code de la route, à renforcer l’application des lois existantes et à s’attaquer au problème de la fuite des coupables et de la suppression de la voix des familles des victimes, qui témoigne de la faiblesse de l’État de droit dans le pays.

“L’avenir du Cambodge est sombre si le problème de l’alcool et des accidents de la route n’est pas résolu”, conclut-il. “La loi sur le contrôle de l’alcool doit être mise en place, la taxe sur l’alcool doit être augmentée et l’accès à l’alcool doit être limité. La tragédie s’aggrave, amplifiant l’insécurité sociale et l’appel à la justice des familles des victimes.”

Par Teng Yalirozy – Cambodianess / Lepetitjournal.com – 26 janvier 2024

Translate / Dịch

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant juste d'optimiser techniquement votre navigation. Plus d’informations

En poursuivant la visite de ce site, vous acceptez l’utilisation de traceurs (cookies) vous permettant d'optimiser techniquement votre navigation. Aucune information sur votre utilisation de ce site ne sera partagée auprès de quelconques médias sociaux, de sociétés commerciales ou d'agences de publicité et d'analyse. Cliquer sur le bouton "Accepter", équivaut à votre consentement.

Fermer